Plateau des 50 buts: Roy sur les traces de Paré

Avec 46 buts et trois matchs à faire... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Avec 46 buts et trois matchs à faire à la saison, Nicolas Roy peut toujours aspirer au plateau des 50 buts.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nicolas Roy deviendra-t-il le premier marqueur de 50 buts à porter l'uniforme des Saguenéens depuis Francis Paré lors de la saison 2007-2008? À 46 buts au compteur et avec trois matchs à disputer en saison régulière, tous les espoirs sont permis pour le choix de quatrième ronde des Hurricanes de la Caroline.

Les francs-tireurs semblent une espèce en voie de disparition dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec cette saison. L'attaquant des Voltigeurs de Drummondville Michael Carcone, lui aussi rendu à 46 buts, est le seul autre joueur qui est le plus susceptible d'atteindre ce plateau.

Les partisans chicoutimiens n'ont pas souvent eu la chance de compter un compteur de 50 filets et plus au sein de leur équipe. Depuis Paré, acquis des Cataractes de Shawinigan avant la saison 2007-2008, aucun autre joueur n'a même osé s'approcher de cette marque. Guillaume Asselin, avec 35 buts pendant la saison 2010-2011, est le joueur des Sags qui a fait bouger les cordages le plus souvent depuis.

Explosion offensive

Auteur de 16 buts à ses deux premières campagnes, Nicolas Roy est sorti de sa coquille de façon spectaculaire cette année. Le principal intéressé est conscient que l'atteinte du cap des 50 buts est maintenant possible, mais fidèle à son habitude, l'athlète de 6'4'' et 202 livres qui totalise 88 points demeure de glace lorsque questionné sur le sujet.

«Rendu à 46 buts, j'y pense un peu et c'est sûr que j'aimerais ça, a d'abord concédé le natif d'Amos. C'est quand même un gros plateau, mais tout au long de la saison, je ne me suis jamais mis de pression à propos de ma production offensive. C'est certain que ça serait exceptionnel, mais je vais surtout me concentrer sur mon jeu. Je ne vais rien changer.»

Le joueur de centre n'a jamais connu de baisse de régime. Il a maintenant compté 15 fois à ses 17 dernières parties, en plus d'avoir réussi six buts en autant de rencontres au mois de mars. Statistique intéressante, près de 60 pour cent de ses filets ont été enregistrés sur les patinoires adverses.

«C'est une bien meilleure production que la saison dernière, mais je suis arrivé prêt au camp et je savais que j'allais être en mesure de sortir fort, a partagé Nicolas Roy, qui n'était pas au courant de sa production sur la route. Si tu m'avais dit que j'allais obtenir autant de buts, je ne l'aurais peut-être pas cru, mais ça va bien avec mes coéquipiers et l'avantage numérique fonctionne également bien.»

«Le leader de notre équipe»

En plus d'être évidemment satisfait du jeu de son gros attaquant, Yanick Jean a fait savoir que sa contribution allait au-delà des points. L'entraîneur-chef des Saguenéens, qui a dirigé quelques marqueurs de 50 buts dans sa carrière dont David Laliberté avec le Rocket de l'Île-du-Prince-Édouard en 2006-2007, s'est surtout montré ravi du jeu d'ensemble du #55.

«Il est extrêmement consciencieux de sa défensive, a noté Jean. Je savais qu'il était capable de faire 90 ou 100 points, mais je pensais qu'il allait devoir tricher pour y arriver. Il a prouvé qu'il pouvait le faire sans tricher. Si tu m'avais dit qu'il allait faire 90 points, j'aurais préféré qu'il en fasse 20 de moins, mais en étant dominant défensivement. Il a toutefois réussi à atteindre ce plateau tout en jouant de façon impeccable dans sa zone.»

Au-delà des points, le pilote des Bleus a souligné que Nicolas Roy jouait un rôle clé dans le vestiaire.

«C'est le leader de notre équipe et il est partie intégrante de la bonne chimie qui règne, a soutenu Yanick Jean. Quand tu as des leaders qui pensent à leurs statistiques personnelles, les autres joueurs font pareil. Nicolas Roy, ce n'est pas ça. Il pense à l'équipe avant tout et ses coéquipiers le suivent là-dedans.»

Les pointes de plume

• La grande force de Nicolas Roy est sans contredit sa constance. Il a été blanchi de la feuille de pointage uniquement huit fois en 60 rencontres. «Il n'est pas du genre à faire six points par match, mais il est tellement régulier», a affirmé Yanick Jean...

• Le record du plus grand nombre de buts en une saison appartient à Sylvain Locas. Lors de l'édition 1975-1976, il avait fait scintiller la lumière rouge à 80 reprises. Un record qui ne risque pas d'être battu de sitôt...

• Les Saguenéens ont obtenu congé d'entraînement vendredi, après avoir joué deux matchs sur la route, mercredi et jeudi. L'équipe sera de retour sur la glace du Centre Georges-Vézina en fin d'avant-midi samedi, afin de se préparer pour la visite du Phoenix de Sherbrooke, dimanche...

• L'état de santé de Jérémy Groleau sera réévalué samedi. Il a été blessé lors du duel de jeudi face aux Remparts à Québec, avant d'être retiré du match en raison de maux de tête. L'arrière de 16 ans a tout de même eu le temps de compter un premier but en carrière...

• En l'emportant 5-3 face aux Sea Dogs de Saint John, les Islanders de Charlottetown ont rejoint les Sags au neuvième rang. Les deux équipes ont 71 points avec 65 parties jouées, mais l'équipe de l'Île-du-Prince-Édouard a une victoire de plus. Les Tigres de Victoriaville sont toujours à quatre points. Vendredi, ils ont subi un deuxième revers de suite en Abitibi, cette fois par la marque de 4-1 face aux Foreurs de Val d'Or...

• Deux gardiens ont écopé pour leur excès de colère. Antoine Samuel du Drakkar de Baie-Comeau et Francis Leclerc de l'Armada de Blainville-Boisbriand ont été respectivement suspendus pour cinq et six matchs après avoir jeté les gants en deuxième période, jeudi. Puisque son équipe est éliminée des séries, Antoine Samuel ne sera pas de retour cette saison...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer