Un repêchage et des tristes départs

Les Sags ont tout essayé pour mettre la... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Sags ont tout essayé pour mettre la main sur Olivier Rodrigue, mais les voltigeurs de Drummondville leur ont coupé l'herbe sous le pied au 3e rang.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Phil Desgagné
Le Quotidien

CHRONIQUE / Partout où je suis allé la semaine dernière, j'ai eu à répondre à cette question: Yanick Jean a-t-il fait un bon repêchage?

D'abord, il faut dire que l'organisation des Saguenéens a tout fait pour sélectionner le gardien local Olivier Rodrigue. Il a toutefois été impossible de réaliser le rêve. Jean a donc dû changer l'orientation de son repêchage. Premièrement, il a attendu beaucoup plus tard pour aller chercher un gardien de but. Il a dû en repêcher trois pour espérer que dans le groupe, il y aura peut-être une belle surprise. Il faut rappeler que l'année dernière, neuf nouveaux joueurs ont percé l'alignement des Sags. Il faut admettre que l'année précédente, ils avaient l'équipe la plus vieille de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

L'an dernier, ils avaient l'équipe la plus jeune de tout le circuit et ont joué presque toute la saison avec cinq joueurs de 16 ans. Un total de 20 vétérans vont se présenter au camp d'entraînement en août avec l'objectif de percer la formation. Il n'y aura donc pas beaucoup de places pour les recrues repêchées à Charlottetown. Je pense qu'un maximum d'un ou deux jeunes pourront percer l'alignement. N'oubliez pas que la majorité des joueurs repêchés sont âgés de seulement 15 ans. D'ailleurs, si vous voulez avoir un peu plus de détails sur ce que Yanick Jean pense de son repêchage, vous n'avez qu'à aller sur la page Facebook des Sags où Sébastien Morin a réalisé une longue entrevue avec le DG.

La semaine dernière a été assez particulière. D'abord, on apprenait de Mohamed Ali, un des grands de toute l'histoire de la boxe. J'ai suivi ses bonnes années. J'étais un fan de boxe à ce moment-là. Il était un boxeur spectaculaire, probablement le plus grand de son époque. La boxe au Québec vivait des moments spéciaux et surtout magiques. Ici même dans la région, je me souviens très bien des bonnes années de Jean-Yves Fillion, Alfred Lagacé et Serge Tremblay. Ailleurs au Québec, les Paduano, Cantin et Melo remplissaient le vieux Forum de Montréal. C'était bien entendu tout à fait exceptionnel pour la boxe au Québec. Ali a également marqué la boxe à l'extérieur des câbles parce qu'il était pour les Noirs un ambassadeur incroyable. Partout où il passait, il était reçu comme un chef d'État.

Plus tard la semaine dernière, on apprenait le décès du célèbre numéro 9 des Red Wings de Detroit, Gordie Howe. Les premières parties que j'ai eu l'occasion de regarder à la télévision dans les années 50 étaient bien entendu les fameuses confrontations entre le Canadien et les Red Wings. Le Rocket Richard, également le numéro 9, contre Gordie Howe. C'était vraiment des années exceptionnelles pour la Ligue nationale de hockey avec seulement six clubs. On se rappelle tous d'Abel, Lindsay et Howe qui formaient un trio tout simplement fantastique.

Également dans cette semaine, c'était le départ d'un autre grand, cette fois-ci de la région. Je connaissais très bien l'abbé Gérald Linteau. Pendant plusieurs années, il a été une personne exceptionnelle pour la collectivité. On ne pouvait jamais lui dire non. Il était un meneur, partout où il passé. L'an dernier, lors d'un souper au centre du Lac Pouce, l'ancien député péquiste de Chicoutimi, Stéphane Bédard, lui avait remis la médaille de l'Assemblée nationale, pour marquer son implication sociale. Vendredi dernier, je suis donc allé saluer une dernière fois Gérald à l'église Sainte-Anne. J'ai fait la file pendant 55 minutes avant de pouvoir passer devant le cercueil. J'ai réalisé une fois de plus comment il était un homme apprécié de toute la population. Un salut tout à fait spécial à Gérald Linteau. Comme vous pouvez le voir, ç'a été une semaine remplie de départs.

Un petit mot sur le golf en terminant. La semaine dernière se tenait une réunion des directeurs généraux des clubs de la région. Une entente a été signée entre les clubs de Saint-Prime, Lac-Saint-Jean, Saguenay et Chicoutimi qui permet aux membres sept jours de pouvoir aller jouer sur les autres terrains pour la modique somme de 25$, voiturette incluse. Vous aurez remarqué que le club Port-Alfred n'est pas inclus. Je ne connais pas la raison exacte, mais je me doute un peu des raisons qui ont incité les autres DG à ne pas inclure le club baieriverain.

Propos recueillis par Dave Ainsley

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer