Les Saguenéens blanchis d'entrée de jeu

Les Saguenéens n'ont rien cassé dans le territoire... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

Les Saguenéens n'ont rien cassé dans le territoire adverse, ne dirigeant que 17 tirs sur Evgeny Kiselev.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens voudront certainement rapidement oublier leur premier match de la saison. Devant 11 336 spectateurs au centre Vidéotron de Québec, les Chicoutimiens ont disputé une rencontre sans saveur face aux Remparts, ce qui s'est traduit par un revers sans équivoque de 3-0.

Les Remparts ont célébré avec leurs partisans à... (Photo Le Soleil, Caroline Grégoire) - image 1.0

Agrandir

Les Remparts ont célébré avec leurs partisans à la fin de la rencontre d'ouverture au centre Vidéotron, remportée au compte de 3-0.

Photo Le Soleil, Caroline Grégoire

Privés de trois ténors en attaque, Nicolas Roy, Dmitry Zhukenov et Ryan Verbeek, en plus du défenseur Frédéric Allard, tous à des camps professionnels, les Sags ont généré bien peu de choses dans le territoire adverse, ne dirigeant que 17 rondelles sur le gardien Evgeny Kiselev. «On n'a pas touché à la rondelle de la soirée. On a eu trois chances de marquer», a révélé l'entraîneur-chef Yanick Jean qui aurait certainement aimé une meilleure entrée en matière. Les Sags se sont inclinés pour une troisième année de suite lors de leur rencontre d'ouverture.

«On n'était pas de calibre pour eux ce soir», de convenir le pilote des Bleus.

«Ils étaient simplement plus forts. On était 2e sur la rondelle. On a tourné, on n'a pas pris les bonnes décisions. Certains ont voulu trop en faire, alors qu'ils n'étaient pas dans la bonne chaise quand tout le monde est là, au lieu de simplifier les choses», de reprendre Yanick Jean, se promettant une bonne discussion avec ses troupiers et surtout ses leaders, qui n'ont pas rempli leur rôle lors de cette soirée inaugurale, en marge de la deuxième rencontre, en fin d'après-midi samedi, à Shawinigan.

«Les joueurs qui ont du millage dans la ligue se doivent d'en donner plus», d'avouer l'entraîneur-chef.

La première période a été particulièrement pénible pour les régionaux qui ont retraité au vestiaire en déficit 2-0. À mi-chemin, Ethan Crossman a d'abord trouvé une brèche entre les jambières de Julio Billia, qui a déjà mieux paru, pour non seulement marquer le premier de son équipe, mais également son premier en carrière. Avant la fin de l'engagement, les défenseurs des Sags ont cafouillé ce qui a mené à une descente à deux contre un et le nouveau capitaine Matthew Boucher a marqué après une belle passe de Philipp Kurashev.

Lors des 40 dernières minutes, les visiteurs ont montré quelques bonnes choses, mais pas suffisamment pour revenir au pointage. Les Remparts ont finalement frappé le grand coup sur une séquence controversée lors d'un avantage numérique avec un peu plus de cinq minutes à faire. Keenan MacIsaac a donné un double-échec à Ethan Crossman qui s'est retrouvé dans le gardien Julio Billia. Ce dernier n'a pas été capable de se relever et Christian Huntley a profité de l'occasion pour envoyer la rondelle dans un filet désert. Les officiels ont accordé le but et l'entraîneur-chef des Sags Yanick Jean n'a pas manqué de laisser connaître son mécontentement. «Le joueur n'a pas fait un gros effort pour se tasser après le contact. Mais bon, ça n'aurait rien changé au résultat final», de concéder Yanick Jean.

Inspirés par les anciens

(Carl Tardif, Le Soleil) - Inspirés par la visite des anciens dans le vestiaire tout juste avant le match, les joueurs de l'édition actuelle des Remparts de Québec leur ont fait honneur, vendredi, en lever de rideau de la 20e saison de la seconde génération des Diables rouges.

Vêtus du chandail commémoratif, les Remparts entreprenaient donc leur année de reconstruction sur le bon pied, s'offrant un jeu blanc dès le départ. Nommé capitaine, en avant-midi, Matthew Boucher a fait un clin d'oeil au plus grand joueur de l'histoire de l'équipe en célébrant son but à la manière d'Alexandre Radulov. Il a tourné le bâton comme le faisait si bien «Radu», pointant même en sa direction vers la loge où il prenait place.

«Je ne savais pas il était où... J'y avais pensé un peu avant, c'était le fun. Ç'a été impressionnant de voir les anciens. Simon Gagné, Patrick Roy et Radu, qui sont de grands personnages de l'organisation, nous ont dit que c'était une belle place à jouer, qu'on serait à leur place dans 20 ans et d'en profiter parce que le junior ne passe qu'une fois», résumait Boucher.

«J'ai apprécié notre exécution. Je pense qu'on a fait plus de passes sur la palette [dans ce match] qu'en janvier, février et mars, l'an passé. On a bougé la rondelle en avantage numérique, et c'est vrai qu'il manquait des joueurs pour Chicoutimi, mais on pourra marquer des buts», a noté l'entraîneur-chef Philippe Boucher.

Il avait lui-même demandé aux anciens de prendre la parole avant le match, ce qui a motivé sa troupe. «Il y avait énormément d'histoire dans la chambre. On veut que nos joueurs fassent leur propre marque, mais ce n'est pas une occasion qui arrive souvent d'avoir Simon, Patrick et Radulov pour parler aux gars, c'était spécial et ç'a été apprécié de ma part et du personnel», avouait Philippe Boucher.

Pointes de plume

• Les Remparts célèbrent cette saison leur 20e saison depuis la renaissance de l'équipe à la fin des années 90. Pour l'occasion, les joueurs arboraient d'ailleurs un nouveau chandail noir. Plusieurs anciens joueurs et dirigeants de la deuxième génération ont défilé sur la patinoire lors de la cérémonie d'avant-match, dont les ambassadeurs Simon Gagné, Alexander Radulov et Patrick Roy qui ont également effectué la mise en jeu protocolaire...

• Avec l'absence du capitaine Nicolas Roy, c'est le défenseur Julien Carignan qui s'est chargé de la mise en jeu protocolaire. Il faisait face à Matthew Boucher, nommé plus tôt dans la journée par son entraîneur et paternel, Philippe Boucher...

• En plus du numéro, les officiels ont maintenant leur nom affiché sur leur chandail...

• À son premier départ en carrière, le Jonquiérois Olivier Rodrigue a signé sa première victoire, 4-1 sur les Olympiques de Gatineau. Le troisième choix au total au dernier repêchage était encore parfait au dernier engagement, mais a finalement cédé devant Vincent Milot-Ouellet, avec 12 minutes à faire... Dave Ainsley

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer