Les joueurs des Sags deviennent vendeurs

Nicolas Roy a téléphoné à plusieurs partisans des... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Nicolas Roy a téléphoné à plusieurs partisans des Saguenéens afin de s'enquérir de leur intérêt de renouveler leur billet de saison.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Détenteurs de billet de saison des Saguenéens, ne tombez pas en bas de votre chaise si Nicolas Roy vous téléphone pour renouveler votre abonnement annuel. Depuis lundi et jusqu'à mercredi, des joueurs de l'équipe ont le mandat de prendre le pouls des partisans de l'équipe dans le but d'un possible engagement pour la prochaine saison.

En plus de Roy, Nicolas Guay, Julio Billia, Timothé Simard, Xavier Potvin, Marc-André Gauvreau et Julien Carignan étaient au service des amateurs, lundi. Au moment du passage du Quotidien, Roy, Guay et Billia faisaient des appels, tandis que les autres s'occupaient de l'accueil dans le hall d'entrée du centre Georges-Vézina. Rénald Nepton a aussi mis l'épaule à la roue. Évidemment, l'adjointe administrative, l'infatigable Diane Simard, était à son poste.

«Les athlètes ont tendance à se détacher de leur équipe lorsque la saison se termine mais ici, on veut faire le contraire, a expliqué le coordonnateur des communications et des promotions chez les Saguenéens, Sébastien Morin. Plusieurs sont encore dans la région en raison de l'école, donc on en profite pour les garder impliqués dans l'entourage de l'équipe.»

Selon les premiers coups de fil effectués, les résultats semblent plutôt positifs. De plus, autant les joueurs que les partisans ont apprécié l'idée.

«On jase avec les gens et il y en une couple qui sont contents de nous parler, a mentionné Nicolas Roy. J'ai même eu une discussion de 10 minutes avec la deuxième personne que j'ai appelée. Les partisans viennent nous voir toute la saison et c'est le fun d'avoir un contact différent avec eux.»

Pour sa part, Nicolas Guay s'est senti comme un personnage du film Le loup de Wall Street en succédant les appels téléphoniques. Celui qui aimerait se tourner vers le monde des finances si jamais sa carrière de hockeyeur ne prend pas la tournure espérée avait d'ailleurs une excellente moyenne au bâton. La grande majorité des partisans lui ont confirmé qu'ils étaient tenté de reprendre leur abonnement saisonnier pour la saison 2016-2017.

«Je pense que c'est une très bonne idée (d'appeler nous-mêmes les partisans), a partagé la recrue qui se débrouille particulièrement bien à l'école. Quand les gens entendent le nom d'un joueur au téléphone, je pense que ça les incite encore plus à accepter de renouveler leur abonnement. Ils nous voient sur la glace, mais ils n'ont pas souvent la chance de nous parler. C'est une belle occasion de le faire.»

Les Marquis, pas une menace

Même si les Marquis de Jonquière ont fait beaucoup parler d'eux dans les dernières semaines en raison de l'arrivée de Richard Martel derrière le banc, qui s'est suivi d'une folie aux guichets, les Saguenéens n'ont pas senti que cette situation pouvait avoir un impact négatif sur leur vente de billets de saison.

«Chaque équipe a son public, a pointé Sébastien Morin. On ne se sent pas menacé, au contraire. On est bien content que les Marquis connaissent du succès au guichet et il y a de la place pour les deux organisations.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer