Le premier gain devra attendre

Le gardien du Drakkar, Antoine Samuel, était en... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Le gardien du Drakkar, Antoine Samuel, était en grande forme vendredi. À peine revenu du camp des Ducks d'Anaheim, il a repoussé 30 tirs, dans une victoire de 2-1 du Drakkar sur les Sags lors de l'ouverture locale, au centre Georges-Vézina.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une troisième saison de suite, les Sags sont rentrés à la maison bredouille après leur ouverture locale. Cette fois, le Drakkar de Baie-Comeau a gâché la fête, signant du même coup une première victoire cette saison, au compte de 2-1, devant 2526 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Les Sags n'ont toujours pas de victoire au compteur, après trois rencontres. Ils ont pourtant mené la charge à compter de la deuxième période, profitant de plusieurs bonnes chances, mais le gardien Antoine Samuel, qui revient tout juste du camp des Ducks d'Anaheim, était en grande forme. Avec cinq minutes à faire et un pointage de 1-1, le Jeannois d'adoption Antoine Girard a profité du cafouillage en territoire défensif des Sags pour profiter d'une belle chance. L'ancien des Sags n'a pas raté sa chance, battant Xavier Potvin du côté du bloqueur pour redonner les devants aux siens avec son premier de la saison. «C'est plaisant de marquer devant ma famille, mais c'est surtout le fun d'aller chercher cette première victoire. C'est un gros début à notre premier voyage», a souligné avec le sourire l'attaquant de 18 ans qui est né à Baie-Comeau, mais qui a grandi à Jonquière, puis à Larouche.

«Cette fois, j'ai marqué, mais ça ne se passe pas de même d'habitude. Je suis un gars d'énergie qui se sacrifie pour ses coéquipiers», a repris Girard qui a marqué vendredi son quatrième but en carrière.

Dans l'autre vestiaire, l'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, avait l'impression d'avoir laissé filer une victoire bien accessible. Il a quand même vu une nette amélioration avec la fin de semaine initiale, notamment au niveau de l'acharnement. «J'ai vu beaucoup d'anxiété. Au bout du compte, on n'a pas tout le temps pris les bonnes décisions. On avait de bonnes intentions par exemple», d'assurer le pilote des Bleus.

Sans les nommer, Jean a trouvé que les deux joueurs qui sont revenus des camps professionnels cette semaine avaient essayé de tout faire seuls. Il a par la suite souligné qu'à l'exception de Nicolas Roy, qui a remporté 14 de ses 20 mises en jeu, les autres joueurs de centre, Brendan Hamelin (5 en 11), Samuel Houde (3 en 15) et Marc-Antoine Gagné (0 en 3) n'ont gagné que huit mises en jeu sur 29. «Ça paraît, de convenir Yanick Jean. Il faut trouver un moyen de partir avec la rondelle. On n'a quand même permis que 24 tirs en ayant autant de difficulté dans le cercle des mises en jeu.»

En première, après un furieux combat entre Noah Bushnell et Justin Doucet, comme on n'en voit pas souvent, Éric Léger a ouvert la marque pour les visiteurs lors d'un avantage numérique. Il n'a eu qu'à pousser la rondelle derrière la ligne rouge. Sur la séquence, le Chicoutimien Jordan Martel a effectué la passe, pour son premier point de la saison. L'honneur du premier but local des Sags est revenu au premier choix de l'équipe au dernier repêchage, Samuel Houde. Il a pris un tir en entrée de zone et la rondelle a glissé tout doucement derrière Antoine Samuel pour faire 1-1.

La deuxième période a été l'affaire d'Antoine Samuel. Le gardien du Drakkar a repoussé 14 rondelles pour préserver l'égalité entre les deux équipes. Il a réservé son plus bel arrêt aux dépens de Brandon Hamelin à bout portant après une belle passe de Jake Smith. Il a également joué de chance alors que Ryan Verbeek a frappé le poteau sur une poussée en désavantage numérique.

«On avance»

Arrivé en poste pendant l'été, Martin Bernard a mérité sa première victoire à la barre du Drakkar vendredi soir.

La semaine dernière, la formation de la Côte-Nord avait été balayée lors d'un programme double à domicile face à l'Océanic de Rimouski.

«On avance», a laissé tomber Martin Bernard après la rencontre. L'important, c'est de faire mieux sur le plan de l'intensité et de l'éthique de travail. On ne l'a pas fait à mon goût pendant 60 minutes, surtout en deuxième où on a été très mous, et c'était mieux en troisième. C'est la première pierre.»

Quand il était arrivé derrière le banc des Cataractes de Shawinigan, en 2014, Martin Bernard avait perdu ses 11 premières rencontres. Le scénario ne se répétera pas et à la blague, il n'a pas manqué de le souligner dans son point de presse.

«C'est sûr que c'est bon pour la confiance de gagner rapidement. On va pouvoir travailler avec plus d'enthousiasme à l'entraînement. C'est plus positif quand on gagne, on ne se le cachera pas», a-t-il mentionné, soulignant également le travail du vétéran gardien Antoine Samuel, qu'il a également dirigé l'an dernier à Shawinigan.

«C'est important d'avoir de bonnes performances de notre gardien numéro un avec notre équipe jeune. Je l'ai vécu à ma première année avec Marvin Cupper et Yanick Jean aussi l'an dernier avec Julio Billia», de se rappeler l'entraîneur-chef du Drakkar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer