Alain Deschênes trace son bilan

Alain Deschênes estime que son passage à la... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Alain Deschênes estime que son passage à la tête des Sags a été un «trip» inoubliable.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

«Je sors enrichi de cette aventure.»

Alain Deschênes résume de cette façon les années qu'il vient de passer à la tête des Saguenéens de Chicoutimi. Si l'expérience n'a pas été facile financièrement, elle a été extraordinaire humainement et c'est cet élément qu'il retient avant tout.

Pour la première fois depuis le changement de gestionnaires chez les Saguenéens, il y a deux semaines, Alain Deschênes a accepté de s'exprimer publiquement, mardi. Celui qui a été le principal gestionnaire de l'équipe pendant un peu plus de trois saisons ne peut commenter sur la place publique le côté financier des plus récents événements, mais il peut s'attarder sur l'expérience humaine qu'il vient de vivre. À ce niveau, il estime avoir été gâté.

«C'est un ''trip'' inoubliable, avance Alain Deschênes. J'ai côtoyé des gens extraordinaires pendant mes années avec les Saguenéens. Les joueurs, les parents des joueurs, tous les entraîneurs... Mme Diane (Girard) est une maman et une grand-maman extraordinaire. Rénald Nepton est aussi quelqu'un d'extraordinaire, tout comme Yanick (Jean). Tous les gens qui entourent l'équipe sont exceptionnels. L'équipe médicale, les gens de la ligue, ceux des autres équipes... Phil (Desgagné, le gouverneur de l'équipe) m'a aussi beaucoup aidé. Cette année, Michel Roberge a fait un travail remarquable (au marketing et promotion). Je parle de tous ces gens et j'ai encore de la peine. Il y a tellement de bon monde qui travaille là-dedans que ça vire tout seul.

«Je remercie les partisans qui sont là et qui suivent l'équipe depuis X années. Ces gens qui m'ont toujours dit de ne pas lâcher. Je comprends les anciens gestionnaires qui étaient déçus quand ils ont perdu l'équipe. C'est difficile de se défaire de ça.»

Trois ans plus tard, Alain Deschênes n'a vraiment qu'un seul regret quand il pense à son séjour avec les Saguenéens. Il sait bien que la garantie annuelle de 352 000$ à la ville qui avait été déposée par son groupe complété par Martin Lavoie, Laval Ménard et Pierre-Marc Bouchard était beaucoup trop élevée.

Il ne peut pas s'étendre sur les questions financières du dossier, mais il suffit de suivre le hockey junior de près pour savoir que le portrait a beaucoup changé. La baisse des assistances, qui n'épargne pas les Saguenéens, a fait passablement jaser au cours des deux dernières semaines. De plus, les gens qui se présentent aux matchs laissent maintenant moins d'argent à l'aréna. Il y a trois ans, un partisan des Saguenéens dépensait en moyenne entre 6$ et 7$ par partie. Aujourd'hui, il en dépense environ 3$.

Malgré la conclusion malheureuse, Alain Deschênes n'en veut à personne. Il a plongé dans le bain en pleine connaissance de cause et il en est très conscient.

«Je ne suis pas fâché après Laval, Martin ou après qui que ce soit, assure Alain Deschênes. Quand j'ai accepté de faire une soumission pour la gestion des Saguenéens, personne ne m'a tordu un bras.

«Je crois que tout le monde a essayé de travailler dans le bon sens. Malheureusement, nous n'avons pas obtenu le résultat espéré.»

Toujours partisan

Malgré la fin plus rapide que prévu de son association avec l'équipe, Alain Deschênes reste très attaché aux Saguenéens. Il a assisté aux deux matchs au Centre Georges-Vézina, en fin de semaine dernière, et les partisans le reverront à plusieurs reprises dans les prochains mois.

«Je suis un partisan des Sags et je vais rester un partisan des Sags», lance Alain Deschênes.

«Ce fut une très belle aventure. Je sors enrichi sur le plan humain de cette expérience. C'est ce qui est le plus touchant dans toute cette histoire. Je remercie tous les gens qui ont travaillé pour moi. Ce sont des gens extraordinaires. Je remercie aussi les partisans et les commanditaires qui n'ont jamais cessé de nous encourager.»

Pointes de plume

• Artem Maltsev a droit à de la belle visite depuis quelques jours. La mère et l'agent du jeune défenseur russe sont de passage dans la région pour la semaine. Ils ont tous les deux assisté à l'entraînement de l'équipe, hier matin...

• Parlant de l'entraînement, quelques joueurs manquaient à l'appel. Nicolas Roy a quitté l'équipe pour quelques jours afin de participer aux deux matchs du défi contre la Russie. Le gardien Julio Billia a obtenu un petit congé, alors que Samuel Blier a rejoint Nicolas Desgroseilliers sur la liste des blessés. Yanick Jean a expliqué que les Saguenéens suivent le protocole de retour au jeu prévu pour un joueur ayant subi une commotion cérébrale, dans le cas de Blier. Ils ne veulent prendre aucune chance...

• Malgré l'absence de Billia, les Saguenéens ont pu compter sur deux gardiens, mardi, puisque l'Américain Nick Vilardo est toujours avec l'équipe. Son évaluation se poursuivra jusqu'à la fin de la semaine...

• Jonathan Bourcier a fêté son 19e anniversaire de naissance, hier. Il a eu droit à la traditionnelle tarte à la crème au visage, une gracieuseté de Frédéric Allard. Yanick Jean a obtenu une passe sur le jeu... Serge Émond

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer