Allard veut une équipe qui l'aime

Frédéric Allard... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Frédéric Allard

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

S'il est nerveux à l'approche du repêchage de la Ligue nationale, le défenseur Frédéric Allard le cache très bien. Le numéro 58 admet toutefois qu'il a hâte de savoir avec quelle équipe il va aboutir.

«L'important, c'est que l'équipe qui me repêche m'aime en tant que joueur», souligne Allard qui est classé au 32e rang sur la Centrale de recrutement de la LNH. Personnellement, il s'attend à enfiler un chandail en deuxième ou troisième ronde. Il n'a pas à chercher bien loin un exemple que le rang de sélection est secondaire. Après avoir été repêché en 4e ronde par les Hurricanes l'été dernier, son coéquipier Nicolas Roy a explosé avec une récolte de 49 buts pour signer son premier contrat professionnel en avril, avec des chiffres ressemblant aux choix de premier tour. «C'est un numéro. N'importe où tu vas te retrouver, tu dois te prouver après», rappelle le défenseur originaire de Québec qui fera le voyage à Buffalo avec ses parents, un oncle et quelques amis. «On est 12», précise celui qui comme joueur tardif (''late''), a pu profiter d'une saison supplémentaire avant d'être éligible au repêchage.

«Ça aidé, reconnaît Allard qui a récolté 59 points en 64 rencontres. J'avais eu une saison assez moyenne la saison d'avant et j'ai été capable de revenir avec une grosse saison. J'ai montré que j'étais capable d'évoluer et que je n'étais pas au même niveau qu'à 16 ans.

Plusieurs voient Frédéric Allard comme l'une des cartes cachées de ce repêchage. Le principal intéressé n'est pas en désaccord avec cette affirmation. «J'ai été pas mal sous-estimé toute l'année. Récemment, je n'ai pas été invité au camp estival d'Équipe Canada junior. Je passe pas mal sous le radar, mais l'équipe qui va me repêcher ne va pas le regretter», d'assurer Frédéric Allard qui aura une pensée pour ses parents, dont son père qui l'a dirigé dans le hockey mineur, ainsi que Serge Alain, qui a été son entraîneur pendant trois saisons, dans le pee-wee et le bantam lorsqu'il entendra son nom.

Invité au ''combine'' à Toronto au début du mois, le porte-couleurs des Sags n'a pas fait les tests physiques, résultat d'une fracture des côtes subie lors des dernières séries éliminatoires. Il a eu des rencontres avec une vingtaine d'équipes, ce qui prouve l'intérêt à son endroit. «Je dis pas mal la même affaire et ils sont pas mal tous d'accord avec moi», de résumer Allard qui a mis l'accent sur deux aspects, son jeu offensif ainsi que l'amélioration de son jeu défensif dans la dernière année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer