Un bon rythme pour Allard

Frédéric Allard a amassé 27 points en 29... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Frédéric Allard a amassé 27 points en 29 matchs, cette saison.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Frédéric Allard célébrera son 18e anniversaire de naissance à la fin du mois. Ça ne l'empêche pas, depuis le début de la saison, d'être utilisé à outrance dans la brigade défensive des Saguenéens de Chicoutimi.

«C'est une étape que tous les joueurs attendent et où ils ont hâte d'avoir beaucoup de temps de glace. Je pense que je suis bien rentré là-dedans et que j'ai un bon début de saison pour prouver aux entraîneurs qu'ils avaient bien fait de m'en donner autant», de noter le natif de Québec qui maintient un rythme de pratiquement un point par match avec 27 en 29 rencontres, à trois de son total de 30 établi l'an dernier en 62 matchs.  

«Il nous apporte beaucoup. Il nous a donné du hockey très constant depuis le début de l'année et du leadership. L'arrivée de Johnston l'a beaucoup aidé, autant que Carignan», souligne pour sa part l'entraîneur-chef Yanick Jean, mentionnant qu'il avait très bien rebondi la semaine dernière après un petit creux de vague.   

«Il a été vraiment bon et efficace et on a remporté trois victoires. Il est souvent directement relié aux performances de l'équipe», pense le pilote des Bleus.

Frédéric Allard passe pratiquement une trentaine de minutes sur la patinoire lorsque les Saguenéens sont en action. Il doit donc bien gérer son énergie. «Au début et même il y a quelques semaines, je tentais encore d'aller un peu trop en attaque. Yan (Yanick Jean) est tout le temps là pour me remettre à ma place comme on dit. On a eu de bonnes réunions et il m'a bien expliqué c'était quoi mon rôle et comment faire pour être utilisé 30 minutes. Je n'étais pas habitué et j'aime ça appuyer l'attaque. Il m'a dit d'attendre le moment et que, surtout, si je forçais trop, ça ne marcherait pas», explique le défenseur qui porte un A sur son chandail.

«La priorité, c'est de ne pas forcer les choses. Quand je le fais, je me brûle, je fais de longues présences et je ne peux pas embarquer une fois sur deux parce que je suis trop fatigué. C'est sûr que je dois faire des présences courtes, mais quand le trou est là, on ne m'empêche pas d'y aller. Je suis un défenseur et je suis là avant tout pour jouer défensivement et c'est là-dessus que je dois me concentrer», poursuit Frédéric Allard qui bénéficie pleinement d'une saison supplémentaire d'éligibilité pour le repêchage de la Ligue nationale de hockey. Selon la plus récente liste de la Centrale de recrutement, il est un espoir B, donc projeté dans entre la deuxième et la troisième ronde. «La saison dernière, je ne pense pas que ça été une saison extraordinaire. Pour certains, c'est un moins, pour moi, c'est un plus d'avoir une année supplémentaire. J'ai mis l'emphase sur l'entraînement cet été et jusqu'à présent, ça se passe bien, mais il ne faut pas trop que je me concentre là-dessus», d'indiquer le vétéran défenseur qui a marqué le but gagnant, dimanche, en avantage numérique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer