Sags: le chant du cygne des 20 ans

Dmitry Zhukenov a marqué deux fois en troisième... (Photo collaboration spéciale, Gino Roberge)

Agrandir

Dmitry Zhukenov a marqué deux fois en troisième période.

Photo collaboration spéciale, Gino Roberge

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque fois qu'une équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec est éliminée, la carrière des joueurs de 20 ans se termine. Les trois représentants des Sags n'ont pas eu le plus long des passages au Saguenay, mais ils n'en retiennent que du positif.

Landon Schiller était le plus expérimenté du groupe, lui qui a fait sa place l'an dernier comme joueur invité. «J'apprécie grandement l'opportunité que j'ai obtenue. On avait vraiment un bon groupe de joueurs et c'était un honneur de revêtir l'uniforme des Saguenéens», de raconter l'attaquant ontarien qui poursuivra sa carrière dans les rangs universitaires avec Ryerson en plus d'étudier en finances.

«On est fiers de ce qu'on a réalisé cette saison. En séries, tout le monde a levé son jeu d'un cran. On était bien préparés, le désir y était. Les gars ont tout laissé», d'assurer Landon Schiller.

«J'ai été vraiment bien accueilli. Je voulais seulement aider l'équipe du mieux que je pouvais», a pour sa part confié Taylor Cooper qui s'est amené avec les Sags comme agent libre en janvier après avoir joué dans la Ligue de l'Ouest. Dans son esprit, Chicoutimi est une très belle ville de hockey. «Je me suis vraiment senti bien accueilli même si je ne parle pas beaucoup français», de lancer à la blague Cooper qui termine en tête des marqueurs des Sags en séries avec quatre buts.

«C'est difficile (que ça se termine). J'ai rencontré plein de bonnes personnes, mais c'est le hockey. Il y a seulement un gagnant. Ce n'est pas nous, mais on a tout laissé sur la glace», de laisser savoir Taylor Cooper.

Le défenseur Élie Bérubé a été acquis aux Fêtes dans la transaction qui a envoyé Gabryel Boudreau à Gatineau. Même si son ancienne équipe continue son parcours, il a adoré son passage avec les Sags.

«Je ne m'attendais à rien, mais je peux dire que j'ai été agréablement surpris. Je suis arrivé avec une bonne attitude, mais les gars, de la façon qu'ils travaillaient et la chimie d'équipe, c'est quelque chose que je n'oublierai jamais. Avec l'accueil que j'ai reçu, j'ai l'impression d'avoir joué ici encore plus longtemps», de laisser tomber Bérubé qui évoluera l'an prochain sous les ordres du Chicoutimien Marc-Étienne Hubert avec les Patriotes de l'Université du Québec à Trois-Rivières. Avant de penser à ce nouveau défi, il prendra quelques jours pour digérer l'élimination et la fin de son stage junior.

«On y a cru. Tout au long de la saison, on n'a jamais abandonné, de noter Élie Bérubé. On a tout donné et tout essayé. C'est ce qui est important de se rappeler.»

Julio Billia a accordé sept buts dans la... (Photo collaboration spéciale, Gino Roberge) - image 2.0

Agrandir

Julio Billia a accordé sept buts dans la défaite.

Photo collaboration spéciale, Gino Roberge

Screaming Eagles: une première depuis 2009

Si la disette des Sags en séries a maintenant une année de plus, celle des Screaming Eagles est maintenant chose du passé. La formation de la Nouvelle-Écosse a savouré hier une première victoire éliminatoire depuis 2009.

L'entraîneur-chef des Screaming Eagles, Marc-André Dumont, dédiait d'ailleurs la soirée aux loyaux partisans. «Ils ont traversé tout ça avec nous et ce soir, ils ont été incroyables», a-t-il laissé tomber, ne se disant pas surpris par la remontée des Sags en troisième qui ont augmenté le rythme alors que c'était le contraire pour ses troupiers. Au final, il estimait que l'expérience des siens avait fait la différence dans ce match, mais également dans la série et tout ça sans le capitaine Clark Bishop, blessé.

«C'était plus facile de diriger à 5-4, ce qui est vraiment un bon signe», de souligner Marc-André Dumont qui ne ressentait pas de pression supplémentaire en raison de la disette de l'équipe en séries.

«Ni moi ni les joueurs actuels ne sommes responsables de cette situation. L'an dernier, on est passé à un match d'éliminer l'équipe qui accueillait le tournoi de la coupe Memorial. On avait un club de 18 ans et on s'est battus. On a perdu en sept, mais on est allé chercher de l'expérience, même si ce n'était pas le but premier qui était de gagner. On était conscients que ça faisait plusieurs années, mais pour nous c'est le présent et on n'est pas responsables», de noter l'entraîneur des Screaming Eagles dont la formation a maintenant rendez-vous avec les Sea Dogs de Saint-Jean.

Sans exagérer, il est possible de tracer un parallèle entre les Sags de cette saison et les Screaming Eagles de l'an dernier. Marc-André Dumont n'a pas eu besoin de se forcer pour louanger le «travail exceptionnel de reconstruction» de Yanick Jean.

«Ça fait juste un an et demi qu'il est en poste et déjà on sent une identité qui est cultivée. Ce qui est important dans une reconstruction, ce n'est pas un chronomètre, mais d'avoir une boussole et s'en aller dans la bonne direction. De l'extérieur, je vois que Yanick Jean est dans la bonne direction», a-t-il vanté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer