Les Sags manquent de concentration

Andrew Shewfelt s'est amené seul devant Julio Billia... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Andrew Shewfelt s'est amené seul devant Julio Billia en désavantage numérique et a récupéré son propre retour pour donner les devants aux Mooseheads 3-0 en fin de deuxième.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Saguenéens ont manqué de concentration dans leur chasse à l'orignal, hier soir au centre Georges-Vézina, ce qui s'est traduit par un revers de 4-0 face aux Mooseheads d'Halifax. Ils ont ainsi raté l'occasion d'atteindre la fameuse barre psychologique de ,500 pour la première fois de la saison.

Les Sags ont pourtant réussi à tenir en échec le meneur des Mooseheads, Timo Meier, qui a montré des signes d'impatience en troisième. Rapidement en début de match, il devenait évident qu'il manquait un peu de saveur dans le jeu des locaux. Après deux bons arrêts de la jambière d'Éric Brassard d'entrée de jeu, les choses ont commencé à mal tourner, particulièrement en sortie de territoire. Les défenseurs Cavan Fitzgerald et Cody Donaghey en ont profité pour toucher la cible, le premier sur un tir qui s'est faufilé dans le trafic et le deuxième après un retour favorable de la bande.

«On n'a pas eu une bonne première. On n'était pas aiguisés comme d'habitude sur notre concentration. En deuxième, c'est là que ça s'est joué. Brassard a été tout simplement incroyable», a exprimé l'entraîneur-chef Yanick Jean dans son point de presse d'après-match.

«Pour avoir du succès, il faut être concentrés, sur la même page et que notre éthique de travail soit incroyable. Sur les deux premiers buts, ce sont deux séquences où notre éthique de travail doit être meilleure», de noter le pilote des Bleus qui a senti cette frustration au banc des siens, surtout en deuxième alors que Brassard multipliait les arrêts. «On s'est un peu fait faire par Brassard ce que Julio Billia a fait à bien des clubs cette saison. On a souvent gagné ce genre de match-là avec une performance étincelante d'un gardien. Je n'ai pas regardé les étoiles, mais je suis convaincu qu'il a la première. Ça ne prend pas un grand connaisseur pour dire qu'il sort avec la première étoile. Il n'a pas fait juste quatre ou cinq arrêts de qualité. Il a vraiment eu besoin d'être bon», de souligner Yanick Jean, faisant valoir que ses protégés avaient obtenu 12 chances de marquer uniquement dans le second engagement.

Après un discours probablement peu flatteur de leur entraîneur entre les deux périodes, les joueurs des Sags ont repris du poil de la bête en deuxième, mais au même moment, Brassard a montré son meilleur visage. Le gardien de 20 ans a réservé son meilleur arrêt pour Garrett Johnston, qui était seul dans l'enclave et qui a été frustré de la mitaine. Avant la fin de l'engagement, les Sags ont obtenu un premier avantage numérique complet, mais ce sont plutôt les visiteurs qui en ont profité. Après avoir bloqué un tir de Gabryel Boudreau, Andrew Shewfelt a profité d'un geste désespéré de son vis-à-vis pour se pointer seul devant Julio Billia, qu'il a finalement battu sur le retour pour enfoncer encore un peu plus les Chicoutimiens. Cette séquence résumait bien le reste de la rencontre dans l'esprit de Yanick Jean. «Ce n'est pas une contre performance, loin de là, mais on est capables d'être meilleurs. On a habitué nos partisans à beaucoup mieux», a-t-il repris, avouant qu'il avait vu des gestes inhabituels de ses troupiers comme deux pénalités pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire. «On a l'équipe la plus disciplinée de la ligue et on leur a donné sept avantages numériques», a-t-il déploré.

Le gardien Éric Brassard a repoussé 33 rondelles,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Le gardien Éric Brassard a repoussé 33 rondelles, dont 15 en deuxième période, pour mériter son deuxième blanchissage de la saison.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Super série: Roy estime avoir gagné des points

(DA) - La séquence de 16 matchs consécutifs de Nicolas Roy avec au moins un point a pris fin hier, mais ce n'est pas faute de ne pas avoir essayé. Après avoir voyagé plutôt dans la journée, le numéro 55 ne semblait pas du tout affecté face aux Mooseheads, étant au coeur de plusieurs menaces des siens.

Questionné après le match d'hier sur sa performance lors des deux rencontres face aux Russes, Nicolas Roy s'accordait une bonne note, lui qui a été nommé joueur par excellence du premier duel pour la Ligue de hockey junior majeur du Québec. «Je suis pas mal sûr que j'ai gagné des points. L'évaluation se poursuit jusqu'aux invitations. J'ai fait ce que j'avais à faire et je suis bien content. Je n'aurai rien à me reprocher si jamais je n'ai pas d'invitation», a souligné Nicolas Roy qui pensait avoir le voyage dans les jambes, lui qui s'est levé au petit matin.

«Je voulais montrer que j'étais capable de jouer dans les deux sens. Si je reçois une invitation, je ne m'attends pas à ce que ce soit un rôle offensif», d'estimer l'attaquant de 18 ans, qui n'était pas au courant que sa séquence avait pris fin. Il se concentrait avant tout sur le résultat décevant de son équipe.

«On n'a pas travaillé autant que les autres matchs. On n'a pas eu une bonne première. On se l'est dit dans le vestiaire qu'on devait travailler plus fort, gagner nos batailles et faire les petits détails. Ç'a mieux été en deuxième. On a eu beaucoup de chances et le gardien l'autre bord a été bon et on n'a pas été capables de marquer. C'est plate. En troisième, on aurait pu sortir plus fort que ça», d'analyser Nicolas Roy qui était blanchi de la feuille de pointage pour la troisième fois en 20 rencontres.

Pointes de plume

• Nicolas Roy, des Sags, ainsi que Maxime Fortier et l'entraîneur Dominique Ducharme, qui participaient à la Super série face aux Russes, sont arrivés hier en fin d'avant-midi à l'aéroport de Bagotville...

• Hier soir et pour les deux prochaines rencontres au centre Georges-Vézina, cet après-midi et mercredi, les joueurs des Sags amassent des fonds pour Movember et la lutte au cancer de la prostate. Avant le match face aux Mooseheads, Samuel Blier, blessé, était posté à l'entrée de l'amphithéâtre pour recueillir les dons. D'ailleurs, en support à la cause, depuis deux semaines, le défenseur Frédéric Allard arbore une moustache qui ferait rougir d'envie Tom Selleck...

• Avant de se rendre au Saguenay, les Sea Dogs de Saint-Jean ont été surpris hier soir par le Drakkar, à Baie-Comeau. Les locaux ont marqué deux fois en troisième pour transformer un déficit de 2-1 en victoire de 3-2, mettant ainsi fin à une séquence de dix défaites. Dans le revers des siens, le joueur exceptionnel de 15 ans Joe Veleno a amassé une passe...

• Yanick Jean a tout tenté en fin de match. Avec un peu plus de quatre minutes à faire, il a retiré Julio Billia pour faire place à un sixième attaquant. Il l'a ramené devant le filet avant de l'enlever de nouveau et avec 2min40 au cadran, Danny Moynihan a complété le pointage...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer