Serge Proulx entreprend son mandat

Serge Proulx et Yanick Jean... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Serge Proulx et Yanick Jean

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau directeur des opérations des Saguenéens de Chicoutimi, Serge Proulx, s'est déjà mis au travail. Il travaillera sur deux axes, soit la structure et la stabilité de l'organisation.

« Tout est en train de se faire rapidement, mais en même temps, intelligemment », de mentionner Serge Proulx qui débarque au Saguenay la tête pleine d'idées afin de redonner ses lettres de noblesse à l'organisation chicoutimienne. 

« Ça ne se fait pas du jour au lendemain et en claquant les doigts. C'est quelque chose qui se planifie et ça prend un plan net et précis », annonce-t-il. 

« Ça fait deux jours que je suis ici et je vois toute l'ampleur du défi, mais c'est motivant », reprend Serge Proulx, qui s'est mis à la préparation du début de la saison et du match Canada-Russie en novembre. Ensuite, il s'attaquera à revoir la structure à travers ses tâches quotidiennes.

En poste pendant cinq ans dans des fonctions identiques avec le Drakkar de Baie-Comeau, Serge Proulx a contribué à un vent de changement sur la Côte-Nord. « C'était vraiment ça passe ou ça casse », affirme-t-il, ajoutant qu'au moment de son embauche, l'organisation faisait face à deux gros problèmes, une grosse baisse dans les assistances et un manque de crédibilité. La situation est bien différente avec les Saguenéens, rappelle-t-il, parlant d'ancrer la concession dans son milieu. 

« Je vais m'ajuster et me personnaliser à la région. Je ne peux pas prendre ce que j'ai fait à Baie-Comeau et dire que ça va être le même modèle avec les Saguenéens, ce n'est pas vrai du tout », de souligner Serge Proulx, qui a quitté le Drakkar pour des raisons familiales. 

Il désirait se rapprocher de Montréal, d'où sa femme est originaire. Après la dernière saison, il avait fait part de sa décision aux dirigeants du Drakkar. Il a ensuite fait des appels, et les Sags ont montré de l'intérêt à son endroit. « On est proches, c'est vraiment agréable et je peux continuer à réaliser mon fil de carrière dans un domaine que j'aime », dit le directeur administratif, mentionnant avoir accepté un contrat de quatre ans en lien avec cette stabilité personnelle et celle de l'organisation. 

« J'espère être ici très longtemps. Ça fait vraiment mon bonheur. »

Encore avec le Drakkar

Avant d'être exclusivement avec les Sags, en octobre, Serge Proulx demeurera associé avec le Drakkar. Il ne voulait pas laisser la formation de la Côte-Nord en plan et travaillera sur certains dossiers d'importance, notamment les retrouvailles, dans le cadre du 20e anniversaire de la concession. Il a concocté un horaire en conséquence de cette gymnastique. 

« Pour l'instant, je fais les deux. Ça adonne bien parce qu'avec les Sags, les besoins ne sont pas dans les mêmes dates qu'avec le Drakkar. La saison locale commence une semaine plus tôt à Baie-Comeau. Je ne manquerai rien », d'assurer Serge Proulx, insistant que les partisans des deux équipes n'ont rien à craindre pour les secrets de leur équipe respective. « Oui, il y a une rivalité entre les équipes sur la glace, mais au niveau administratif, on s'aide beaucoup », signale Serge Proulx.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer