Un 3000e match pour les Saguenéens

Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec depuis 1973, les Saguenéens... (Infographie Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Infographie Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec depuis 1973, les Saguenéens disputeront cet après-midi le 3000e match de leur histoire en saison régulière à Saint-Jean. Plusieurs n'ont peut-être pas été mémorables, mais d'autres restent dans la mémoire collective. Le Quotidien a fait une sélection de dix rencontres qui ont marqué l'histoire de la concession chicoutimienne.

La bagarre Roy-Nadeau

Le 22 mars 2008, lors du deuxième match de la série premier tour entre les Sags et les Remparts, les Chicoutimiens menaient 7-1 et se dirigeait vers une victoire convaincante en fin de deuxième période. À ce moment, le fils de l'entraîneur des Remparts, Patrick Roy, Jonathan, alors gardien des Diables rouges, a traversé la patinoire pour s'attaquer à son vis-à-vis Bobby Nadeau.

La scène a été vue des centaines de fois sur les réseaux de télévision et un impressionnant battage médiatique a suivi. Les Remparts ont finalement remporté la série en six rencontres. Devant le tribunal quelques mois plus tard, Jonathan Roy s'en est tiré avec une absolution inconditionnelle. À la suite d'un rapport demandé par la ministre de l'Éducation, des Loisirs et du Sport, la LHJMQ mettra en place des mesures pour enrayer la violence au hockey.

Premier championnat en 1991

Après avoir remporté le Trophée Jean-Rougeau, les Sags remportent un premier championnat des séries éliminatoires en 1991. La série la plus palpitante a été la demi-finale contre les Titans de Laval.

Tirant de l'arrière 3-2 dans la série, les Sags ont arraché le sixième match en prolongation sur un but de Jérôme Boivin avant de gagner le match ultime 2-1. En finale, les Sags se débarrassent des Voltigeurs de Drummondville en quatre rencontres et le gardien Félix Potvin est nommé joueur le plus utile.

Lors du tournoi de la Coupe Memorial, à Québec, les Voltigeurs prennent leur revanche en demi-finale. Plusieurs amateurs se souviennent encore de l'erreur du défenseur Steve Gosselin qui a mené au but gagnant en prolongation.

Dernière participation à la finale en 1997

La dernière présence des Sags en finale remonte déjà à près de 20 ans. Les Chicoutimiens avaient causé une surprise après avoir terminé au 4e rang de la division Dillio.

Après avoir vaincu les Mooseheads d'Halifax en demi-finale, le parcours a pris fin en quatre contre les Olympiques de Hull, futurs gagnant de la coupe Memorial quelques jours plus tard devant leurs partisans. De leur côté, les Sags ont perdu leurs trois rencontres.

Dans la Ligue de hockey junior majeur du... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 5.0

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche

Une remontée en troisième... le lendemain

Le 17 novembre 2007, les Sea Dogs de Saint-Jean menaient 4-0 après deux périodes quand une panne de courant a forcé le report de la la troisième au lendemain.

Contre toute attente, les Sags montrent bien meilleure mine et marquent quatre fois sur 18 lancers pour pousser le match en prolongation. Les visiteurs ont tout de même quitté le Saguenay avec les deux points.

Une bagarre générale après un congédiement

Le 9 novembre 2003, une partie importante de l'histoire débute avec les Sags. Ce soir-là, pendant que les Sags affrontent le Drakkar au centre Georges-Vézina, René Matte est congédié.

Le principal intéressé l'apprend entre deux périodes et en troisième, une bagarre générale éclate au cours de laquelle le premier choix de l'équipe, le Chicoutimien Romy Elayoubi, est blessé à l'épaule.

Après une longue négociation avec le Drakkar, Richard Martel s'amène dans la double fonction d'entraîneur et directeur général. Son règne sera le plus long de l'histoire des Sags et se terminera en janvier 2011.

Les chocolats sur la glace

Le 13 mars 1980, pour remercier les partisans, l'organisation chicoutimienne remet une barre de chocolat à tous les amateurs qui se présentent au centre Georges-Vézina.

Mécontents du travail de l'officiel Pierre Maheux, qui venait de donner des inconduites à cinq joueurs des Sags, les 3500 spectateurs décident de lancer la tablette ''Caravan'' sur la patinoire, ce qui a occasionné une interruption d'une vingtaine de minutes. C'est un détail, mais le match s'est terminé 8-4 en faveur des Saguenéens.

Dans la Ligue de hockey junior majeur du... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 8.0

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche

Un congédiement en plein match

Le moment le plus récent de notre palmarès en novembre 2014. Dans une saison très décevante, une semaine après que l'équipe ait laissé filer une priorité de quatre buts en troisième période face aux Foreurs de Val-d'Or, l'entraîneur Patrice Bosch et le directeur général Marc Fortier sont congédiés pour faire place à Yanick Jean dans les deux postes.

La nouvelle sort en plein match à Rimouski et les joueurs l'apprennent entre deux périodes.

Le premier match

Les Saguenéens ont disputé le premier match de leur histoire le 30 septembre 1973, devant plus de 6000 spectateurs au centre Georges-Vézina.

Un groupe d'hommes d'affaires locaux avait obtenu la franchise quelques mois plus tôt. Pour leur baptême, les Sags s'inclinent 7-2 contre le Junior de Montréal. Marc Desforges a marqué le premier but de l'histoire en deuxième période lors d'un avantage numérique.

Lors de leur saison inaugurale, les Sags sont exclus des séries avec une récolte de seulement 21 victoires en 70 parties.

Le titre devant les partisans

En 1994, les Saguenéens soulèvent la coupe du Président devant leurs partisans au centre Georges-Vézina.

Le chemin a toutefois été sinueux. Après avoir éliminé les Bisons de Granby en sept rencontres au premier tour, les Sags peinent à traverser le tournoi à la ronde à six équipes, ayant dû disputer un match de barrage face aux Faucons de Sherbrooke qu'ils gagnent 4-2.

Ils éliminent les Olympiques de Hull lors du match ultime avant de vaincre les champions de la saison régulière, les Titans de Laval, en six parties. À la coupe Memorial, devant leurs partisans, les Titans battent les Sags en demi-finale avant de s'incliner en grande finale devant les Blazers de Kamloops.

Un conflit de travail

Un conflit de travail des employés municipaux perturbe la saison 1982-83 des Saguenéens. Lors d'un match local, un briseur de grève s'occupe de passer la surfaceuse, mais avec un masque.

Des employés dans les estrades tentent de lui enlever, sans succès. Des rumeurs courent toujours sur la possible identité de cette personne qui demeure encore anonyme.

Un match tumultueux au Palais des sports

Pour célébrer les Fêtes du 150e anniversaire de Jonquière, les Prédateurs de Granby, dirigés par Michel Therrien, affrontent les Saguenéens au Palais des Sports le 25 février 1997.

Une quinzaine de batailles éclatent et plus de 350 minutes de pénalités sont décernées par les officiels. Avec la proximité avec les estrades, les spectateurs font un mauvais parti aux visiteurs. D'autres rencontres ont également été marquées par la robustesse.

Le 6 février 1977, dès la troisième seconde de jeu face aux Draveurs de Trois-Rivières, une bagarre générale éclate. Dans les journaux, les amateurs avaient été avertis de ne pas arriver en retard. Les amateurs de longue date se souviennent encore du combat entre Alain Bélanger et Gaston Bérubé. Même le préposé à l'équipement des Draveurs s'était mêlé de l'action en s'en prenant à des partisans.

Sur la patinoire le tout premier soir

D'abord comme officiel, puis comme partisan, Alfred Tardif suit de près les Saguenéens depuis leurs débuts dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il était sur la patinoire pour le premier match de la concession, le 30 septembre 1973, comme juge de lignes.

Alfred Tardif a été marqué par ce premier match, disputé devant plus de 6000 personnes au centre Georges-Vézina. Calme de nature, il a vécu une soirée haute en émotions, très fier que trois gars du Saguenay soient en charge de l'arbitrage alors qu'il était accompagné de l'arbitre André Tremblay et l'autre juge de lignes Jean-Yves Gaudreault. «C'était impressionnant. Lors de l'hymne national, c'était quelque chose», se rappelle Alfred Tardif qui est maintenant détenteur d'un abonnement de saisons des Saguenéens depuis plus de 25 ans.

Alfred Tardif a été un témoin privilégié de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque) - image 14.0

Agrandir

Alfred Tardif a été un témoin privilégié de l'évolution des Sags dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, comme juge de ligne et ensuite comme partisan.

Photo Le Progrès-Dimanche, Jeannot Lévesque

À cette époque, la Ligue de hockey junior majeur du Québec était bien différente qu'actuellement et surtout beaucoup plus physique. «C'était ''rough''. Les gars étaient gros et ça jouait dur. Il n'y avait pas beaucoup de parties où il n'y avait pas de bagarres», convient Alfred Tardif qui n'a jamais été témoin de débordements graves tant sur la glace que dans les estrades malgré ce style très robuste, encouragé par les entraîneurs qui étaient des personnages.

«Ça ne se compare pas. Des batailles générales, il y en a eu plusieurs. Je me souviens d'une entre Drummondville et Chicoutimi avec tous les joueurs sur la glace. Je vais dire une affaire, on a travaillé très fort cette soirée-là», se souvient celui qui a été juge de lignes toute sa carrière d'officiel. Il avait débuté dans le circuit junior régional en 1960 et sa carrière a pris fin en 1984. Il a ensuite été superviseur pendant trois ans avant de se retirer complètement.

«J'ai toujours dit que j'étais trop un bon juge de lignes pour m'en aller arbitre», lance-t-il en riant.

Des anecdotes, Alfred Tardif en a plein la tête et a été un témoin privilégié de plusieurs moments marquants de l'histoire de la concession chicoutimienne. Il travaillait lors du fameux match des chocolats en mars 1980 où plus de 3000 barres Caravan s'étaient retrouvées sur la patinoire du centre Georges-Vézina pour contester une décision de l'arbitre Pierre Maheux. Le 13 février 1974, les deux autres officiels avaient dû recevoir un total de 13 points de suture alors qu'il s'en était sorti sans ecchymoses.

Alfred Tardif devait également travailler le soir de l'accident d'autobus des Castors de Sherbrooke le 24 novembre 1974 et était arrivé à l'aréna lorsque la nouvelle est tombée. Il s'était rendu à l'hôpital pour prendre des nouvelles des membres de l'équipe et apprendre le décès de Gaétan Paradis.

Du côté des nouvelles plus réjouissantes, Alfred Tardif a encore bien en mémoire le 7e match de la série quart-de-finale de 1980 contre les Draveurs de Trois-Rivières, dirigés par Michel Bergeron. Devant plus de 5000 spectateurs, les Sags d'Orval Tessier avaient eu le dessus 8-4 pour éliminer les champions en titre.

Alfred Tardif a également vu de près la performance de 7 buts de Sylvain Locas, le 17 février 1976, ce qui égalait le record de Guy Lafleur. «À partir de quatre ou cinq, chaque fois qu'il marquait, on ne finissait pas de ramasser la rondelle pour aller la porter au banc», rappelle l'ancien officiel.

Faits saillants

  • Première finale: 1985 (défaite en 4 contre Verdun et Stéphane Richer)
  • Première coupe du Président: 1991 (Victoire en 4 contre Drummondville)
  • 2e coupe du Président: 1994 (Victoire en 6 contre Laval)
  • Dernière finale: 1997 (défaite en 4 contre Hull)
  • Exclus des séries six fois (1973, 1978, 1984, 1989, 1999 et 2000)
  • Meilleure assistance: 167 795 (2005-2006)
  • Pire assistance: 31 143 (1999-2000)
  • Plus de points saison régulière: 106 en 2005-2006 (51 victoires)
  • Moins de points: 42 en 1973-74, 1998-99
  • Plus de victoires consécutives à domicile: 19 en 1984-85 et 22 sans défaite

Records individuels

  • Marc Fortier 201 pts en 1986-87
  • Sylvain Locas 80 buts en 1975-76
  • Gilbert Delorme 111 pts en 1979-80 (défenseur)
  • Patrice Tremblay 225 buts en 4 saisons dont 215 lors de ses 3 dernières

Records gardiens

  • Christopher Gibson meilleure moyenne 2.42 en 2010-11
  • Daniel Berthiaume 40 victoires en 1984-85
  • Félix Potvin 6 blanchissage en 1990-91

Records en 1 match

  • Marc D'Amico 11 pts en 1974-75 (8 passes)
  • Sylvain Locas 7 buts en 1975-76 et Patrice Tremblay en 1986-87

Champion compteur LHJMQ

  • Sylvain Locas 1975-76 (160 points, égalité avec Richard Dalpe de Trois-Rivières)
  • Marc Fortier 1986-87 (201 points)
  • Stéphane Morin 1988-89 (186 points)
  • Ramzi Abid 1997-98 (135 points)
  • Pierre-Marc Bouchard 2001-2002 (140 points)

Meilleure moyenne gardien LHJMQ

  • Daniel Berthiaume 1984-85 (3,75)
  • Félix Potvin 1990-91 (2,70)
  • Marc Denis 1996-97 (2,69)
  • Bobby Nadeau 2007-2008 (2,68)

Meilleur défenseur LHJMQ

  • Jean-Marc Richard 1986-87
  • Steeve Gosselin 1993-94 (meilleur défenseur de la Ligue Canadienne de hockey)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer