Nicolas Roy de retour avec les Sags

Nicolas Roy... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Nicolas Roy

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens auront du renfort inattendu pour leur ouverture locale vendredi, face au Drakkar de Baie-Comeau. Après lui avoir fait disputer une rencontre hors concours, les dirigeants des Hurricanes de la Caroline ont décidé de renvoyer Nicolas Roy dans les rangs juniors.

Mercredi matin, l'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, a poussé un petit soupir de soulagement quand il a appris la nouvelle. Avec ce qu'il avait vu au camp d'entraînement, il estimait que le choix de 4e ronde en 2015 possédait maintenant la rapidité pour se tailler un poste dès cette saison. «Quand il est parti, honnêtement, je ne savais pas, d'avouer Yanick Jean sans détour. Ça dépend de la philosophie de chaque organisation. Avec un autre club, peut-être qu'il serait déjà dans la Ligue nationale.

«Avec un joueur comme Nicolas Roy, aussitôt que tu as pris la décision de ne pas le garder dans la Ligue nationale, tu ne veux pas le traîner trop longtemps parce que ça devient difficile mentalement. Ça le fatigue parce que c'est un stress supplémentaire», expose le pilote des Bleus.

Ce dernier a reçu un coup de fil mercredi d'un membre de l'état-major des Hurricanes qui lui a mentionné que les dirigeants de la formation étaient ravis de la progression du numéro 55 et de ce qu'il a montré lors de la dernière semaine. «C'est rare que des membres d'une organisation professionnelle prennent le temps de nous appeler pour nous dire qu'ils sont très très très heureux de la tenue d'un de nos joueurs au camp», d'indiquer Yanick Jean.

«Ils ont la conviction d'avoir fait un bon coup», signale-t-il, insitant qu'avec sa compréhension du jeu, ce n'est que partie remise pour le nouveau capitaine de la formation chicoutimienne. «Il joue la vraie ''game'' pro», indique Yanick Jean.

«Il n'aura pas besoin de deux ou trois saisons dans la Ligue américaine pour apprendre à bien jouer sans la rondelle. Il le fait déjà très bien, ce qui va l'amener dans la grande ligue avant bien d'autres, pense-t-il. Les joueurs pensent toujours que c'est avec une tonne de points qu'ils vont être repêchés ou passer à un autre niveau, mais ce n'est pas le cas.»

Renfort

Le retour de Nicolas Roy, ainsi que de Ryan Verbeek, qui participait au camp du Lightning, ne sera pas de refus pour les entraîneurs des Sags qui n'ont marqué que deux buts lors de leurs deux premières rencontres de la saison sur la route. Ils ont été blanchis à Québec et se sont inclinés 3-2 à Shawinigan. La saison dernière, Nicolas Roy a été le meneur en attaque chez les Saguenéens, faisant bouger les cordages à 48 reprises. «C'est sûr que c'est l'un de nos meneurs offensifs pour nous. Mais ce n'est pas de dire que l'équipe repose sur un joueur», insiste Yanick Jean, soulignant son éthique de travail avant tout. «L'exemple de notre équipe, c'est lui», annonce Yanick Jean, heureux de retrouver un joueur de centre alors que Dmitry Zhukenov est toujours avec les Canucks de Vancouver et qu'Antoine Marcoux est tombé au combat la semaine dernière après avoir subi une fracture de la mâchoire.

«Sans nos trois premiers centres, ça devenait difficile. Tu ne peux pas gagner dans ces circonstances. Là, on en a un vrai», d'assurer Yanick Jean.

L'attaquant s'accord une bonne note

Même s'il disputera une autre année junior, sans contredit sa dernière, Nicolas Roy estime se rapprocher grandement des rangs professionnels.

En entrevue téléphonique quelques minutes après son arrivée à l'aéroport Montréal-Trudeau, le grand joueur de centre de 19 ans se donnait une bonne note à son deuxième camp avec les Hurricanes où il a disputé un match hors concours, face aux Capitals de Washington. Les dirigeants de l'équipe l'ont d'ailleurs rencontré pour lui faire part de leurs commentaires.

«C'est sûr qu'il restait encore plusieurs joueurs au camp, mais je me comparais avec ceux de la Ligue américaine. Je peux dire que la coche n'était vraiment pas grande. Une petite amélioration d'ici l'an prochain pourra faire la différence», raconte Nicolas Roy, convenant que d'arriver au camp cette fois avec un contrat en poche, signée à l'issue de la dernière saison, lui a enlevé une certaine pression.

Cette année, Nicolas Roy devait percer l'alignement des Hurricanes pour ne pas revenir avec les Saguenéens. L'an prochain, il pourra également se joindre aux Checkers de Charlotte dans la Ligue américaine, mais il aura la grande ligue dans la tête.

«Même cette année, c'était mon objectif. Quand tu te présentes à un camp, c'est toujours pour faire l'équipe. L'an prochain, je pense que ça va être encore plus réaliste. Je vais travailler fort tout l'hiver et l'été prochain pour me tailler un poste en 2017», d'assurer le meneur offensif des Sags qui ne ressent pas une pression particulière de produire avec l'allure des deux premiers matchs où l'attaque n'a marqué que deux fois. Il voudra avant tout offrir un bon rendement à tous les matchs, ce qui va se traduire sur la feuille de pointage.

«Un joueur ne peut pas tout faire seul. On a plusieurs autres bons éléments offensifs avec notamment Dmitry Zhukenov et Ryan Verbeek. Ça ne reposera pas uniquement sur moi. C'est un ensemble», d'assurer Nicolas Roy.

Pointes de plume

• Le défenseur Frédéric Allard, à Nashville, et l'attaquant Dmitry Zhukenov, à Vancouver, sont les deux joueurs des Sags toujours dans un camp professionnel. Allard pourrait même disputer une deuxième rencontre préparatoire jeudi soir. Pour Zhukenov, le Russe de 19 ans a recommencé à patiner. Yanick Jean mentionne que les dirigeants des Canucks devraient lui faire disputer une partie hors-concours afin de mieux observer leur choix de quatrième ronde. Plus de la moitié des 73 joueurs de la LHJMQ invités à des camps professionnels sont de retour avec leur équipe junior. Il en reste un peu plus d'une vingtaine pour le moment...

• L'entraîneur-adjoint du Titan d'Acadie-Barthurst et ancien défenseur des Remparts, Pierre Bergeron, a été arrêté en état d'ébriété au volant de sa voiture, alors qu'il reconduisait deux de ses joueurs à leur pension, à la suite d'une soirée dans un établissement de Bathurst, la semaine dernière. L'événement a mené à sa démission mardi et à la publication d'une longue lettre d'excuse par l'entremise de son compte Twitter, mercredi avant-midi. «Loin de moi l'idée de mal faire, loin de moi l'idée de mettre en danger la vie de ces deux joueurs. Depuis plus d'une semaine, je dois vivre avec les remords de cette décision qui fut la plus grande erreur de ma jeune carrière d'entraîneur, voire de ma vie. J'assume l'entière responsabilité de mon acte», a-t-il écrit. «Je n'ai pas été un modèle à suivre dans cette situation.» Pour le remplacer, le Titan a embauché l'ancien entraîneur du Blizzard Séminaire Saint-François dans le midget AAA Bryan Lizotte...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer