De l'histoire ancienne pour Nicolas Roy

Les entraîneurs des Saguenéens ont visionné des séquences... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les entraîneurs des Saguenéens ont visionné des séquences vidéo à la veille du premier affrontement de la série face aux Screaming Eagles, vendredi soir, au Cap-Breton.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2013, Nicolas Roy a été le premier choix au total au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec... par les Screaming Eagles du Cap-Breton. Refusant de se présenter à Sydney pour des considérations scolaires, le natif d'Amos est ensuite passé aux Saguenéens dans une mégatransaction en retour de trois choix de première ronde. Pour les personnes impliquées à l'époque, c'est toutefois de l'histoire ancienne.

Nicolas Roy a été repêché au tout premier... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

Nicolas Roy a été repêché au tout premier rang par les Screaming Eagles du Cap-Breton en 2013. Échangé par la suite aux Saguenéens, il entamera vendredi ses troisièmes séries dans l'uniforme chicoutimien.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

«Sérieusement, c'est vraiment derrière moi. Je ne pense plus vraiment à ça. Oui, ils m'ont repêché, mais je n'ai jamais joué là-bas», rappelait Nicolas Roy jeudi matin à l'issue du dernier entraînement des Sags avant le départ de l'équipe pour le Cap-Breton en avion, tôt vendredi.

Le meilleur franc-tireur de la LHJMQ assurait du même souffle ne pas ressentir de nervosité particulière à l'idée de sauter sur la glace du Centre 200 de Sydney. «À 16 ans, c'était spécial de jouer là-bas. À 17 ans, un peu. Rendu à 18 ans, après 3-4 fois, c'est normal», de souligner le numéro 55.

Pour l'entraîneur-chef des Screaming Eagles, qui avait accueilli Nicolas Roy avec un chandail sur l'estrade le matin du repêchage qui se déroulait justement à Chicoutimi, cet épisode ne sera absolument pas un facteur dans cette série. «Ça date de juin 2013. Le seul joueur qui était avec nous à ce moment, c'est Clark Bishop», a-t-il tranché, ne souhaitant pas s'attarder sur le sujet.

L'ancien défenseur des Sags Loïk Léveillé avait également été impliqué plus tard dans cette transaction majeure. Quatre mois après l'arrivée de Nicolas Roy à Chicoutimi, il avait fait le chemin inverse, en retour de l'un des trois choix de premier tour envoyés initialement pas les Sags. «Pour moi, c'est du passé. J'ai oublié ça et je n'en garde pas de rancunes», a-t-il assuré lors d'une entrevue téléphonique mercredi.

Un facteur

N'empêche, qu'il le veuille ou non, Nicolas Roy sera un facteur déterminant dans cet affrontement québécois néo-écossais, lui qui a enfilé l'aiguille à 48 occasions en saison régulière. En bon vétéran, il demeurait toutefois très calme à la veille du premier affrontement.

«Je ne me suis jamais mis de pression à produire. Je veux avant tout me concentrer sur les petits détails comme les mises en jeu et mon efficacité défensive. Je suis capable de le faire et offensivement, ça va venir tout seul. Je ne me mets pas de pression là-dessus», d'annoncer Nicolas Roy qui fait la même chose collectivement alors que les Screaming Eagles sont favoris d'à peu près tout le monde pour remporter cette série de première ronde.

«Ils ont la pression, d'annoncer l'attaquant de 18 ans sans hésiter. Ils ont fait beaucoup de transactions en allant chercher (Michael) Joly et des gars comme ça. Depuis le début de l'année, on prouve à tout le monde ce qu'on est capable de faire et on veut continuer.»

Pointes de plume

• Les Saguenéens prennent toutes les mesures pour éviter de revivre une contamination comme l'an dernier lors de la série face aux Wildcats. Les joueurs ont tous leur propre gourde assignée. «On essaie de ne pas prendre de chances. Je demeure convaincu que si on n'avait pas eu cinq joueurs avec la gastro l'an dernier, l'histoire aurait été différente», de rappeler l'entraîneur-chef Yanick Jean.

• Malgré tout, Zachary Lavigne s'est absenté de l'entraînement de jeudi matin parce qu'il était malade. Il sera du voyage au Cap-Breton et à son poste pour le premier match de la série...

• Avec plusieurs joueurs inexpérimentés dans l'alignement, l'entraîneur-chef s'attend-il à une tempête en début de rencontre? «Je ne veux pas penser comme ça. Je veux m'attarder plus au processus, sur ce qu'on doit faire. Ce sera important de rester calme dans l'adversité. On a travaillé fort mentalement avec nos joueurs dans la préparation. Il faut simplement à le mettre en application, parce qu'on sait à quoi s'attendre», de répondre Yanick Jean qui avait déjà décidé jeudi matin de son alignement pour le duel initial et en fera l'annonce aux joueurs dans la journée de vendredi...

Rondelles d'or: Jean et Roy en nomination

Yanick Jean et Nicolas Roy ont trouvé une place dans les nominations en vue du gala des Rondelles d'or dans deux semaines, récompensant les plus méritants dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Ce n'est pas pour son travail d'entraîneur, mais plutôt pour celui de directeur général que le grand manitou des Saguenéens se fait partie du plateau d'honneur du trophée Maurice-Fillion. Il se retrouve en lutte avec le Normandinois Gilles Bouchard, des Huskies ainsi que Darrell Young des Sea Dogs de Saint-Jean. Bouchard pourrait réussir un doublé lors de cette soirée, lui qui est également en lice pour le trophée Ron-Lapointe, remis à l'entraîneur de l'année, en compagnie de Mario Durocher, des Foreurs, et Benoit Groulx, des Olympiques.

Pour sa part, Nicolas Roy pourrait remporter dès demain le trophée Guy-Carbonneau remis au meilleur attaquant défensif. Cette saison, en plus de ses 48 buts, le plus haut total dans la LHJMQ cette saison, Roy a affiché un différentiel de +17 et remporté 60,4% de ses mises en jeu. Le numéro 55 est accompagné de Mathieu Joseph, des Sea Dogs de Saint-Jean et Shawn Ouellette-St-Amand des Foreurs. Le trophée sera décerné vendredi soir lors d'une cérémonie d'avant-match.

Finalement, le Robervalois Samuel Girard, meilleur pointeur chez les défenseurs dans toute la Ligue canadienne de hockey, est considéré pour le trophée Émile «Butch» Bouchard. Il est le plus jeune du trio, complété par Thomas Chabot, des Sea Dogs, et Philippe Myers, des Huskies. Cette saison, Girard a récolté 74 points, dont 64 passes, en 67 rencontres, en plus d'afficher un différentiel de +24.

Le gala des Rondelles d'or aura lieu le 6 avril prochain, à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer