Six de suite à domicile

Vincent Lapalme a connu sa soirée la plus... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Vincent Lapalme a connu sa soirée la plus productive en carrière avec deux buts face aux Olympiques. Sur le premier, il a poussé la rondelle dans le fond du filet après une passe de Mathieu Desgagnés.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Même après deux semaines sur la route, les Saguenéens sont toujours aussi à l'aise au centre Georges-Vézina. Devant des gradins dégarnis en raison de la tempête à l'extérieur, les Chicoutimiens ont signé une sixième victoire de suite devant leurs partisans, 4-3 en prolongation, sur les Olympiques de Gatineau.

Invité plus tôt dans la journée au camp final d'Équipe Canada junior, Nicolas Roy a joué les héros lors d'un double avantage numérique lors de la période supplémentaire. Posté dans l'enclave comme à son habitude, il a logé la rondelle entre les jambières de Mark Grametbauer pour procurer un troisième gain de suite aux Sags.

Les Sags étaient déjà en attaque massive en début de quatrième période quand Marc-Olivier Crevier-Morin a étampé Dmitry Zhukenov dans la bande, ce qui s'est traduit en une pénalité majeure et une expulsion pour le défenseur des Olympiques pour coup à la tête. Les visiteurs ont d'ailleurs visité régulièrement le banc des pénalités lors de cet affrontement assez physique. Ils ont offert huit avantages numériques aux régionaux qui ont fait mouche à trois occasions, dont une autre fois lors d'un cinq contre trois par l'entremise de Jake Smith d'un bon lancer.

«C'est un match où on devait demeurer en contrôle de nos émotions. Quand les arbitres donnent autant de punitions, il ne faut pas ouvrir la porte. Je pense qu'on a été extrêmement disciplinés. Il n'y a pas eu de réplique sur aucun coup, ce qui a fait en sorte qu'on a pu marquer des buts en avantage numérique», a rappelé l'entraîneur-chef des Sags Yanick Jean, indiquant que Zhukenov avait reçu des points de suture après la rencontre, répondant ainsi aux prétentions de son homologue Mario Duhamel qui prétendait que la pénalité majeure n'aurait pas dû être décernée.

Les Sags n'ont pas été en avance avant la troisième période, revenant deux fois de l'arrière. Avec son deuxième de la rencontre, également en avantage numérique, Vincent Lapalme a fait 3-2 à mi-chemin de la troisième, mais avec moins de cinq minutes à jouer, le faible tir de la pointe de Gabriel Bilodeau s'est frayé un chemin jusque dans le fond du but défendu par Xavier Potvin.

«Il fallait donner notre meilleur effort. De l'autre côté aussi, ils ont joué un bon match. Ils sont dédiés. En première période, en arrière du banc, on trouvait que ça patinait. C'était un match extrêmement rapide», de souligner Yanick Jean. Devant une foule plus petite qu'à l'habitude (1565 spectateurs annoncés), le pilote des Bleus a bien aimé la façon que les siens se sont comportés.

«C'était plus difficile de créer de l'émotion, mais il y en avait et on l'a bien géré», de confier Yanick Jean.

Lapalme l'incontournable

Identifié en début de saison comme un attaquant de profondeur, Vincent Lapalme fait sa place en compagnie de Nicolas Roy sur le premier trio des Sags. Face aux Olympiques l'attaquant de 17 ans a fait sa chance, dirigeant sept tirs au filet.

«Il fait tout pour l'équipe. Il nous donne de grosses minutes et c'est devenu un joueur extrêmement important. Il nous amène du caractère et va à la guerre tous les soirs», de louanger l'entraîneur-chef.

«Je garde les choses simples. Quand tu sais que tu as la confiance des entraîneurs, c'est bon pour la tienne également», notait pour sa part la première étoile qui se trouvait à l'embouchure du filet sur ses deux buts.

«Ça fait du bien», de laisser tomber Lapalme.

«On dirait que chaque match, j'obtiens de bonnes chances, ce qui est bon signe. Ce ne sont pas mes deux plus beaux en carrière, mais c'est agréable d'aller les chercher, a-t-il exprimé. C'est une ligue qui est difficile, mais de match en match, je me sens de plus en plus confortable.»

Duhamel furieux

L'entraîneur-chef des Olympiques, Mario Duhamel, digérait difficilement la pénalité majeure imposée à Marc-Olivier Crevier-Morin en prolongation quelques minutes après la conclusion de la rencontre.

Il n'a pas manqué de dire qu'il aimait beaucoup que dans sa question, le journaliste du Quotidien évoque la possibilité de pénalités tirées par les cheveux après avoir parlé d'indiscipline.

«Pour moi, c'était un bon match de hockey disputé par deux équipes qui avaient du succès dernièrement. Malheureusement, on a accordé trois buts en désavantage numérique, dont deux à cinq contre trois. En début de saison, on nous a dit que pour donner un double avantage numérique, il fallait que ce soit des choses évidentes. Faire sept heures d'autobus pour se faire appeler ça, je trouve ça dommage», de laisser tomber Mario Duhamel qui, malgré les nombreuses pénalités, a apprécié le jeu physique des siens.

«Ça fait partie de notre identité. Dans notre ligue, à ce que je sache, on a encore droit à la mise en échec. On veut donc les finir. Il est arrivé des pénalités qu'on méritait également, c'est sûr et certain. Les deux équipes ont bataillé fort pour la victoire. C'est juste malheureux que ça se termine comme ça», de mentionner l'entraîneur des Olympiques.

À l'image des Sags, les Gatinois ont retrouvé le sentier de la victoire récemment après un début de saison difficile où ils ont occupé le dernier rang du classement général de la LHJMQ.

«On s'en va dans la bonne direction, de pointer Duhamel qui s'est amené à la barre de l'équipe au cours de l'été après le départ de Benoît Groulx pour les rangs professionnels. Face aux Sags, on s'est tenus et on a travaillé fort. J'estime qu'à cinq contre cinq, on a contrôlé le match. On a quand même passé beaucoup de temps au banc de punitions et en bout de ligne, c'est ce qui fait qu'on a perdu un point, mais l'effort était louable.»

Yanick Jean et ses adjoint Jean-François Jolin et... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque) - image 3.0

Agrandir

Yanick Jean et ses adjoint Jean-François Jolin et Simon Gaudreault arboraient le noeud papillon en guise de soutien à la cause du cancer de la prostate.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Pointes de plume

• Le fils de l'ancien des Sags Daniel Paradis, Joakim, a réussi à se tailler un poste à la ligne bleue des Olympiques en début de saison. Le choix de 7e ronde en 2015 est toutefois utilisé très sporadiquement. Il n'a disputé que huit rencontres, ne cumulant pas de point. Il affiche également un différentiel de -3. Joakim Paradis est né au Saguenay, mais a porté les couleurs des Estacades de Trois-Rivières dans le midget AAA...

• Du côté des Olympiques, Alex Dostie et Nicolas Meloche, qui avaient participé à la Série Canada-Russie, n'ont pas été invités au camp final d'évaluation. Dostie avait été excellent face aux Russes et à son retour au jeu hier après une absence de quelques matchs, a été tout aussi bon. Sur le deuxième but des Olympiques, il a montré toute sa vitesse avant de remettre à Daniel Del Paggio qui a profité d'une cage déserte...

• Une échauffourée a éclaté au son de la sirène en deuxième période. Yakov Trenin et Julien Carignan en sont venus aux coups. Le Russe des Olympiques a ensuite d'hérité de dix minutes de mauvaise conduite pour avoir nargué la foule après le combat. Nicolas Meloche a également passé dix minutes au cachot par la suite.

• En troisième, Nicolas Roy a également écopé d'une inconduite. Après une solide mise en échec, mais illégale de Zach McEwen sur Mathieu Desgagnés, le numéro 55 s'est porté à la défense de son coéquipier, enlevant le casque de son adversaire dans la mêlée qui a suivi. «C'était spécial comme match. J'ai passé 12 minutes au banc des pénalités et je trouvais ça long et il y en avait deux à côté de moi (Trenin et Meloche) qui passaient 12 et 15 minutes également. Dans ces conditions, c'est le fun d'avoir réussi à aller chercher la victoire», de raconter Nicolas Roy...

• Les Sags auront bien peu de repos. Ils seront de retour en action dès mercredi soir, à Victoriaville. Comme annoncé en début de semaine, Julio Billia sera le gardien face aux Tigres. «On a la chance d'avoir deux bons gardiens en santé et on peut les garder dans le feu de l'action quand on dispute beaucoup de matchs», de noter Yanick Jean, rappelant que les Tigres avaient dominé sa formation il y a deux semaines dans une victoire de 5-2...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer