Nicolas Roy s'impose

À sa deuxième participation à la Super Série... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

À sa deuxième participation à la Super Série face aux Russes, Nicolas Roy a les yeux rivés sur le camp final d'équipe canadienne de hockey junior.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Fort d'une séquence de 16 matchs avec au moins un point, Nicolas Roy s'impose maintenant comme l'un des attaquants les plus redoutables de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Les signes de l'explosion étaient apparus bien avant la fin de la saison dernière.

«Je pense qu'il a joué du gros hockey pour nous en deuxième moitié de saison. À partir de mon arrivée avec l'équipe, je n'ai pas un mot à dire sur son rendement», plaide son entraîneur-chef Yanick Jean.  

À pareille date l'année dernière, après 19 parties, Nicolas Roy n'affichait qu'une récolte de sept points. C'est le jour et la nuit alors que le numéro 55 en a déjà plus du triple, soit 27, plus de la moitié de sa récolte totale de la saison dernière de 50 points.

«En fin d'année, ça rentrait plus. En début, c'était plus difficile, mais j'avais toujours des chances. Présentement, ça va super bien et je ne suis pas nécessairement surpris», signale Nicolas Roy.

«L'an passé, surtout en fin d'année, j'affichais une belle constance match après match. J'étais présent. C'est ce que je voulais conserver cette saison. C'est sûr que les points viennent plus facilement, mais ce sont des petits détails. J'ai travaillé sur mon lancer cet été et ça m'aide à marquer des buts. Je me suis entraîné vraiment fort. Je me sens plus explosif et je suis plus fort physiquement», reprend le choix de quatrième ronde des Hurricanes de la Caroline qui cite son travail en territoire défensif ainsi que dans le cercle des mises en jeu. «Rendu à 18 ans, il faut que je garde ça, mais je suis capable d'amener une dimension de plus offensive», souligne-t-il.

«Il joue une ''game'' de 200 pieds. L'an dernier, il avait plusieurs chances, mais maintenant, il est plus fort physiquement et possède un meilleur tir. Il est capable de marquer des buts avec son lancer», fait remarquer Yanick Jean.

«Au camp d'entraînement, on me demandait constamment si j'en attendais plus de lui. Je voulais simplement qu'il poursuive à bien jouer dans les deux sens, et là, il débloque offensivement», signale le pilote des Bleus, convenant que le numéro 55 et premier choix au repêchage de 2013 a été victime de comparaisons injustes avec le choix suivant, Anthony Beauvillier. Ce dernier a su se faire remarquer beaucoup plus rapidement offensivement dès l'an dernier avec une récolte de 94 points, dont 42 buts. «Ce n'est pas de sa faute à lui», estime Yanick Jean.

Les yeux sur le camp d'Équipe Canada

(DA) - À sa deuxième participation à la Super Série face aux Russes, Nicolas Roy a les yeux rivés sur le camp final d'équipe canadienne de hockey junior.

«Ce sont des défis que je peux me lancer. Je m'en vais là-bas et je veux montrer ce que je suis capable de faire, lance Nicolas Roy avec confiance. L'objectif à la Série Canada-Russie, ce n'est pas de me tailler un poste, c'est surtout de laisser une bonne impression. Ce sera plus tard que les décisions seront prises.»

L'an dernier, le numéro 55 avait participé aux deux matchs contre les Russes. Il voulait surtout prendre le bagage d'expérience. «À 17 ans, je savais que j'étais encore jeune et que je n'avais pas vraiment de chance d'avoir une invitation. Là, oui je suis encore jeune, mais il y a des 18 ans qui sont invités. J'aimerais vraiment ça et je vais travailler fort pour ça. C'est sûr que je veux laisser une très très bonne impression de moi. Si ce n'est pas cette année, ce sera pour l'an prochain à 19 ans, mais j'aimerais vraiment ça participer au camp le mois prochain», d'exprimer Nicolas Roy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer