Une victoire d'équipe

Le Russe German Rubtsov a sorti une feinte... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le Russe German Rubtsov a sorti une feinte digne de la Série du siècle de 1972 pour donner la victoire aux Saguenéens.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Girard
Le Quotidien

Les Saguenéens ont obtenu ce qu'ils n'avaient pas eu dernièrement : du support des trios derrière celui de Nicolas Roy. C'est ce qui a permis aux Chicoutimiens de vaincre les Cataractes de Shawinigan 4-3 devant 3052 spectateurs réjouis au centre Georges-Vézina.

« Je pense que tout le monde a quitté avec le sourire ce soir... à part une centaine de personnes de Roberval », a lancé en riant l'entraîneur-chef des Bleus, Yanick Jean, en entrevue après le match. Il faisait référence aux nombreux Robervalois venus encourager leur merveille locale, Samuel Girard. L'habile #94 a récolté une passe sur le premier but des siens, mais il n'a pas connu un de ses meilleurs matchs sur la patinoire de dimension olympique. Il a terminé le match avec une fiche de -1.

Le héros du jour a été plutôt un joueur dans l'ombre alors qu'Antoine Marcoux a récolté deux points, marquant notamment le but égalisateur.

« Le trio de Marcoux a marqué un gros but, celui à Zhukenov aussi. Le trio de Roy a aussi marqué un gros but. On ne peut pas toujours se fier sur les mêmes joueurs », a indiqué Yanick Jean.

En effet, les trois premiers buts des Saguenéens ont été marqués par des joueurs autres que ceux du premier trio.

Lors de la fin de semaine précédente, les Sags avaient péché par indiscipline. Ce fut plutôt le cas des Cataractes mardi. « C'est important la discipline. Il faut que les joueurs demeurent sur la patinoire. Notre première pénalité c'était un accident (rondelle dans la foule) », a-t-il commenté. Chicoutimi a bénéficié de six avantages numériques contre deux pour leurs rivaux.

Le fil du match

Les Saguenéens, qui venaient d'accorder 12 buts en deux matchs, ont connu une bonne première période où ils limité les chances et été opportunistes. Dmitry Zhukenov a ouvert la marque en déculottant la défensive de Shawinigan en naviguant de façon latérale devant le filet. Pour leur deuxième filet, les Sags ont bénéficié d'un appel généreux sur un dégagement refusé après un avantage numérique. Fatigués, les joueurs en jaune n'ont pas réagi face à Olivier Galipeau qui s'est amené de la pointe pour déjouer le gardien Mikhail Denisov dans la lucarne. Les dieux du hockey se sont chargés d'égaliser les choses, alors que Julio Billia a échappé un retour devant lui d'un tir faible de Samuel Girard, qu'a seulement eu à pousser Alexis D'Aoust.

En deuxième, les Saguenéens ont manqué de belles occasions de prendre le contrôle du match. Malheureusement, l'avantage numérique a un peu trop fait dans la dentelle. À la fin de la seconde opportunité, Nicholas Welsh des Cataractes a hérité du disque en sortant du banc de pénalités. À 2 contre 1 il a habilement tiré dans la partie supérieure. Quelques minutes plus tard, Welsh a récidivé en avantage numérique pour porter la marque à 3-2. Les Sags ont égalisé en fin de période par l'entremise d'Antoine Marcoux qui a hérité d'une rondelle égarée devant le filet.

Lors du dernier tiers, les locaux ont bousillé deux avantages numériques, mais la pression imposée aux visiteurs a fini par payer. À mi-chemin, les 3 R (Roy, Ratelle, Rubtsov) ont bourdonné longuement en zone adverse. En fin de séquence, Alexis D'Aoust a raté une chance de dégager la rondelle, mais un bel effort de Nicolas Roy par derrière a fait se poursuivre la présence en attaque. German Rubtsov a pris le disque et a servi un café, deux crèmes aux défenseurs et au gardien avant de marquer le but gagnant.

Antoine Marcoux a nivelé la marque en fin... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 2.0

Agrandir

Antoine Marcoux a nivelé la marque en fin de deuxième en déposant la rondelle dans la lucarne du filet défendu par Mikhail Denisov.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Antoine Marcoux tout sourire

Antoine Marcoux était tout sourire après le match mardi soir. Quand il a vu le journaliste du Quotidien s'approcher, il croyait que ce n'était pas pour lui. Ses coéquipiers l'ont même taquiné. Mais oui, c'était bien lui la première étoile du match.

« Ça fait du bien. Ça faisait un bout que je n'avais pas eu de chance », a raconté l'auteur du but égalisateur et d'une passe. C'est lui qui a remporté une mise en jeu importante pour permettre à Olivier Galipeau de marquer son but. Par la suite, sur son but il a sorti ses mains du dimanche pour loger la rondelle dans la partie supérieure. « Je suis allé dans le ''top'' », a raconté un joueur de 20 ans soulagé.

Marcoux a marqué son 5e but de la saison, une récolte que certains critiquent en raison de son statut de joueur de 20 ans. « Ça dépend de ton rôle. Quand tu remplis ton rôle, ça va bien », a indiqué le joueur.

Le retour de Ratelle

Joey Ratelle a fait un retour remarqué après avoir manqué les cinq derniers matchs. Il était suspendu pour les quatre premiers et il souffrait d'une gastroentérite pour le cinquième.

« J'avais bien hâte de revenir. C'était long cinq matchs. En fin de match la patate a pompé un peu. J'ai juste participé à un entraînement après ma gastro. Je ne me sentais pas rouillé, mais je manquais d'énergie », a indiqué le joueur également âgé de 20 ans, en promettant au journaliste de ne plus se faire suspendre d'ici la fin de la saison...

Sa présence a été soulignée par son entraîneur. « Joey Ratelle, c'est le joueur qui a le plus d'impact sur le jeu physique. Ce n'est pas juste ses buts et ses passes », a fait remarquer Yanick Jean. Selon lui, son énergie déteint sur ses coéquipiers et il rehausse le niveau de jeu de tout le monde.

Mauvais en défensive, selon Bouchard

L'entraîneur-chef des Cataractes de Shawinigan, Claude Bouchard, estime que son club a été trop mauvais en défensive pour espérer l'emporter.

« D'habitude on joue bien défensivement. Ce soir on n'a pas été bons. On a souvent laissé des gars seuls dans l'enclave », a d'abord reconnu le Jonquiérois d'origine.

Occupant le deuxième rang au classement général avant la partie, les Cataractes ont été devancés par les Huskies de Rouyn-Noranda, vainqueurs 5-2 sur les Voltigeurs de Drummondville.

Selon Claude Bouchard, des erreurs de ses joueurs ont mené directement aux deux derniers filets des Saguenéens. « Sur le 3e but et le 4e but ce sont des revirements. On leur a donné un but sur le 4e. »

« Le match est 3-3 et les gars sont conscients qu'en sortie de zone il faut que la rondelle sorte, mais elle n'est pas sortie », a-t-il expliqué.

C'est Alexis D'Aoust qui avait le contrôle du disque et qui a tenté de quitter sa zone en contrôle de la rondelle, plutôt que de la dégager par la voie des airs.

Contre les officiels

L'entraîneur-chef des Mauriciens en avait aussi contre les officiels sur le second but des Saguenéens.

Selon lui, un dégagement refusé n'aurait pas dû être appelé. Il a pris la chance de ne pas appeler de temps d'arrêt, comme la période achevait. La décision s'est retournée contre Shawinigan, Olivier Galipeau marquant facilement face à des joueurs fatigués.

Pointes de plume

• Selon des documents de cour obtenus par le journaliste Scott Wheeler, les deux équipes qui auraient fait le plus de profits en 2016 dans les ligues de l'Ouest et de l'Ontario sont Edmonton (6,6 M$) et Kitchener (6,5 M$)...

• Toujours selon ces documents, une équipe de la LCH qui a un joueur qui gradue dans la LNH recevrait 60 000 $ pour un joueur de position et 75 000 $ pour un gardien. Des sommes de 18 000 et 20 000 $ s'ajoutent si le joueur a 18 ou 19 ans...

• Avec son but marqué en première période, Olivier Galipeau a récolté son 100e point en carrière dans la LHJMQ...

• Le hockey a bien changé (et pour le mieux). Nicolas Roy se positionne souvent devant le filet adverse en avantage numérique sans recevoir une pluie de doubles-échecs comme c'était la coutume autrefois...

• Un jeu au deuxième entracte utilisait la chanson-thème de la vieille série anglaise Benny Hill, où ledit personnage assez âgé finissait plus souvent qu'autrement en pourchassant des jeunes dames aux décolletés plongeants. Pas sûr que ça passerait en 2017...

• Des scènes de foule et de célébration ont été tournées mardi soir par l'équipe du film Junior Majeur. Heureusement, les Saguenéens ont marqué...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer