François Groleau avec les Sags

À 43 ans, François Groleau (#89) a disputé... ((Courtoisie))

Agrandir

À 43 ans, François Groleau (#89) a disputé huit parties cette saison avec l'Assurancia de Thetford-Mines, dans la Ligue nord-américaine de hockey.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, a trouvé le remplaçant de son ex-adjoint Claude Bouchard très près de l'organisation. Il a fait appel à François Groleau, le père du défenseur Jérémy Groleau, pour prendre la relève jusqu'à la fin de la saison.

Après avoir porté les couleurs majoritairement des Cataractes de Shawinigan, de 1989 à 1993 puis des Lynx de Saint-Jean, le défenseur a connu une longue carrière professionnelle. Il a passé la première moitié en Amérique du Nord, disputant notamment trois rencontres avec le Canadien de Montréal, avant de s'exiler en Europe. Cette expérience sur les patinoires de dimension olympique sera certainement d'une grande aide au centre Georges-Vézina.

Depuis l'embauche de Claude Bouchard par les Cataractes de Shawinigan la semaine dernière, Yanick Jean avait lancé quelques perches, dont à François Groleau. Ce dernier a eu un intérêt immédiat et après avoir fait ses arrangements professionnels, le directeur des magasins L'Entrepôt du hockey de la région de Québec a finalement accepté l'offre hier. Il participera à son premier entraînement ce matin. «Je suis vraiment content de son addition à notre personnel. Je suis convaincu qu'il va bien cadrer. Il va être capable de laisser son ego à la porte et travailler pour l'équipe. C'est un passionné de hockey, comme le démontre la durée de sa carrière comme joueur», de souligner le grand manitou des Saguenéens.

Le nouveau venu avec les Sags ne sera pas trop dépaysé derrière le banc. À la fin de sa carrière professionnelle, en France, il a occupé les fonctions de joueur-entraîneur. Depuis son retour au Québec, des opportunités se sont présentées en Europe, mais le moment n'était pas bien choisi. «Le feu de l'action me manquait. Quand Yanick m'a approché, c'était une alliance assez naturelle», de noter François Groleau qui a discuté avec son fils pour s'assurer qu'il était à l'aise avec sa présence dans l'entourage de l'équipe.

«Comme j'ai toujours dit, j'ai une très grande passion pour le hockey. Ma vie a toujours été centrée autour de ce sport. Jérémy a pris le flambeau et je le suis à travers ça. Le hockey, c'est en moi. Je ne peux pas entrer dans un aréna et ne pas en parler avec les gens et analyser ce qui se passe. Le coaching m'a toujours intéressé et Yanick m'offre une belle opportunité pour finir la saison et voir comment je vais m'amuser là-dedans et ce que je vais en retirer.»

François Groleau débarque chez les Saguenéens avec ses idées. Il s'occupera des attaquants, mais ne se gênera pas pour donner des conseils aux défenseurs au besoin lors des entraînements. «Nécessairement, avec Jérémy j'ai suivi les Saguenéens toute l'année. L'entraîneur en moi faisait que des estrades, j'analysais ce que je voyais sur la glace. Veut veut pas, j'ai quand même un bon bagage au hockey, de raconter François Groleau.

«Je n'arrive pas là pour tout changer, précise-t-il. Les entraîneurs en place ont une bonne recette et ont du succès présentement. Mon mandat, c'est de les aider et peut-être les ''challenger'' avec mon bagage dans le hockey. On argumentera et Yanick tranchera. Ce sera seulement pour le bien de l'équipe.»

Pointes de plume

• Même s'il a quitté la LHJMQ depuis 1993, François Groleau connaît très bien plusieurs acteurs. «C'est quand même drôle que beaucoup de gens qui gravitent autour de la ligue représentent un peu ma génération de joueurs. Je pense à Joël Bouchard, à Blainville, Stéphane Julien ou Stéphane Robidas à Sherbrooke, Dominic Ricard, à Drummondville. Même Yanick, on a joué une saison l'un contre l'autre dans le junior. Ce sont tous des gars que j'ai côtoyé à un moment ou un autre de ma carrière», signale le nouvel adjoint des Sags...

• Arrivés aux petites heures du matin après leur revers de 2-1 à Rimouski mardi, les Sags n'ont pas tenu d'entraînement hier matin. L'attaquant Julien Tessier a été le seul à sauter sur la patinoire en fin d'avant-midi, en compagnie de l'entraîneur Jean-François Jolin...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer