«On va construire là-dessus»

En prolongation, les officiels ont accordé un tir... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

En prolongation, les officiels ont accordé un tir de pénalité à Michaël Joly qui a été frustré par Julio Billia de la jambière.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour Nicolas Roy, la troisième période a permis aux Sags de bien placer les pièces du casse-tête offensif, ce qui sera profitable pour la suite de la série.

«C'est sûr que ça fait toujours mal sur le coup de perdre en prolongation. En même temps, il faut se dire que c'est seulement un match. Que tu perdes 8-1 ou en prolongation, c'est seulement un match dans la série. Il faut voir les choses de cette manière», a indiqué le marqueur de deux buts des Sags quelques minutes après la conclusion de la rencontre.

«En troisième, on a créé les revirements. On était intenses sur le porteur de la rondelle et on a patiné. C'était vraiment une excellente période. On va construire là-dessus pour le prochain match, de philosopher Nicolas Roy, convenant que cette remontée de trois buts avait également semé un doute dans l'esprit des joueurs des Screaming Eagles.

«C'est notre identité depuis le début de l'année. On a comblé à plusieurs reprises des déficits. On n'arrête jamais de travailler», d'assurer le numéro 55.

Avant la troisième période, l'avantage numérique des Sags obtenait des chances, mais avait été blanchi à cinq reprises. Les deux buts coup sur coup avec l'avantage d'un homme en troisième ont donné confiance aux joueurs sur les deux unités d'attaque massive à son avis. «Je pense qu'on a eu beaucoup de chances sur nos avantages en deuxième, mais on n'a pas été capables de marquer. On a eu un peu de chance sur celui-là et ça nous a donné un petit boost», d'indiquer Nicolas Roy.

Mauvaise réaction au premier but des Sags, déplore Dumont

(Serge Émond) - Marc-André Dumont estime que la réaction de ses joueurs, beaucoup plus que le premier but des Saguenéens marqué par Nicolas Roy en début de troisième période, a donné un nouveau visage au match d'hier.

« Ç'a viré de bord parce que nous avons laissé ce but modifier le momentum, a résumé l'entraîneur des Screaming Eagles. Le momentum, c'est un choix. Ce n'est pas imposé. Nous avons laissé ça nous déranger et nous avons aussi pris des punitions inutiles à des moments importants. Cela a ouvert la porte pour que les Saguenéens reviennent dans le match. »

« La deuxième période a probablement été notre meilleure période de la série. Nous devons maintenant fermer les livres sur ce match et nous concentrer sur celui de mercredi. Nous devons nous assurer de jouer plus proche de 60 minutes mercredi. Le match de ce soir (mardi) n'est plus important, autant pour nous que pour les Saguenéens. Le seul match important est le prochain. »

Comme bien des amateurs, Marc-André Dumont a eu l'impression que plus la période de prolongation a avancé et plus la profondeur des Screaming Eagles a fait une différence. Il a fait remarquer que l'équipe adverse a souvent été obligée à dégager son territoire.

« Je trouvais qu'on reprenait le rythme qu'on avait mis dans le tiroir », a conclu Dumont, qui a aussi eu de bons mots pour les gardiens Alexandre Bélanger et Julio Billia.

De son côté, l'auteur du but gagnant a assuré qu'il n'y a eu aucun vent de panique dans le vestiaire de son équipe après la troisième période, même si elle venait d'échapper une avance de trois buts.

« On s'est tout simplement dit qu'on recommençait à zéro, a indiqué Pierre Luc Dubois. On recommençait à 0-0. Un but et c'était fini. Il fallait travailler fort et essayer d'avoir la victoire. »

« On s'est tiré dans le pied avec les punitions (en troisième période). On va apprendre de ça. Les Saguenéens ont une bonne équipe et on sait ce qu'ils sont capables de faire. Ils sont très dangereux en avantage numérique. Avant la série, même s'ils ont fini en dixième place, on savait qu'ils avaient une bonne équipe. Ils ont mal commencé l'année et c'est peut-être pour cette raison qu'ils ont terminé dixièmes. Nous ne les avons pas pris à la légère. »

Pointes de plume

• L'adjoint du vétéran gardien des Screaming Eagles Alexandre Bélanger, Daryl MacCallum, en a fait du chemin, cette saison, avant d'aboutir au Cap-Breton. Il a notamment appartenu quelques semaines aux Saguenéens qui l'avaient acquis du Titan d'Acadie-Bathurst contre un choix de 11e ronde. Sans que le gardien de 19 ans ait enfilé l'uniforme des Sags à la date limite des échanges, Yanick Jean l'a expédié aux Foreurs de Val-d'Or en retour d'un choix de 9e tour. Les Screaming Eagles ont joué un vilain tour à la formation de l'Abitibi en le réclamant au ballottage quelques jours plus tard...

• Les Saguenéens seront dédommagés par la Ligue de hockey junior majeur du Québec pour chaque voyage au Cap-Breton. En séries, les équipes reçoivent une compensation pour tout voyage de plus de 800 kilomètres. Un montant (50 sous) est prélevé sur chaque billet vendu pendant toutes les séries éliminatoires. Après coup, les formations qui ont dû faire un ou plusieurs longs voyages se partagent l'enveloppe selon le pourcentage de kilomètres parcourus...

• Le 5 à 7 organisé avant la rencontre a été un véritable succès. La file pour se procurer des hot-dogs ne cessait de grandir avant la rencontre. Bref, une expérience à répéter dans le futur...

• Les recrues Nicolas Guay et Keenan MacIsaac ont tous deux disputé un premier match éliminatoire en carrière, mardi soir. MacIsaac a été inséré dans l'alignement en raison de la blessure à Artem Maltsev tandis que Guay a remplacé Louis-Philippe Simard qui s'est retrouvé à la ligne bleue à la suite de la suspension de deux parties infligée à Julien Carignan...

• L'arbitrage est vraiment différent au Québec comparativement aux Maritimes. Même les joueurs ne savent plus sur quel pied danser, a révélé Yanick Jean après le match d'hier. « Ils viennent nous voir entre les périodes et sont mêlés par rapport aux pénalités. Comparativement au hockey des deux premiers matchs, c'est complètement différent. C'est à nous de s'ajuster », de reconnaître le pilote des Bleus...(Dave Ainsley)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer