Les beaux jours approchent pour les Sags

COMMENTAIRE / Pour la neuvième fois en dix ans, les Saguenéens ont rendu les... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

COMMENTAIRE / Pour la neuvième fois en dix ans, les Saguenéens ont rendu les armes dès le premier tour des séries, mais cette fois, la lumière est bien visible au bout du tunnel. La surprenante saison qui s'est terminée lundi soir a démontré que les beaux jours approchent pour l'organisation chicoutimienne.

Quelques minutes après la première victoire éliminatoire des Screaming Eagles depuis 2009, l'entraîneur Marc-André Dumont ne manquait pas de qualificatifs pour souligner «le travail exceptionnel» de son homologue Yanick Jean et du personnel des Sags. Il a même pris la peine de lui dire personnellement.

Dumont est passé par ce processus qui culminera dans les prochaines semaines. Quand il s'est amené à la barre de l'équipe de la Nouvelle-Écosse en 2012, il n'a gagné que sept de ses 38 rencontres pour rater les séries. Trois ans plus tard, voilà qu'il a sous la main une équipe de premier plan. Pour les Sags et Yanick Jean, ce sera moins long, a fait observer sans hésitation le grand manitou des Screaming Eagles. Les bases sont très solides avec Frédéric Allard, Nicolas Roy et Julio Billia. Il ne reste qu'à mettre de la chair autour de l'os.

Le bagage mis en banque dans les derniers mois et particulièrement lors de la première ronde face à une équipe à maturité sera un atout précieux pour la suite des choses. Oui les Sags faisaient face à une meilleure équipe, plus mature, plus expérimentée, mais ils ont tout donné et ils auraient pu causer la surprise avec un peu plus de chance. Les gros canons des favoris ont fait le travail.

Si les Sags avaient réussi à aller chercher la troisième rencontre en prolongation, la suite aurait probablement été différente. À 5-1 dans le sixième match, cette quasi-remontée tardive en troisième période en dit long sur le caractère de cette formation.

Honnêtement, en septembre, je me disais que ce serait une bien longue saison avec peu de choses à se mettre sous la dent, un sentiment qui s'est amplifié après neuf défaites d'entrée de jeu.

Lors des mois précédents, Yanick Jean avait complètement métamorphosé l'alignement après une saison plus que décevante, menant à son arrivée avec l'équipe.

Cette fois, le club était à son image et jamais, au cours de la tempête, il a semblé perdre la maîtrise, répétant jour après jour que ça se replacerait. Il avait vu juste alors que les Sags se sont ensuite maintenus dans la première moitié, même après le départ de Gabryel Boudreau pour Gatineau. Ce début de saison catastrophique aura toutefois coûté de précieux points au classement qui auraient permis de rencontrer un adversaire moins bien nanti que les Screaming Eagles. Mais avec des si...

Cette série a révélé au grand jour le talent du défenseur Jérémy Groleau qui n'avait pas du tout l'air d'un joueur de 16 ans face aux Screaming Eagles. Jumelé à Frédéric Allard sur le premier duo, le jeune homme a montré un calme impressionnant et a été en contrôle pendant toute la série, s'offrant même quelques bonnes mises en échec

Exception d'Élie Bérubé, tous les défenseurs de l'édition actuelle pourraient revenir l'an prochain, sans oublier l'autre défenseur de 16 ans David Noël qui a marqué 20 buts dans le midget la saison dernière.

La défensive ne sera certainement pas un problème à Chicoutimi pour les prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer