Rendez-vous raté pour les Sags

Les Saguenéens ont perdu 4-0 le cinquième match... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Saguenéens ont perdu 4-0 le cinquième match de la série face aux Screaming Eagles du Cap-Breton.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec des gradins remplis, tout était en place pour une soirée grandiose au centre Georges-Vézina. Le problème, c'est que les Saguenéens n'ont jamais pris leur envol dans le cinquième match de la série face aux Screaming Eagles du Cap-Breton, s'inclinant au compte de 4-0, devant 4454 spectateurs. Les Chicoutimiens tirent maintenant de l'arrière 3-2 avec les deux dernières rencontres prévues sur la patinoire adverse.

C'était la première fois depuis le printemps 2012 qu'autant d'amateurs s'entassaient dans le vétuste amphithéâtre du boulevard de l'Université. Après la rencontre, dans son point de presse, l'entraîneur-chef Yanick Jean est devenu émotif en parlant de ce rendez-vous raté pour ses joueurs. «Ils voulaient tellement. Je suis déçu comment ç'a tourné pour eux. Ils méritaient mieux que ça et de réussir. Les gens ont été fantastiques. Je n'ai pas entendu de huées. J'aurais juste aimé qu'on ait une étincelle pour que les joueurs connaissent la foule et comment elle peut devenir intimidante. Il fallait trouver un moyen et on ne l'a pas fait», de laisser tomber Yanick Jean.

Avec des gradins remplis, tout était en... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, assistait... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.1

Agrandir

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, assistait au match numéro 5 entre les Sags et les Screaming Eagles en compagnie de sa conjointe.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Visiblement nerveux en début de rencontre, les Sags n'ont pas réussi à obtenir un seul tir lors de trois avantages numériques successifs. Les visiteurs se sont ensuite mis en marche, écrasant tout sur leur passage et souvent les joueurs des Sags ont eu de la difficulté à suivre. Sans un Julio Billia en grande forme, l'écart aurait pu être beaucoup plus grand qu'un but après 20 minutes et un total de 11-2 dans les chances de marquer. Dillon Boucher a été le seul à réussir à battre le vétéran gardien des Sags sur un retour en fin de période. Ça ne s'est pas vraiment amélioré en deuxième et les Screaming Eagles ont poursuivi sur leur lancée, marquant deux fois. Taylor Cooper est celui qui est venu le plus près de déjouer Alexandre Bélanger en début de deuxième, mais le filet a été déplacé tout juste avant qu'il il pousse la rondelle derrière la ligne rouge. En retard par trois buts en troisième, les Sags ont tout essayé lors d'une autre attaque massive, sans succès et quelques minutes plus tard, Giovanni Fiore a mis fin aux minces espoirs.

Malgré la domination totale des Screaming Eagles, Yanick Jean était convaincu après le match que la situation aurait été différente si les Sags avaient ouvert le pointage sur l'attaque massive en première. «On a bousillé cette chance en partant sur l'avantage numérique. On était nerveux. On les a eus un peu trop de bonne heure et c'est un couteau à double tranchant. Si on exécute et on marque, on met la foule de notre côté. On a eu la chance et on ne l'a pas fait. C'est la manière qu'on a réagi par la suite», de souligner Yanick Jean qui en aucun temps, a senti un manque d'effort ou de la paresse. À son avis, l'inexpérience des siens a joué un grand rôle dans le résultat final. «Ils voulaient tellement réussir et se sont mis une pression additionnelle», d'indiquer le pilote des Bleus, convenant que la fatigue se faisait également sentir dans le camp chicoutimien. «On en a laissé beaucoup mardi et mercredi», a-t-il mentionné, ajoutant que ses joueurs ne sauteraient pas sur la patinoire alors que le prochain match aura lieu lundi, au Cap-Breton.

«Ils ont tellement de bons joueurs qu'il faut être tout le temps sur la coche, mentalement et physiquement», de confier Yanick Jean.

Si un septième match devait être nécessaire, il serait disputé mardi, encore une fois au centre 200 de Sydney.

Un coup qui fait mal

Pour les joueurs des Sags, le coup porté hier par leurs adversaires a fait mal, mais n'était pas fatal.

La déception était évidente sur les visages des Chicoutimiens quelques minutes après la sirène annonçant la fin du match. «C'est sûr qu'ils étaient le meilleur club. On n'a pas créé de chances et fait un peu d'erreurs. On leur donne le crédit, d'annoncer l'attaquant Jonathan Bourcier. C'est décevant parce qu'il y avait plus de 4000 personnes pour nous encourager.»

Après avoir enfilé l'aiguille à 30 occasions en saison régulière, le joueur de 19 ans n'a toujours pas touché la cible en cinq rencontres face aux Screaming Eagles avec deux passes. Hier, il a fendu l'air sur sa meilleure opportunité, en première, sur l'un des trois avantages numériques. Après la rencontre, questionné sur un possible manque de confiance présentement, il a axé sa réponse sur le plan collectif.

«Si l'équipe va bien, je vais bien. Les séries, ce n'est pas personnel, c'est l'équipe qui compte», a-t-il fait valoir.

Un seul joueur des Sags a obtenu trois tirs vendredi et ce n'est pas celui qui vient en tête de liste. Surtout reconnu pour son jeu défensif, Antoine Marcoux a mis à l'épreuve Alexandre Bélanger à trois occasions et a bien failli marquer en troisième. Son trio complété par Zachary Lavigne et Mark Bzowey a été impeccable en territoire défensif.

«Le résultat est décevant. Ils ont travaillé fort et on a eu une petite baisse, mais on va se reprendre, d'assurer l'attaquant de 19 ans. Les gars veulent. On l'a prouvé jusqu'à maintenant et on n'abandonnera pas. De petites erreurs contre une équipe de même, c'est coûteux. On n'a pas le choix d'oublier et de recommencer lundi. Ce n'est pas terminé encore, c'est juste 3-2 et on a encore le temps de revenir.»

Les Screaming Eagles sont rentrés à la maison... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 4.0

Agrandir

Les Screaming Eagles sont rentrés à la maison avec une priorité de 3-2 dans la série face aux Saguenéens.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

De mieux en mieux

Les choses tombent en place pour les Screaming Eagles qui ont montré leur meilleur visage vendredi soir pour prendre les devants 3-2 dans la série face aux Saguenéens.

«J'aime le fait qu'on bâtit bien nos matchs. Plus on avance dans la série, mieux on joue. On a moins dirigé de tirs que dans d'autres parties, mais on a disputé un bien meilleur match», de souligner l'entraîneur-chef Marc-André Dumont, qui a souligné le travail des autres défenseurs qui ont eu une charge de travail accrue en l'absence de l'ancien des Sags Loïk Léveillé, suspendu pour deux rencontres.

Tout comme son vis-à-vis, Marc-André Dumont estimait que les trois avantages numériques infructueux des Saguenéens ont pesé gros dans le pointage final. «On est bien au courant que lorsqu'ils mènent après une et deux périodes, leur fiche est exceptionnelle», de noter Marc-André Dumont. C'est l'avantage d'avoir un club plus vieux, un peu plus mature, c'est que les gars ont tellement vu de choses. On a eu trois désavantages à tuer et on l'a fait.

Les Screaming Eagles auront maintenant deux chances de mettre fin à la série devant leurs partisans. Une situation enviable, mais l'entraîneur ne désirait pas s'étendre sur le sujet, continuant de servir le même discours. «Le seul match qui compte, c'est lundi soir. On veut gagner autant que les Sags veulent gagner», de signifier Marc-André Dumont.

Pointes de plume

• L'ancien des Sags Laurent Dauphin, devrait terminer la saison dans la Ligue nationale. L'attaquant qui a célébré son 21e anniversaire la semaine dernière a été rappelé vendredi par les Coyotes de Phoenix. Le club-école des Falcons de Springfield est éliminé de la course aux séries éliminatoires de la Ligue américaine et Dauphin est le quatrième marqueur de l'équipe avec 23 points en 63 rencontres. Il a connu un mois de mars du tonnerre, amassant neuf points à ses dix dernières rencontres. Dauphin en est à son deuxième séjour avec les Coyotes. En janvier, il a disputé ses trois premiers matchs, en profitant pour marquer son premier but...

• Comme les Sags la semaine dernière, les Screaming Eagles sont rentrés à la maison en avion immédiatement après la rencontre. Les Sags se rendront également à Sydney par la voie des airs, lundi matin...

• Visiblement, la direction du Canadien adore l'attaquant des Screaming Eagles Pierre-Luc Dubois. Après Trevor Timmins plus tôt cette semaine, le directeur général Marc Bergevin assistait au match numéro 5. Bergevin a toutefois refusé toutes les demandes d'entrevues. Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, était également un spectateur attentif à la rencontre...

• Trois autres équipes ont vu leur saison prendre fin vendredi. Les Tigres de Victoriaville ont été éliminés par les Wildcats de Moncton, les Cataractes de Shawinigan se sont débarrassés du Phoenix de Sherbrooke tandis que les Sea Dogs de Saint-Jean ont terminé le travail face au Titan d'Acadie-Bathurst. En retard 3-1 dans la série et 3-0 après 20 minutes, les Foreurs de Val-d'Or ont renversé la vapeur et évité pour le moment l'un des plus grosses surprises de l'histoire de la LHJMQ avec une victoire de 6-5. L'Océanic de Rimouski est demeuré en vie grâce à une victoire de 5-4 en prolongation...

• Avec la blessure à Julien Tessier, Marc-Antoine Massé a disputé un premier match éliminatoire. Il a fait sa première présence en troisième alors que le pointage était déjà 4-0 en faveur des Screaming Eagles...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer