Des foules en chute libre chez les Sags

ANALYSE / Depuis dix ans, les assistances des Saguenéens sont littéralement en... (Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Archives Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

ANALYSE / Depuis dix ans, les assistances des Saguenéens sont littéralement en chute libre. Depuis la dernière grosse saison de la formation chicoutimienne en 2005-2006, les foules au centre Georges-Vézina ont diminué de moitié.

Dans un texte publié mercredi matin, le nouveau président des Saguenéens, Richard Létourneau, a ciblé avec justesse la priorité chez les Sags pour les prochains mois: ramener du monde dans la cabane.

Quand on s'attarde aux chiffres, on prend rapidement conscience de l'étendue des dégâts. En 2005-2006, les amateurs s'entassaient dans les estrades centre Georges-Vézina qui était rempli match après match après plus de gens que la capacité assise (109,9%).

À cette époque, les Sags étaient à la mode et attiraient en moyenne 4132 spectateurs par match local. Il était difficile de trouver de bons billets, surtout contre les rivaux des Remparts de Québec. Menés par les Stanislav Lascek, Marek Zagrapan, David Desharnais et Maxime Boisclair, les Sags donnaient un spectacle d'une grande qualité avec une impressionnante récolte de 51 victoires. C'est la dernière fois que les Sags ont terminé dans le top 5 du classement de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avant d'être surpris en deuxième ronde par les Olympiques de Gatineau.

Voici les rangs finaux des Sags depuis: 13-8-13-13-13-8-12-13 et 15. Ceci explique cela. On peut tenter de trouver plusieurs facteurs, mais cet éternel virage en rond en a découragé plusieurs et même parmi les plus assidus. On le répète depuis plusieurs années: le succès attire le succès.

Un siège sur deux

Cette saison, si la tendance continue avec la forte baisse présentement en cours, les Saguenéens réussiront à peine à remplir un siège sur deux, ce qui ramène à des assistances inquiétantes de la fin des années 1990. «Si on met du monde dans la cabane, tout va suivre», a indiqué Richard Létourneau mardi à mon collègue Serge Émond. Ramener les gens au centre Georges-Vézina, ça commence par la victoire. La seule fois où les Sags ont enregistré une hausse lors des dix dernières saisons est la première du groupe d'Alain Deschênes en 2012-2013, alors que le club venait d'atteindre le carré d'as en éliminatoires.

Les changements orchestrés lors des derniers jours et la venue de Marc Denis avec l'organisation vont aider à court terme, mais ça va prendre une saison gagnante avant longtemps. Le plan de l'entraîneur et directeur général Yanick Jean est bien en place et va commencer à payer dès l'an prochain. La longue traversée du désert achève, mais n'est pas terminée. Dans l'ensemble, les jeunes Sags font du bon boulot et ça reste le plus jeune club du circuit Courteau. Une chose est certaine, il n'y aura pas de compromis sur ce plan, ce qui paiera cher d'ici deux ans tant sur la glace que dans les estrades.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer