Belle remontée... pour rien

Pierre-Luc Dubois, a choisi le bon moment pour... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Pierre-Luc Dubois, a choisi le bon moment pour casser la glace dans la série et ainsi permettre aux siens de prendre les devants 2-1 dans la série quatre de sept.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens ont poussé les Screaming Eagles du Cap-Breton dans leurs derniers retranchements, mardi, lors du troisième match de la série présenté au Centre Georges-Vézina. Les Chicoutimiens ont effectué une remontée spectaculaire en troisième période, comblant un retard de 3-0, mais les représentants de la Nouvelle-Écosse ont sauvé les meubles en prolongation, s'offrant une importante victoire de 4-3.

Après nombre de chances ratées de part et d'autre dans une période supplémentaire complètement folle, l'espoir en vue du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey, Pierre-Luc Dubois, a choisi le bon moment pour casser la glace dans la série et ainsi permettre aux siens de prendre les devants 2-1 dans la série quatre de sept. Avec une minute à faire à l'engagement, l'attaquant de 17 ans s'est amené dans l'enclave avant de battre Julio Billia avec un tir tout simplement parfait dans la partie supérieure. Plus tôt en prolongation, les officiels avaient accordé un tir de pénalité à Michaël Joly qui a été frustré par Julio Billia de la jambière. Dmitry Zhukenov a frappé le poteau, tandis que Jake Smith et Nicolas Roy ont raté la cible sur des chances de grande qualité.

«En deux périodes (troisième et prolongation), on est allés chercher 18-20 chances de marquer. Il faut continuer dans cette veine mercredi. On n'a rien à perdre», de rappeler l'entraîneur-chef Yanick Jean, pas du tout l'air abattu dans son point de presse.

En retard 3-0 après 40 minutes, les Sags ont joué de chance en supériorité numérique en début de troisième quand, sur une tentative de dégagement d'Alexandre Gosselin, la rondelle a dévié sur le bâton de Nicolas Roy avant de se retrouver dans le fond du filet. Ce but a fouetté les Sags et Roy qui en ont remis sur l'attaque massive suivante. Bien placé dans l'enclave, l'attaquant de 18 ans a envoyé un retour de lancer derrière le gardien Alexandre Bélanger qui en a eu pour son argent en troisième. À partir de ce moment, soulevés par la foule bruyante, les locaux ont pris le contrôle de la rencontre. Après des chances en or ratées de Jake Smith, Alexandre Jabob, lors d'une rare présence, a semé l'hystérie dans le Centre Georges-Vézina en créant l'égalité. Malgré l'insistance des Screaming Eagles en fin de période, la défensive chicoutimienne a tenu le coup pour forcer une improbable prolongation.

Après la rencontre, l'entraîneur-chef Yanick Jean préférait mettre l'accent sur la remontée des siens que sur la défaite crève-coeur. Il se promettait également de le faire avec ses troupiers. «On a joué différemment, insistait le pilote des Bleus sur la troisième période.

«On n'est pas allés sur la glace avec la peur de faire une erreur, mais en ayant rien à perdre. On a foncé et travaillé. La seule affaire qu'il était important de faire en troisième, c'était de travailler plus fort qu'eux», de reprendre l'entraîneur-chef, invitant ses protégés à jouer de cette manière dès le début du match numéro quatre mercredi.

«On est une équipe qui a prouvé des choses toute l'année à plein de gens qui ne nous mettaient même pas dans les séries. On ne peut pas arriver dans les séries et se mettre une pression additionnelle nous-mêmes. C'est la dernière chose qu'on peut faire», de mentionner Yanick Jean.

Après un premier engagement sans but, une deuxième période difficile a placé les Sags dans une position bien inconfortable alors que les Screaming Eagles ont complètement dominé avec 14 chances de marquer contre seulement deux pour les locaux qui ont souvent été débordés. Avec autant d'occasions, les visiteurs ont touché la cible trois fois, dont deux buts avec l'avantage d'un homme aux extrémités de la période par l'entremise du Russe Maxim Lazarev, qui a repris sa place après avoir raté le match de samedi. Il semblait pourtant très incommodé, mais ses deux tirs se sont retrouvés au fond du filet, dont le deuxième en toute fin de période où il a raté partiellement la rondelle, qui a tout de même trompé Julio Billia.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer