Une victoire malgré tout

Landon Schiller a battu de vitesse le gardien... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Landon Schiller a battu de vitesse le gardien Mark Grametbauer pour ouvrir la marque en première période.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens ont évité, non sans difficulté, le piège de l'Armada de Blainville-Boisbriand, hier au centre Georges-Vézina. Il s'en est fallu de bien peu pour que la rencontre tourne au cauchemar contre une équipe privée de 11 joueurs réguliers. Menant 3-1 en troisième période, les Chicoutimiens ont joué avec le feu en fin de rencontre pour se retrouver en prolongation, mais ont survécu pour l'emporter 4-3.

Avec son deuxième du match, Gabryel Boudreau, qui a participé à tous les buts des siens, a mis fin à une rencontre bien peu impressionnante après une belle passe de Dmitry Zhukenov. «À part le deux points, la performance de Boudreau et de nos jeunes défenseurs, je n'ai pas vraiment de positif à sortir», a lancé l'entraîneur-chef Yanick Jean dès le début de son point de presse, s'estimant chanceux d'amasser même un point.

Les locaux ont débuté le match bien timidement, étant dominés 14-5 au chapitre des tirs en première. Ils ont tout de même brisé la glace, sur leur deuxième lancer, quand Landon Schiller a pris de vitesse le gardien de l'Armada Mark Grametbauer. Les Chicoutimiens ont encore mis de longues minutes à se mettre en marche en deuxième, et les visiteurs en ont profité pour faire 1-1 par l'entremise de Jacob Hickey. L'avantage numérique a encore une fois permis aux Sags de se sortir du trouble. Sur leur troisième occasion avec l'avantage d'un homme, Gabryel Boudreau, qui avait forcé la pénalité, a décoché un tir qui s'est frayé un chemin derrière la ligne rouge. Les Sags ont profité d'une autre pénalité à l'Armada en troisième pour se forger une priorité de deux buts quand, bien placé dans l'enclave, Nicolas Roy a dégainé. Au lieu de s'écrouler, la bande à Joël Bouchard a redoublé d'ardeur, ce qui a été récompensé par deux buts. Il s'en est fallu de peu pour que le match tourne à leur avantage dans les dernières secondes.

«Aussitôt qu'on a compté le troisième but, c'est comme si on c'était dit ''OK, on en a assez pour gagner et on va se préparer pour le match de dimanche''. Ce n'est pas ça notre ligue, peu importe contre qui tu joues. C'est un club amoché, mais qui n'avait pas joué de la semaine et qui était prêt et qui patinait», a reconnu Yanick Jean, très peu impressionné par la vitesse et la compétitivité le long des rampes de ses protégés.

«Il y a une fatigue qui nous fait prendre de mauvaises décisions. Dans ces circonstances, il faut que tu sois doublement plus intelligent avec et sans la rondelle pour faire des jeux faciles. Un peu à l'image de vendredi à Québec, on se complique la vie. Je peux comprendre que l'énergie n'est pas maximale, mais justement, il faut que tu sois brillant dans ta prise de décision», de noter le pilote des Bleus, convenant que cette victoire avait été fortement causée par l'avantage numérique qui a encore produit deux buts et qui a provoqué la moitié des 19 tirs, contre 34 pour l'Armada sur Julio Billia.

«En deux matchs en fin de semaine, à cinq contre cinq, il ne s'est pas passé grand-chose», de concéder Yanick Jean.

Une feuille d'alignement qui déborde

Il n'y avait pas assez de place sur la feuille d'alignement pour mettre tous les nouveaux joueurs de l'Armada en plus des absents. L'entraîneur-chef Joël Bouchard doit présentement composer sans 11 joueurs réguliers, dont les deux premiers marqueurs, Philippe Sanche (blessé) et Kristian Pospisil (camp de la Slovaquie), en plus du gardien Samuel Montembault qui participe au camp de l'équipe canadienne junior.

Leur meilleur marqueur hier en uniforme était un défenseur, T.J. Melançon, qui montre une récolte de 20 points, dont quatre buts L'Armada alignait cinq joueurs affiliés. Malgré la situation, les visiteurs en ont donné pour leur argent à leurs adversaires des Saguenéens sur la glace olympique du centre Georges-Vézina.

«On perd 3-1, il reste 7-8 minutes, mettez-vous dans la tête de nos joueurs. Ce n'est pas le ''fun'' ce qui arrive. On surtaxe arrive. Les jeunes arrivent et on réussit à amener ça en prolongation et honnêtement, on aurait pu finir ça avant», a souligné Joël Bouchard après la défaite des siens en prolongation, une quatrième de suite.

«Il y a quelques petites affaires qui me dérangent, mais ce n'est pas l'essence», a-t-il repris, pestant contre deux «punitions niaiseuses» prises par des vétérans.

Depuis le début de la saison que les entraîneurs de l'Armada doivent composer avec des absents, ce qui force l'utilisation de nombreux jeunes, ce qui se répercute au classement général.

«On peut tout le temps en demander mieux, mais on doit le faire de manière réaliste, d'admettre Joël Bouchard. Je ne dis pas qu'on n'a pas de club. On a de bons petits joueurs de hockey, mais il nous manque nos canons ou des gars qui peuvent faire la différence.

«Ils ne peuvent pas faire ce qu'ils ne savent pas. Il faut que je leur enseigne et malheureusement, je dois le faire pendant les matchs. J'aimerais ça avoir une pause de deux mois, mais on doit jouer à travers tout ça», de raconter l'ancien défenseur de la Ligue nationale, heureux de la contribution des jeunes face aux Sags, alors que Shawn Miller et Jacob Hickey ont tous les deux inscrit un premier but en carrière dans la LHJMQ et que l'attaquant de 16 ans Joël Teasdale a marqué le but égalisateur.

Pointes de plume

• Louis-Charles Lemay et Nicholas Cardone ont été laissés de côté par l'entraîneur-chef Yanick Jean face à l'Armada. Après le match d'hier, Yanick Jean a confirmé qu'ils allaient demeurer dans les estrades face aux Tigres...

• Rappelé des Jeannois d'Alma, du circuit collégial, Marc-Antoine Massé profite pleinement de son audition avec les Saguenéens. Hier, il a fait une présence régulière, et visiblement, Yanick Jean a bien aimé ce qu'il a vu. «Il était dans nos six meilleurs attaquants ce soir, et c'est pour ça qu'il était sur la glace avec quatre minutes à faire. Il patinait, ne se posait pas de questions et allait par en avant», de noter le pilote des Bleus qui fera de nouveau appel à ses services dimanche. «Je vais lui demander s'il veut», a-t-il lancé à la blague, annonçant du même souffle qu'il allait également ajouter à l'alignement Marc-Antoine Gagné, des Élites de Jonquière. Jean-Simon Bélanger, qui était en uniforme hier, fera le chemin inverse. «Ça nous prend plus de vitesse et des jambes à Victoriaville», de mentionner Yanick Jean.

• Jonathan Bourcier a passé les dernières minutes du match assis au banc des Sags. Auteur d'une belle passe sur le but de Nicolas Roy, il était également sur la patinoire lors des trois buts des visiteurs. «Les gars qui n'étaient pas là dans les 4-5 dernières minutes, c'est parce qu'ils ne nous en donnaient pas assez, tout simplement. Ce n'était pas plus lui qu'un autre, mais il était là-dedans», d'indiquer Yanick Jean qui a donc jonglé avec ses trios en fin de match...

• Avant la rencontre, Nicolas Guay a été honoré pour son titre de joueur-étudiant du mois de novembre. Le jeune homme maintient une moyenne générale de 97%. L'attaquant de 16 ans veut se diriger vers les sciences de la nature l'an prochain au Cégep...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer