Potvin à la hauteur du défi

Depuis une contre-performance à Victoriaville lors de son... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Depuis une contre-performance à Victoriaville lors de son premier match en remplacement de Julio Billia, Xavier Potvin n'a permis que 13 buts en six rencontres.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Xavier Potvin profite actuellement de l'absence de Julio Billia pour dissiper tous les doutes à son sujet. Le gardien de 18 ans a pris la relève avec brio et dans ces circonstances, le numéro un peut prendre tout le temps de se rétablir pleinement avant de revenir au jeu.

«Il prend le ''break'' qu'il a eu. Lorsque Billia s'est blessé, la porte était grande ouverte pour lui. Ils l'ont rencontré et lui ont dit que c'était une belle opportunité de se faire valoir. Depuis, c'est au-delà de nos espérances. Il est vraiment solide. Ce qu'on remarque, c'est qu'il a l'air d'un gardien beaucoup plus constant devant le filet depuis quelques matchs», faisait remarquer l'entraîneur Claude Bouchard après la rencontre de jeudi, une sixième victoire en sept décisions pour Potvin depuis qu'il a pris la pole.

«Quand tu as un des meilleurs gardiens de la ligue blessé à moyen terme et quand ton numéro deux offre des performances comme Xavier le fait présentement, ça enlève de la pression sur tout le monde», de noter l'entraîneur adjoint des Sags.

«De la façon qu'il se comporte, je suis convaincu qu'il a gagné la confiance des gars. On ne joue pas d'une manière différente que lorsque c'était Billia devant le filet», de préciser Bouchard, précisant que la phase de retour au jeu du vétéran de 19 ans se déroulait comme prévu.

Malgré ses récents succès, Xavier Potvin reste très humble. «C'est le rôle du gardien d'arrêter les rondelles quand le match est serré et de donner une chance à son équipe de gagner», a-t-il souligné avec le sourire à l'issue de l'entraînement quotidien de vendredi après-midi.

«C'est le fun d'embarquer et de gagner des matchs. Les gars jouent bien devant moi et ça facilite le travail. Je ne veux pas prendre tout le crédit. On est solides défensivement, et l'attaque est capable de mettre la rondelle dans le filet adverse», d'exprimer Xavier Potvin, qui n'a pas pensé au retour de Julio Billia et qui laisse la décision aux entraîneurs sur son utilisation par la suite.

Cette séquence heureuse est arrivée à un bon moment pour Xavier Potvin qui avait offert des performances en montagnes russes auparavant, étant utilisé très sporadiquement. Il était conscient que cette audition était cruciale pour la suite des choses.

«Tu y penses, c'est sûr et certain. En même temps, je voulais me concentrer sur ce que j'avais à faire au lieu de penser à ce qui pouvait arriver», de confier Xavier Potvin, le fils de Félix «le chat» Potvin, assurant que son nom ne l'avait pas dérangé à son arrivée à Chicoutimi.

«Je ne peux rien y faire. C'est mon nom. Ce n'est pas quelque chose qui me définit non plus. Je ne me suis jamais mis de pression particulière avec ça», de raconter Xavier Potvin.

Le déclic: un match difficile

Le règne de Xavier Potvin avait débuté d'un mauvais pied à la mi-décembre. Le gardien affirme qu'un déclic s'est produit après une défaite de 6-5 à Victoriaville.

Dans cette rencontre, au lendemain de l'absence de Julio Billia, il avait cédé six fois sur 29 tirs, ce qui avait laissé bien des questions en suspens. Il a rebondi le match suivant, dans une victoire de 2 à 1 sur le Drakkar, ce qui l'a mis dans une bonne disposition pour la pause des Fêtes, et ses succès se sont poursuivis au retour. Depuis, il n'a cédé que 13 fois en six rencontres.

«Je savais que Julio était parti pendant un bout de temps. Je me suis dit que c'était le temps de me prouver. Ça ne me tentait pas qu'on recule de quelques places au classement à cause de moi», de laisser savoir Xavier Potvin, soulignant l'apport de l'entraîneur des gardiens Alex Carrier.

«Il est bon avec moi. Je pense qu'on a une bonne complicité les deux ensemble», exprime-t-il.

«Je travaille beaucoup avec Alex depuis le début de l'année, et ça aide. Ça prend un certain temps à trouver un rythme quand tu ne vois pas beaucoup d'action. C'est sûr que c'est plus facile quand tu obtiens beaucoup de départs. Tu prends confiance. Un match, ce n'est pareil qu'un entraînement», pointe Potvin.

Pointes de plume

• Les Saguenéens ont connu leur part d'ennuis contre l'Armada qui se bat pour une place en séries éliminatoires. Les Chicoutimiens ont perdu 4 à 0 dans l'un de leurs pires matchs de la saison, avant de l'emporter timidement 4 à 3 en prolongation, quelques semaines plus tard au centre Georges-Vézina. «On sait que c'est une équipe qui travaille vraiment vraiment fort. Depuis quelques années et l'arrivée en poste de Joël Bouchard qui est maintenant l'entraîneur, c'est leur marque de commerce. J'en sais quelque chose pour les avoir affrontés souvent quand j'étais à Baie-Comeau, dont en demi-finale en 2014 dans une série qui est allée à la limite», de souligner Claude Bouchard...

Mark BzoweySigné comme agent libre, l'attaquant ontarien Mark... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 4.0

Agrandir

Mark BzoweySigné comme agent libre, l'attaquant ontarien Mark Bzowey a participé à un premier entraînement avec les Sags vendredi. Normalement, il devrait être en uniforme cet après-midi pour la visite de l'Armada de Blainville-Boisbriand.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

• Yanick Jean quittera Halifax très tôt ce matin et sera à son poste derrière le banc des Saguenéens. L'entraîneur-chef et directeur-général des Sags a passé les derniers jours à épier les meilleurs espoirs midget des Maritimes regroupés dans un tournoi...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer