Déplacer une montagne en équipe

Les Screaming Eagles du Cap-Breton ont effectué une... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Les Screaming Eagles du Cap-Breton ont effectué une seule visite au Centre Georges-Vézina en saison régulière. Le 11 octobre, Jonathan Bourcier a marqué une fois dans une victoire de 4-1.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

À l'aube des séries éliminatoires de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Yanick Jean se retrouve devant une situation qu'il a connue à quelques reprises pendant sa carrière d'entraîneur. Son équipe se prépare à affronter un adversaire largement favori. L'entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi en est bien conscient, mais il sait aussi que la mission n'est pas impossible pour sa formation.

À deux reprises, alors qu'il dirigeait les Tigres de Victoriaville, Yanick Jean a vu son équipe venir à bout d'un rival favori. Il connaît donc la recette.

«Nous avions battu Moncton une année et Bathurst une autre année, rappelle le pilote chicoutimien. Personne ne donnait cher de notre peau. À chaque occasion, notre équipe croyait en quelque chose et nous l'avons emporté grâce à un effort incroyable. Il fallait déplacer une montagne en équipe, monter une marche à la fois.»

La série entre les Saguenéens et les Screaming Eagles du Cap-Breton opposera l'une des plus jeunes formations de la LHJMQ à une équipe bâtie pour cette année. Elle se prépare aux prochaines semaines depuis au moins deux ans.

Après un début de saison inférieur aux attentes, les Screaming Eagles ont fermé le calendrier sur une excellente note. Ils ont gagné huit de leurs dix derniers matchs pour se hisser au septième rang du classement général. Avec 286 buts, ils possèdent la troisième meilleure attaque de la ligue, derrière Rouyn-Noranda et Val-d'Or. Sept de leurs joueurs ont inscrit au moins 20 filets. Il y en a deux chez les Saguenéens, Nicolas Roy (48) et Jonathan Bourcier (30).

«C'est un club qui est allé ''all in'', note Yanick Jean. Cette année, il est allé chercher Michaël Joly pour un premier choix, un deuxième choix et (Jérémie) Beaudin, un défenseur prometteur de 17 ans. Ils ont aussi payé pour (Massimo) Carozza. Ils se préparent depuis deux ans pour ce moment. L'an passé, ils sont allés chercher Olivier Leblanc à Saint John. Ils ont payé pour (Alexandre) Gosselin et (Duncan) MacIntyre. C'est une équipe à maturité et bâtie pour gagner cette année.

«Les Screaming Eagles ont toute la pression. Ils n'ont pas gagné une ronde en séries depuis sept ans. Ils n'ont pas le droit de perdre.»

Face à un adversaire aguerri, Yanick Jean avance que son équipe ne peut que se concentrer sur ce qu'elle a à faire. Il se promet d'utiliser régulièrement quatre lignes d'attaque et six défenseurs.

Le mot d'ordre est de se concentrer sur un seul match à la fois et de ne pas s'en faire avec le pointage de la série.

«Notre objectif est de continuer à nous prouver des choses à nous-mêmes, poursuit le pilote des Saguenéens. Nous avons prouvé des choses durant la saison et nous voulons continuer de le faire.

«Nous ne changerons pas grand-chose à ce qu'on fait depuis le début de l'année. Nous allons jouer à quatre lignes et à six défenseurs. Nous devrons aussi être patients. Il est normal que nous ne soyons pas favoris. Ils ont tout donné pour aller au bout. C'est pour cette raison qu'on va y aller un match à la fois et qu'on ne s'en fera pas avec le pointage de la série.»

La série entre les Saguenéens et les Screaming Eagles débutera à Sydney vendredi. La deuxième rencontre sera disputée au même endroit dès le lendemain. Les deux équipes se reverront ensuite au Centre Georges-Vézina pour deux ou trois matchs.

Évidemment, les Saguenéens adoreraient quitter Sydney avec au moins une victoire en poche puisque les Screaming Eagles ont été beaucoup plus efficaces à domicile que sur la route en saison régulière. Ils n'ont subi que sept revers en temps réglementaire au Centre 200 (23-7-4), mais ils n'ont pas joué pour ,500 sur la route (15-17-1-1). Sept de leurs 15 victoires à l'étranger ont été obtenues à Halifax et Bathurst.

Pointes de plume

• Les Saguenéens ont obtenu l'autorisation de se rendre à Sydney en avion. Ils quitteront Saguenay vendredi matin et rentreront à la maison tout de suite après le deuxième match de la série, samedi soir...

• Si vous êtes un vrai mordu des Saguenéens, les prochaines lignes s'adressent à vous. Les dirigeants de l'équipe préparent eux aussi un voyage en avion pour aller voir jouer l'équipe à Sydney, en fin de semaine, et quelques places sont disponibles pour des partisans. Si l'idée vous intéresse, il suffit de composer le 418-549-9489...

• Les Saguenéens devraient compter sur une équipe complète quand débutera la série. Tout le monde était au rendez-vous pour l'entraînement de mardi matin, y compris les défenseurs Frédéric Allard et Jérémie Groleau. Le premier a raté le dernier match de la saison en raison d'une blessure au haut du corps, mais il s'en est finalement tiré avec une bonne contusion. Le second a été au rancart lors des trwwis dernières parties en raison de symptômes de commotion cérébrale...

• Les Saguenéens n'ont pas affronté les Screaming Eagles du Cap-Breton en séries depuis la saison 2003-2004. Pour ceux qui suivaient l'équipe à cette époque, cette série rappelle de bons souvenirs. Les Saguenéens avaient surpris les Screaming Eagles en cinq parties, en quart de finale. Menée par le gardien Marc-André Fleury, la formation de la Nouvelle-Écosse avait pourtant terminé la saison au deuxième rang du classement général avec une impressionnante récolte de 103 points alors que celle de Saguenay s'était contentée de 75 points...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer