Sags: Billia savait qu'il serait occupé

Julio Billia entame ses deuxièmes séries éliminatoires à... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Julio Billia entame ses deuxièmes séries éliminatoires à titre de premier gardien de son équipe.  Le gardien de 19 ans a fait face à 96 lancers en deux rencontres jusqu'à maintenant.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Julio Billia n'a pas eu le temps de chômer depuis le début de la série entre les Saguenéens et les Screaming Eagles du Cap-Breton. En deux rencontres, il a été bombardé de 96 lancers.

Cette charge de travail importante n'a pas surpris le gardien de 19 ans. Il connaissait très bien le traitement que lui réservaient les Screaming Eagles, une équipe qui compte dans ses rangs sept marqueurs d'au moins 20 buts et qui a montré la troisième meilleure fiche offensive de la ligue pendant la saison régulière.

«Je m'y attendais, a noté Julio Billia, lundi, après l'entraînement de son équipe. Pendant toute la saison, Cap-Breton a toujours obtenu plus d'une trentaine de lancers par partie. Ils amènent vraiment la rondelle au but.

«Je ne dirais pas que c'est une équipe plus dure à affronter qu'une autre (pour un gardien), mais c'est une équipe offensive. Il ne faut jamais les prendre à la légère. Tu dois être prêt pour chaque jeu qu'ils font parce que tu ne sais jamais quand il peut y avoir une échappée.»

Dans l'esprit de Julio Billia, il est très important de briser le plus souvent possible le rythme des attaquants des Screaming Eagles. Parce qu'ils aiment amener la rondelle au filet, le gardien des Saguenéens se fait un devoir d'immobiliser le disque dès que l'occasion se présente afin de diminuer les risques de retour et les chances de marquer.

Julio Billia estime que les Saguenéens peuvent être heureux d'être à égalité avec leurs adversaires après deux rencontres. Pour le reste, il se tourne vers l'attitude adoptée par son entraîneur. Un match à la fois, sans trop se préoccuper du pointage de la série.

«Nous continuons de nous préparer comme on le fait depuis le début de la série, a résumé le gardien des Saguenéens. On prend ça un match à la fois. C'est la seule chose qui compte. On ne regarde pas vraiment les résultats des autres matchs, on pense seulement au prochain.

«Ce sera le fun de jouer devant nos partisans. Ça peut nous apporter quelque chose, mais ça reste un match de hockey.»

Julio Billia entame ses deuxièmes séries éliminatoires à titre de premier gardien de son équipe. Après avoir partagé le travail avec Domenic Graham en 2014, quand les Saguenéens ont été éliminés en quatre parties par l'Océanic de Rimouski, il a disputé les cinq matchs d'une série contre les Wildcats de Moncton en 2015.

«Ce n'est pas facile, mais l'expérience m'aide beaucoup, explique-t-il. Je prends ça match par match, lancer par lancer. Je ne me préoccupe pas du résultat, juste de l'effort. Quand l'effort est là, je sais que ça va bien.»

Marc-André Dumont veut une plus grande discipline

Satisfait d'avoir vu son équipe améliorer la qualité de son jeu, samedi, pendant son deuxième affrontement avec les Saguenéens de Chicoutimi, Marc-André Dumont estime que les Screaming Eagles du Cap-Breton augmenteront grandement leurs chances de passer au deuxième tour des séries éliminatoires s'ils prennent soin d'un élément qui a fait défaut dans les deux premiers matchs. Il souhaite voir ses joueurs faire preuve d'une plus grande discipline.

«Nous avons bien progressé entre vendredi et samedi, a reconnu l'entraîneur des Screaming Eagles, lundi. Nous avons fait des choses intéressantes. Nous avons marqué plus de buts avec moins de lancers, mais nous ne sommes pas satisfaits du niveau de discipline de nos joueurs. Nous devrions accorder beaucoup moins d'avantages numériques. Nous en avons discuté en équipe et nous voulons nous assurer d'être meilleurs à ce niveau. On ne peut pas continuer d'accorder sept ou huit avantages numériques par match aux Saguenéens. Ça va nous rattraper.»

Pour le reste, l'équipe de la Nouvelle-Écosse, qui a fait le voyage de Sydney à Saguenay en avion, devrait chercher à conserver une recette qui lui a été bénéfique samedi. À cette occasion, la formation dirigée par Marc-André Dumont a distribué 36 mises en échec. L'entraîneur ne pouvait prédire, lundi, s'il lui sera possible d'être aussi efficace sur la patinoire olympique du Centre Georges-Vézina, mais le message de base sera le même.

«Nous avons une équipe mature qui est capable d'être physique, a mentionné le pilote des Screaming Eagles. Samedi, nous voulions avant tout mettre plus de pression sur le porteur de la rondelle que nous l'avions fait la veille. On veut continuer de mettre beaucoup de pression sur le porteur de la rondelle.

«Notre but est uniquement de gagner la série. Nous voulons arriver à quatre victoires avant les Saguenéens, c'est aussi simple que ça. L'important pour nous est de rester dans le moment présent. C'est ce qu'on fait depuis la période des transactions. On ne s'attarde pas au passé et on ne s'inquiète pas de l'avenir. Le seul moment important, c'est le prochain match.»

Absents samedi, Clark Bishop et Maxim Lazarev demeurent des cas incertains pour ce soir. Une décision sera prise pendant la journée.

Pointes de plume

• Les Saguenéens devront se passer de deux défenseurs, mardi et mercredi. Julien Carignan a été suspendu pour deux matchs alors qu'Artem Maltsev est au rancart en raison de symptômes de commotion cérébrale. Carignan a participé à une altercation, samedi, alors qu'il ne restait que 31 secondes à faire à la deuxième rencontre de la série. Il a notamment écopé d'une pénalité pour avoir été l'agresseur et pour avoir engagé le combat pendant les cinq dernières minutes de jeu. C'est ce qui explique sa suspension...

• En l'absence de Carignan et Maltsev, Yanick Jean utilisera Louis-Philippe Simard à la ligne bleue et Keenan MacIsaac retrouvera sa place dans l'alignement, mardi...

• Malade, Zachary Lavigne devra lui aussi surveiller le troisième match de la série des gradins...

• Même s'il a été secoué pendant la rencontre de samedi, Antoine Marcoux a participé à l'entraînement des Saguenéens, lundi. Yanick Jean croit qu'il sera en mesure de jouer ce soir...

• En sautant sur la patinoire, mardi, les Saguenéens tenteront de mettre un terme à une vilaine séquence. L'équipe n'a pas gagné en séries au Centre Georges-Vézina depuis le 24 avril 2012. Elle a subi neuf défaites de suite à domicile. Comme dirait l'autre, ils sont dus...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer