Yanick Jean inquiet face au Hockey développement

L'entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, s'inquiète des récentes modifications apportées au hockey de développement au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon lui, la structure intégrée ferait un énorme pas en arrière en acceptant de laisser tomber la ligue interrégionale à six équipes avec la Côte-Nord et le Bas-Saint-Laurent.

Petit rappel des faits: le mois dernier, les dirigeants de Hockey Québec ont décidé d'inclure le Saguenay-Lac-Saint-Jean au sein de la Ligue d'excellence AAA dans les calibres pee-wee et bantam. La région aurait donc une équipe dite majeure et une autre mineure ou relève formée de joueurs plus jeunes. Afin de limiter les impacts et le déplacement des jeunes, il a été proposé des modifications et la création d'un circuit à six équipes interrégionale dans le mineur, dont deux au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce qui a même reçu l'aval de Hockey Québec. Après évaluation de la situation, le directeur de la structure intégrée des Élites, Steve Thériault, a annoncé dans Le Quotidien de vendredi dernier que le bassin de joueurs ne le permettait pas et aurait menacé le circuit bantam CC régional.

Ce recul fait sursauter Yanick Jean qui a communiqué avec Steve Thériault et le président de Hockey Saguenay-Lac-Saint-Jean, Alain Régnier, pour leur faire part de son désaccord. Après une discussion impromptue sur le sujet hier avec le représentant du Progrès-Dimanche, l'entraîneur de la formation de la Ligue de hockey junior majeur du Québec a décidé de réagir publiquement, estimant que maintenant que le contact n'est plus permis dans le bantam CC, le circuit peut maintenant être considéré comme local. Il deviendra alors impossible à son avis pour un joueur de calibre CC de faire le saut au bantam AAA et les niveaux supérieurs. «Les gardiens peut-être, mais pas un joueur à cause du contact», affirme-t-il sans détour.

«Avec une telle structure, tu ne peux pas progresser. On met une pyramide à l'envers. Les joueurs vont arriver bantam, on va identifier 13-14-15 joueurs pour leur dire ''C'est vous autres jusqu'en haut'' alors que des joueurs, ça change énormément à cet âge», souligne Yanick Jean, insistant que la ligue interrégionale représentait le meilleur scénario. L'édition actuelle des Élites, qui trônent au sommet du classement de la Ligue de hockey midget AAA, est une preuve qu'il est possible de développer de bons joueurs dans la région.

«On fait du nivellement par le bas pour sauver quelques équipes bantam CC. On retourne 15 ans en arrière. C'est terminé les gros bonshommes qui se développent sur le tard. Ils ne pourront jamais jouer midget AAA pour les Élites», pense le pilote des Bleus, précisant que les entraîneurs vont opter pour les meilleurs au moment de la sélection, ce qui est tout à fait normal à son avis.

«On va donner de la glace de qualité, de l'enseignement en sport-études et qui ne se retrouvent pas à être les meilleurs de leur groupe d'âge un ou deux ans plus tard. Il faut donner la chance à plus de joueurs à l'âge de 13-14 ans de jouer contact et de pouvoir se développer», signale Yanick Jean qui se dit prêt à s'impliquer dans le dossier s'il reçoit un coup de fil. Il veut le faire parce qu'avec sa position, il désire que plusieurs joueurs de la région atteignent le junior majeur et les Sags.

«On ne peut pas se permettre de perdre un joueur au Saguenay-Lac-Saint-Jean. On n'est pas comme à Montréal ou Québec. On a des facteurs qui font qu'on doit faire des choses différentes», rappelle Yanick Jean.

«Hockey Québec se demande pourquoi les jeunes s'en vont dans les écoles. C'est une autre belle preuve», laisse-t-il tomber.

Pointes de plume

• En trois rencontres jusqu'ici entre les Sags et l'Océanic, la formation sur la route a eu le dessus. L'Océanic a remporté le match le plus récent, la semaine dernière, au centre Georges-Vézina. «Ce sont deux équipes qui se ressemblent et qui jouent bien défensivement l'une contre l'autre. La semaine dernière, ça aurait pu aller d'un côté ou de l'autre. On joue bien mais on ne provoque pas assez à mon goût. Il faut trouver une manière et s'assurer de mieux faire quelques détails offensivement», d'estimer l'entraîneur-chef Yanick Jean...

• Keenan MacIsaac a été utilisé sur la première unité d'attaque massive vendredi, à Shawinigan. Il s'en est certainement bien sorti alors que les Sags ont marqué trois fois en sept occasions avec l'avantage d'un homme. Marc-André Gauvreau réintégrera l'alignement après une absence de trois rencontres pivotera la première unité à Rimouski. Alexander Krief a également obtenu une audition sur l'avantage numérique lors des derniers matchs. «Je veux leur donner du temps de glace de qualité dans des situations où on sait qu'ils peuvent bien faire avec leurs qualités. Ils vont jouer sur l'avantage numérique dans un avenir proche. Avec leur progression, ils sont rendus à un stade où on peut leur en donner au même titre que Jérémy Groleau est utilisé à tous les désavantages numériques», de faire valoir Yanick Jean qui fera de nouveau confiance à Julio Billia face à l'Océanic...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer