Une recette gagnante

Nicholas Cardone était aux premières loges pour voir... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Nicholas Cardone était aux premières loges pour voir le tir de Nicolas Roy pénétrer dans le filet en deuxième période. Il s'agissait d'un 15e but cette saison pour le numéro 55 qui a également battu Olivier Tremblay lors de la séance de tirs de barrage.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La recette de la victoire est simple pour les Saguenéens: obtenir plus de tirs que l'adversaire. Hier, au terme d'un match aussi fou que divertissant au centre Georges-Vézina, les locaux ont mérité un gain de 5-4 en fusillade.

Les Sags, qui ont dominé 30-24 dans la colonne des tirs, sont parfaits en cinq occasions quand ils dirigent plus de lancers que leurs adversaires. La façon d'aller chercher les deux points n'a toutefois pas été simple pour la troupe de l'entraîneur-chef Yanick Jean. Après cinq buts en deuxième, les deux équipes étaient au coude-à-coude 3-3 et, en début de troisième, Samuel Blais a inscrit son deuxième du match avec l'avantage d'un homme sur un tir qui a dévié avant de se retrouver dans le filet.

Tirant toujours de l'arrière et profitant d'un avantage numérique avec plus de deux minutes à faire, le pilote des Bleus a décidé d'enlever Julio Billia pour faire place à un sixième attaquant et la stratégie a rapporté quand Jonathan Bourcier a créé l'égalité. En prolongation, Dmitry Zhukenov croyait avoir donné la victoire aux siens et ses coéquipiers l'avaient déjà rejoint pour festoyer, mais au terme d'une longue reprise vidéo, les officiels ont refusé un but qu'ils avaient pourtant accordé dans le feu de l'action. L'attaquant russe des Sags a obtenu sa revanche en fusillade quand il a mis un terme au débat. Nicolas Roy, d'une superbe feinte, et Gabryel Boudreau avaient également déjoué Olivier Tremblay, plus tôt dans la séance. Pour Roy, il s'agissait également d'une revanche après avoir été frustré deux fois par le gardien chicoutimien, dont en fin de première d'un effort désespéré avec le bâton.

«Il n'y a pas un partisan qui est reparti déçu, a souligné Yanick Jean dans son point de presse. C'était un bon show de hockey junior. On méritait de gagner en prolongation et on a quand même gagné en fusillade. Les gens ont vu les habiletés individuelles de nos bons joueurs.

«On va se dire les vraies affaires, on les a complètement dominés. À part la première période, il n'y avait qu'un seul club sur la glace, a-t-il insisté, soulignant que l'échec-avant avait été très efficace.

«Je n'aimais pas notre manière de patiner en première, mais quand on a commencé à le faire, on a eu beaucoup de temps de possession dans la zone adverse.

Les deux clubs devaient se débrouiller sans plusieurs éléments hors de combat, particulièrement à l'attaque. Dans les circonstances, les gros canons des Sags ont pris les choses en main, estimait l'entraîneur-chef. «Il s'agissait ce soir que Roy, Boudreau, Zhukenov et Bourcier soient meilleurs que Blais, Huber, Ayotte et Comtois. Ils l'ont été. Quand tu regardes les chances de marquer, c'est du deux pour un», de noter Yanick Jean.

Dans l'autre vestiaire, Bruce Richardson, un ancien des Sags, était tiraillé par deux émotions. Après avoir passé un message aux joueurs cette semaine, il était très heureux de leur manière de répondre, mais avait de la difficulté à digérer la pénalité à Jimmy Huntington pour une passe avec la main sur la mise en jeu et qui a mené au but égalisateur. «Nos meneurs ont fait un gros pas et c'est ce dont tu as besoin dans de tels moments», a-t-il indiqué. On aurait pu mériter les deux points. Les gars ont démontré beaucoup de ''guts'' et de caractère. Ils la voulaient ce soir et c'était une bonne performance de notre groupe.»

«Je ne peux pas comprendre, a-t-il poursuivi sur la pénalité. Il y a une couple de semaines, Gatineau a pris une pénalité pour un même geste contre nous et on s'en va faire la même chose. C'est un manque de concentration total pour moi. On était en fin de match, on jouait bien, on fermait le jeu et on s'en va pogner une pénalité comme ça.»

Rappel tardif pour Mathieu Blanchette

Quand il s'est levé vendredi matin, Mathieu Blanchette ne s'attendait surtout pas à disputer un premier match en carrière dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Il était 14h30 et le joueur des Jeannois d'Alma, dans le collégial, roulait en direction de Jonquière sans son équipement quand il a reçu l'appel lui parlant de la possibilité. La confirmation est venue moins d'une heure plus tard.

«J'ai signé plein de feuilles avant le match et j'ai rencontré le médecin. C'était hot», a lancé le joueur de 18 ans et ancien des Élites de Jonquière qui est le meneur offensif des Jeannois avec 27 points en 19 matchs. Ce n'était qu'un match, mais il a grandement apprécié l'expérience. «Même si je n'ai pas joué beaucoup, je vois que c'est plus rapide. Les gars sont plus gros et solides», a-t-il remarqué.

Si Mathieu Blanchette a eu la chance d'être en uniforme hier pour les Sags, c'est que non seulement Nicolas Guay n'était pas en mesure d'affronter les Tigres, mais un autre joueur était malade. «Je ne pouvais pas me permettre, si ce joueur débarquait, de jouer à dix attaquants», de mentionner Yanick Jean qui a lâché un coup de fil en catastrophe à son homologue des Jeannois Pascal Hudon, en après-midi. Il a souligné sa collaboration ainsi que celle des Élites de Jonquière qui leur ont prêté deux joueurs, Jean-Simon Bélanger et Marc-Antoine Gagné, qui disputait également un premier match en carrière.

Les joueurs actuels des Élites assistaient à la rencontre d'hier et ont pu voir en action cinq joueurs qui ont porté les couleurs de l'organisation jonquiéroise. En plus de Bélanger, Gagné et Blanchette, le gardien des Tigres Olivier Tremblay ainsi que le nouvellement converti à la défense des Sags Louis-Philippe Simard ont également joué pour les Élites.

En prolongation: un but refusé qui fait jaser

Avant de rencontrer les journalistes, Yanick Jean a longuement visionné la séquence du but refusé à Dmitry Zhukenov avec d'autres membres du personnel des Sags.

L'attaquant russe a d'abord frappé le poteau de plein fouet avant de toucher à la rondelle avec son gant. Ce n'était pas clair qu'il avait réussi à frapper la rondelle libre, mais ce n'est pas ce qui irritait l'entraîneur-chef des Sags.

«Je vais demander des explications à la ligue. L'arbitre a donné le but, on va en haut et on dit que c'est non concluant. Il y a quelque chose que je ne comprends pas là-dedans», a mentionné le pilote des Bleus, qui s'est fait dire que les officiels doutaient que le but était bon, mais n'ont jamais fait d'annonce en ce sens avant l'interminable reprise vidéo. Debout sur le banc des siens, Yanick Jean a longuement fait savoir sa façon de penser après la décision, tout comme les partisans. La situation n'a pas trop dérangé ses protégés même si c'était encore très tendu au retour au jeu.

«Les gars sont retournés et on a passé le reste du temps dans leur zone», de faire remarquer Yanick Jean.

Pointes de plume

• Réunis jeudi, les gouverneurs de la LHJMQ ont procédé à un amendement de la règle pour les bagarres. Un joueur qui jettera les gants pour une dixième fois ne sera plus automatiquement suspendu. Il devra toutefois rencontrer le commissaire Gilles Courteau en compagnie de son directeur général et une décision de le suspendre ou non sera ensuite prise...

• L'attaquant autrichien des Tigres, Mario Huber, en était à un dernier match, hier, avant de quitter pour le Championnat mondial deuxième division, qui se déroulera dans son pays natal à partir de la semaine prochaine...

• Si les Sags sont passablement affligés par les blessures, ce n'est pas plus rose du côté des Tigres qui devaient se passer de sept joueurs réguliers hier soir, dont plusieurs importants, notamment Pascal Laberge, Félix Lauzon, Gabriel Gagné et Carl Marois. Les Sags devaient se débrouiller sans six joueurs, Nicolas Guay, Samuel Blier, Nicolas Desgroseilliers, Artem Maltsev, Alexandre Jacob et Zachary Lavigne, tous blessés...

• Les organisateurs du Championnat mondial de hockey junior qui aura lieu à Buffalo en 2018 ont décidé de faire prendre l'air à l'événement. Le match entre le Canada et les États-Unis sera disputé à l'extérieur, au Ralph Wilson Stadium, domicile des Bills de la Ligue nationale de football...

• Avant la rencontre, Frédéric Allard et Nicolas Roy ont reçu les titres de joueurs défensif et offensif du mois de novembre. Les deux vétérans ont obtenu dix points lors de la période concernée...

• Signe que le classement est extrêmement serré, avec leur victoire d'hier, les Sags ont fait un bon de la 16e place à la 13e du classement général. «C'est pour ça qu'on va faire une indigestion à regarder le classement et qu'on ne le regarde pas», a tranché Yanick Jean...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer