Fin de la disette en séries des Sags à domicile

Les Saguenéens ont réussi à déjouer le gardien... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Saguenéens ont réussi à déjouer le gardien Alexandre Bélanger cinq fois sur 22 tirs .

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La disette des Sags en séries au Centre Georges-Vézina est enfin terminée. Après dix défaites consécutives à la maison, les Chicoutimiens ont arraché une victoire de 5-4 aux Screaming Eagles du Cap-Breton, devant 2502 bruyants spectateurs, pour créer l'égalité 2-2 dans la série quatre de sept.

Cette victoire des Sags confirme également un retour des deux équipes au Centre 200 de Sydney, au minimum pour la sixième rencontre. D'ici là, le cinquième affrontement sera disputé vendredi soir. «On ne voulait pas jouer en se disant que si on perdait, la série allait être 1-3. C'est la dernière affaire que je veux dans cette série. Je ne veux pas que les gars jouent avec le score de la série en tête. Plus la série va être longue, plus on va leur mettre de la pression. Ce club-là n'a pas le droit de perdre», a continué de marteler l'entraîneur-chef Yanick Jean après la rencontre.

Taylor Cooper a sonné la charge chicoutimienne en première période. L'attaquant de 20 ans a d'abord surpris Alexandre Bélanger d'un tir d'un angle restreint, avant de pousser une rondelle libre derrière la ligne rouge en avantage numérique.

Les Screaming Eagles ont également frappé avec l'avantage d'un homme avant la fin de l'engagement quand Maxim Lazarev a encore une fois réussi à bien se placer à l'embouchure du filet et son tir n'a donné aucune chance à Julio Billia.

Les locaux se sont retrouvés dans une bonne position en début de deuxième quand Nicolas Roy a fait 3-1, encore une fois en supériorité numérique. Cette fois, ce sont les Screaming Eagles qui sont revenus de l'arrière, marquant deux fois en deuxième moitié de période et c'était l'égalité après 40 minutes. «En deuxième période surtout, j'ai senti que le réservoir était vide à ce moment.

Les 5-6 dernières minutes de la période ont été très éprouvantes et ça nous a fait du bien de pouvoir revenir au vestiaire et se regrouper. Même s'ils ont passé beaucoup de temps dans notre territoire en troisième, je considère que c'était beaucoup mieux», a souligné le pilote des Bleus dans son point de presse.

En troisième, la touche offensive est venue des joueurs de soutien. Après une domination des Screaming Eagles dans les premières minutes, sur la première percée des Sags, Tim Simard s'est dégagé dans l'enclave et a redirigé la passe de Louis-Philippe Simard derrière Bélanger pour redonner les devants aux siens. Avec deux minutes à faire, Antoine Marcoux a ensuite marqué un but d'assurance qui s'est ensuite avéré très important. Alors que Landon Schiller était au cachot, Pierre-Luc Dubois a touché la cible, mais s'est ensuite également retrouvé au cachot pour être entré en contact avec Julio Billia, ce qui a permis aux Sags d'écouler les dernières secondes.

« (Marcoux et Tim Simard) Ce sont des joueurs qui, en plus de joueur contre les meilleurs éléments de l'autre côté, amènent une contribution offensive. Dans les séries, c'est de ça qu'on a besoin alors que les joueurs-clés sont surveillés de près», de rappeler Yanick Jean qui ne se formalisait pas de la domination des Screaming Eagles 45-22 au chapitre des tirs. Plusieurs lancers venaient de la périphérie.

«On joue de cette manière depuis le début de la saison. On essaie de le protéger (Julio Billia) du mieux qu'on peut. Il a 19 ans et c'est sa quatrième saison dans la ligue, il est capable de prendre le bagage», d'assurer Yanick Jean.

La disette des Sags en séries au Centre... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Tim Simard hante son ancien club

Reconnu pour son efficacité défensive, Tim Simard s'est permis d'avoir un impact offensif mercredi soir, contre son ancienne équipe en prime.

En ajoutant la saison, il s'agissait de son cinquième filet, mais certainement son plus important, qui redonnait les devants aux Saguenéens pour de bon en troisième. «On avait besoin de ça. On a mis de la pression, ce qui a mené à un revirement et au but», a souligné l'attaquant de 19 ans, acquis l'an dernier des Screaming Eagles. Au début, je m'en allais pour faire l'écran devant Bélanger. J'ai vu que j'étais seul et je me suis placé pour recevoir la passe, ce qui a fonctionné.

«C'est le fun de contribuer quand tu joues contre ton ancien entraîneur. Je ne pense pas trop à ça. Je veux contribuer pour notre équipe sans me soucier de l'adversaire», de confier Tim Simard.

Son ancien entraîneur, Marc-André Dumont, estimait que le début de match de son équipe a eu de lourdes conséquences sur la suite des choses, alors que, pour la première fois de la série, les Sags ont frappé les premiers. «Dans l'ensemble, on a fait de bonnes choses. On a dû jouer du hockey de rattrapage tout le match. Un moment donné, tu manques de temps et de ressources», a rappelé Dumont, estimant que les Sags avaient été plus opportunistes, en plus de jouer de chance à quelques occasions, notamment sur le premier but.

«C'est le hockey. Ce n'est pas plus compliqué que ça», de laisser tomber l'entraîneur des Screaming Eagles, qui a aimé la tenue de ses troupiers à partir de la deuxième période. «On a eu plus de chances de marquer, plus de lancers, plus de possession. On a fait plein de belles choses sur lesquelles on peut bâtir. Au hockey, c'est le score qui importe. Tu peux avoir plus de chances et de lancers, mais l'important, c'est de capitaliser», de convenir Marc-André Dumont.

Julio Billia, qui a excellé au troisième tiers,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Julio Billia, qui a excellé au troisième tiers, a stoppé 41 tirs dans la victoire.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Julio Billia sublime en troisième période

En fin de deuxième période, Julio Billia a échappé un faible tir d'Evgeny Svechnikov et Colin MacSween a récupéré la rondelle libre pour créer l'égalité 3-3.

À partir de ce moment, le gardien des Sags est devenu pratiquement invincible, repoussant les nombreux tirs des Screaming Eagles en troisième période. «Tu ne peux pas t'attarder au nombre de lancers. Globalement, on a offert une grosse performance. Les gars devant moi ont bien fait ça. Oui on a donné beaucoup de lancers, mais les gars ont été efficaces sur les retours. Ça me donnait une ou deux secondes de plus», a fait valoir le gardien de 19 ans, qui a terminé la rencontre avec 41 arrêts même s'il a été souvent dérangé par des adversaires.

«C'est dans leur plan de match. Au début, ils avaient moins de présences au filet, et là, ils essaient vraiment de me déranger et m'accrochent également. J'essaie simplement de rester concentré et les arbitres sont supposés s'occuper de ça», a rappelé le vétéran gardien avec un sourire qui en disait long sur le fond de sa pensée alors qu'une seule pénalité a été décernée, celle de Pierre-Luc Dubois en fin de rencontre. Les deux joueurs ont même eu un échange verbal musclé alors que Dubois se dirigeait au banc des pénalités.

Pour Nicolas Roy, qui a inscrit son troisième de la série en début de deuxième, bien posté dans l'enclave au retour, les Sags doivent s'inspirer de leurs adversaires et également déranger Alexandre Bélanger dans son travail... dans les limites des règles. «Comme pour tout gardien, il faut mettre des rondelles au filet et du trafic devant lui. Il n'y a pas de secret», d'observer l'attaquant de 18 ans.

Tant les Sags que les Screaming Eagles ont perdu un soldat dans cette rencontre. En première, frappé par Alexandre Jacob, Phélix Martineau a vu son match prendre fin. En deuxième, ce fut au tour de Julien Tessier de prendre le chemin du vestiaire après avoir été frappé par-derrière par Loïk Léveillé. Après la rencontre, Yanick Jean a indiqué que sa série était terminée. Présent au match, le préfet de discipline Raymond Bolduc a demandé à visionner les deux séquences.

Julien Tessier a été frappé par-derrière par Loïk... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 4.0

Agrandir

Julien Tessier a été frappé par-derrière par Loïk Léveillé. Sa série est terminée.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Pointes de plume

• Deux équipes qui faisaient face à l'élimination mercredi ont réussi à remporter une première victoire. Devant seulement 1290 spectateurs au centre K-C Irving, le Titan d'Acadie-Bathurst est finalement venu à bout des Sea Dogs de Saint-Jean, au compte de 6-3. Les Tigres de Victoriaville sont également demeurés en vie en l'emportant 4-2 sur les Wildcats de Moncton. Pour ce quatrième match, après avoir cédé quatre fois sur 15 tirs la veille, le Chicoutimien Olivier Tremblay a été remplacé par James Povall. Pour leur part, les Huskies de Rouyn-Noranda et les Olympiques de Gatineau ont terminé le travail dans leur série respective. Les Huskies ont littéralement taillé en pièces les Voltigeurs de Drummondville, marquant 33 buts en quatre parties contre seulement 4 pour leurs adversaires. Champions du calendrier régulier, les Huskies (113) avaient cumulé plus du double de points des Voltigeurs (56). Les Olympiques ont accédé à la ronde suivante sans problème, envoyant les Remparts de Québec en vacances avec une victoire de 4-2. Largement négligé, l'Armada a les Foreurs dans les câbles, menant la série 3-1 après une victoire de 3-2 mercredi...

• Stoppé par un virus pour les matchs 2 et 3, Zachary Lavigne a effectué un retour au jeu dans le quatrième duel. Même s'il n'était certainement pas au sommet de sa forme, il a encore une fois été très efficace dans missions défensives. Après la rencontre, Yanick Jean a indiqué que c'est l'attaquant de 17 ans qui lui avait demandé pour jouer. «Je lui ai dit pas de problème mon homme et il a été un de nos meilleurs attaquants», d'estimer le pilote des Bleus...

• Le directeur du recrutement du Canadien de Montréal, Trevor Timmins, était un spectateur attentif à la rencontre. Il avait certainement Pierre-Luc Dubois dans sa mire, qui pourrait être encore disponible quand les Montréalais effectueront leur choix de première ronde. Le directeur général des Hurricanes de la Caroline, Ron Francis, était également sur place, pour épier entre autres joueurs Nicolas Roy, choix de 4e ronde de l'équipe au dernier repêchage de la Ligue nationale...

Partager

À lire aussi

  • Les Voltigeurs balayés

    Hockey junior

    Les Voltigeurs balayés

    Les Voltigeurs de Drummondville ont disputé leur meilleure rencontre des séries éliminatoires, mercredi soir devant leurs partisans, mais ce ne fut... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer