Bosch demeure patient

Congédié il y a bientôt un an par... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Congédié il y a bientôt un an par les Sags, Patrice Bosch ne reçoit plus de salaire de l'organisation chicoutimienne. Il n'a pas pour autant sauté sur la première occasion.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Présentement sans emploi comme entraîneur-chef, Patrice Bosch attend la bonne occasion. L'ancien pilote des Saguenéens, qui dirige cette semaine l'une des deux équipes de moins de 15 ans au tournoi midget espoir de Saguenay, a refusé quelques offres lors des derniers mois.

Congédié il y a bientôt un an par les Sags, Patrice Bosch ne reçoit plus de salaire de l'organisation chicoutimienne alors que son contrat se terminait à la fin de la dernière saison. Il n'a pas pour autant sauté sur la première occasion. «Il faut être patient et attendre la bonne opportunité. Je suis très serein dans mes affaires», indique Patrice Bosch.

Présentement embauché par Hockey Québec, il donne des conférences dans plusieurs régions aux entraîneurs du hockey mineur. Quand il a été approché pour diriger l'équipe Québec bleu composée de joueurs d'âge bantam, il a dit oui sans hésiter. «Je fais beaucoup de travail pour Hockey Québec et les U15, je le fais pour m'amuser et voir les jeunes. La plupart de ces joueurs vont être des choix de première ronde au repêchage de la LHJMQ dans deux ans. Quand tu aimes le hockey, tu veux faire du hockey comme ça», d'insister l'ancien entraîneur des Saguenéens qui n'en était pas pour autant à un retour derrière le banc hier matin, lors d'un match contre l'autre équipe de 14 ans, dirigée par son ancien adjoint à Chicoutimi Patrick Gosselin, puisqu'il dirige l'un de ses fils dans le calibre pee-wee à Chambly.

Lors des derniers mois, Patrice Bosch mentionne avoir notamment décliné des offres professionnelles en Suisse et en France. «Au niveau familial, ça ne me tentait pas de déménager», souligne Patrice Bosch qui a également été approché par des organisations du junior AAA. «Ce n'est pas le temps. Je vais attendre, mais je ne suis pas rendu là», confie-t-il, avouant qu'il regarde avec attention ce qui se passe du côté de Drummondville après le congédiement du personnel d'entraîneurs la semaine dernière. Avant d'accepter le poste avec les Sags, Patrice Bosch avait fait partie des candidats sérieux avec les Voltigeurs, mais le directeur général Dominic Ricard avait finalement préféré Martin Raymond.

Patrice Gosselin... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Patrice Gosselin

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Gosselin postule

Natif de Drummondville, Patrick Gosselin a fait connaître son intérêt pour le poste d'adjoint. «Il faudrait être fou pour ne pas postuler pour l'équipe de sa ville, annonce-t-il, conscient que les ouvertures sont très rares à ce stade-ci de la saison. 

«La priorité est de trouver leur entraîneur-chef. Ils ne sont pas sur le dossier de l'adjoint en premier», reprend celui qui a passé deux saisons derrière le banc des Sags et qui profite actuellement de son congé forcé pour axer son attention sur sa vie de famille. Comme son ancien entraîneur-chef, il a accepté rapidement l'offre pour le tournoi du Saguenay. 

«Je voulais me tenir actif et ce tournoi représentait une opportunité pour moi», de noter Patrick Gosselin qui n'en est pas à une première expérience dans un programme de Hockey Québec. Il a fait partie du personnel des U16 et U17 par le passé en plus d'accompagner une formation de moins de 15 ans à un tournoi en Finlande.

Sags : pointes de plume

• L'entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, a levé le pied à l'entraînement cette semaine avec des séances plus courtes, mais aussi intenses. Le gardien Julio Billia a également obtenu un peu de repos. Avec 12 matchs à disputer en un peu plus de trois semaines d'ici la pause de Noël, le pilote des Bleus veut avant tout ménager l'énergie de ses protégés. «Il faut être intelligents dans notre gestion des joueurs, plaide-t-il. Ça fait quatre mois qu'on les a avec nous et il faut s'assurer de garder la concentration. Je ne sens pas de fatigue, mais on gère pour qu'il n'y en ait pas. C'est l'expérience du passé qui me fait travailler comme ça», explique Yanick Jean, confirmant que Billia serait le gardien partant ce soir, lors de la visite des Mooseheads d'Halifax...

• Le pilote des Bleus voudra que ses protégés accordent une attention particulière à l'attaquant suisse des Mooseheads, Timo Meier. Hier, il avait encore bien à l'esprit son match de deux buts l'an dernier à Chicoutimi dans la victoire des siens 6-3...

• Samedi, le premier joueur à obtenir le statut de joueur exceptionnel dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Joe Veleno, sera en ville. Le joueur de 15 ans semble bien s'adapter au calibre junior majeur avec 12 points en 18 rencontres...

• Hier, Yanick Jean a confirmé que l'attaquant converti à la défense, Louis-Philippe Simard, allait demeurer à la ligne bleue. Avec huit défenseurs sous la main, les entraîneurs devront en laisser de côté un et même deux par match, surtout les plus jeunes. Yanick Jean n'a qu'une seule consigne, ne pas faire sauter plusieurs rencontres de suite au même joueur. «Il ne faut pas oublier que dans le midget AAA, ils disputeraient 45 matchs. Dans le junior majeur, ce sont de longues saisons et ils ont déjà disputé beaucoup de matchs avec un temps de glace énorme. Il faut continuer de leur faire attention. J'ai l'impression que les Krief, MacIsaac et Groleau sont efficaces soir après soir parce qu'ils tombent dans une bonne chaise», explique-t-il, indiquant que cette journée de «repos» s'accompagnait d'un entraînement hors glace...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer