Joe Veleno s'adapte rapidement

À 15 ans, Joe Veleno se retrouve parmi... (Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

À 15 ans, Joe Veleno se retrouve parmi les meilleurs marqueurs chez les recrues avec 13 points en 20 rencontres. Il a été blanchi de la feuille de pointage hier face aux Saguenéens.

Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Joe Veleno n'a pas encore 16 ans, mais il a déjà une affiche géante à l'entrée de l'aréna Harbour à Saint-Jean ainsi que sa propre figurine «Bobblehead». Premier joueur à obtenir le statut de joueur exceptionnel dans la LHJMQ, le Montréalais compose très bien avec la pression et s'adapte rapidement à la vie dans le junior majeur.

«Avant le camp, je ne l'avais pas vu jouer parce que l'an dernier, j'étais dans la Ligue nationale (assistant à Buffalo). Au départ, j'étais réticent à l'idée d'avoir un joueur de 15 ans, comment il réagirait et s'il allait être prêt à jouer à ce niveau. Mes inquiétudes ont duré dix minutes dès la première journée. Sans aucun doute, il avait les habiletés, l'intelligence et l'attitude pour jouer dans le junior majeur», souligne l'entraîneur-chef des Sea Dogs, Danny Flynn, rappelant également sa maturité physique.

«Depuis qu'il est arrivé, il fait sa petite affaire. Il est calme et a gagné le respect de ses coéquipiers avec son humilité, son éthique de travail et ses habiletés sur la patinoire, indique Flynn. On ne le traite pas comme un joueur de 15 ans, mais comme s'il avait 17 et même 18 ans. Il est plus mature que la majorité des jeunes de son âge.

«Ce qui l'aide également, c'est que nous avons une équipe avec plusieurs vétérans qui a terminé en dixième place l'an dernier. Normalement, un joueur exceptionnel se retrouve avec une équipe de dernière place et il arrive avec le statut de sauveur. Joe a pu s'intégrer tranquillement sur nos trois premiers trios sans avoir la pression d'amasser des points soir après soir et de porter l'équipe sur ses épaules», de préciser l'entraîneur. Il y avait une pression dès le repêchage et une notoriété. Il a fait son chemin à travers tout ça pour devenir l'un des 22 joueurs.»

Depuis le début de la saison, le premier choix au dernier repêchage amasse les points avec régularité. Il en compte 13, ce qui le place au 12e échelon chez les recrues, 6e en enlevant les joueurs Européens. «Il est encore en apprentissage de la ligue. Je considère que pour un jeune de 15 ans, ça va très bien. Quand il aura une demi-saison d'expérience, il va prendre une coche supérieure, mais pour le moment, il fait du bon travail», estime Danny Flynn, mentionnant que le jeune homme réussit également très bien à l'école avec une moyenne de 90%.

Parité

Sur le match d'hier, Danny Flynn se disait content de repartir avec les deux points après avoir également laissé filer une avance la veille à Baie-Comeau avant de s'incliner en temps réglementaire. «Chaque victoire est difficile à obtenir. Depuis tout mon temps dans la LHJMQ, il me semble que c'est l'année où la parité est la plus grande», de raconter l'entraîneur qui a mérité hier sa 233e victoire en carrière dans la LHJMQ, lui qui a également dirigé de nombreuses années les Wildcats de Moncton.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer