Yanick Jean rend hommage à Alain Deschênes

L'entraîneur-chef et directeur général des Saguenéens de Chicoutimi,... (Archives Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

L'entraîneur-chef et directeur général des Saguenéens de Chicoutimi, Yanick Jean.

Archives Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

Yanick Jean, l'entraîneur, n'a pas vraiment commenté, hier, les changements qui ont frappé l'administration des Saguenéens lundi. Yanick Jean, le directeur gérant, avait par contre des choses à dire.

«Avec mon chapeau de directeur gérant, je peux dire que j'ai appris à connaître un monsieur extraordinaire, un bon père de famille, a avancé Yanick Jean, en parlant de l'ancien principal actionnaire de l'équipe, Alain Deschênes. Il a tout donné pour cette organisation et je le remercie pour tout ce qu'il a fait.

«Maintenant, j'ai hâte de travailler avec les nouvelles personnes en place. J'ai déjà eu un meeting très positif avec Marc Denis. Je constate que beaucoup de gens sont très positifs pour la suite des choses.

«Avec mon chapeau d'entraîneur, je peux seulement dire que les joueurs n'ont manqué de rien dans le passé et qu'ils ne manqueront de rien dans le futur.»

Si l'administration a été secouée par les derniers développements, l'équipe doit poursuivre le travail sur la glace. Elle le fera ce soir, quand elle entamera une séquence de trois matchs dans les Maritimes en quatre jours en rendant visite aux Screaming Eagles du Cap-Breton. Elle se mesurera ensuite aux Mooseheads de Halifax, vendredi, et aux Wildcats de Moncton, samedi.

Ce soir, les Saguenéens seront exceptionnellement dirigés par Jean-François Jolin et Rénald Nepton. Pendant ce temps, Yanick Jean terminera un voyage de quelques jours en Colombie-Britannique qui lui a permis de suivre les premiers jours du Défi mondial des moins de 17 ans.

Jean ne voit aucun problème à céder sa place à son entraîneur adjoint et au directeur des opérations hockey pour un match.

«Pour les joueurs, ça va changer le message un peu, souligne Yanick Jean. La voix qu'ils vont entendre sera différente et ça peut même faire du bien.

«Pour notre organisation, il était important que j'assiste à ce tournoi. Quatre-vingt-cinq pour cent des meilleurs joueurs de 16 ans au monde participent au tournoi. Les Suédois sont là, tout comme les Finlandais et les Tchèques. Il ne manque que les Slovaques.»

Yanick Jean sera de retour dans l'entourage de l'équipe pour les deux derniers matchs du voyage.

Dans son esprit, un périple dans l'est du pays demeure un événement particulier pour les plus jeunes joueurs d'une équipe.

«C'est toujours spécial en raison des déplacements entre les différentes villes et des arénas, précise-t-il. Les plus jeunes joueurs n'ont jamais fait un voyage d'une semaine avec leur équipe. Dans notre cas, douze joueurs vivent leur premier voyage dans les Maritimes.»

Les Saguenéens n'ont pas apporté de modifications majeures à leur formation pour ce long périple. Le seul changement est le rappel de l'attaquant Patrice Demuy.

Josée Néron réclame un nouvel appel d'offres

La conseillère municipale et chef désignée de l'ERD, Josée Néron, demande au maire de Saguenay, Jean Tremblay, de lancer l'appel d'offres pour la gestion des Saguenéens de Chicoutimi le plus rapidement possible. Selon elle, le nouveau groupe doit être choisi dans un bref délai afin d'être en mesure de planifier la saison 2016-2017 dès le printemps.

«Celle-ci [la saison] commence avec la vente des billets de saison au début du mois de mai. Le contrat de gestion avait été donné trop tard dans la saison au groupe Sags 7-96», a souligné la conseillère dans un communiqué transmis hier après-midi. Le groupe d'Alain Deschênes, Pierre-Marc Bouchard, Martin Lavoie et Laval Ménard avait pris les commandes de l'équipe le 1er juillet 2012.

Josée Néron se demande pourquoi le maire avait attribué le contrat à ce groupe quand il avait la possibilité d'éliminer un soumissionnaire dont le prix était disproportionné.

«En tant que gestionnaire, le maire devait savoir que la bouchée était trop grosse. Tous les analystes le disaient. Maintenant que le groupe s'est retiré, ce sont les contribuables qui en paieront les frais», dénonce-t-elle.

La conseillère se questionne également quant au choix de Richard Létourneau qui, rappelle-t-elle, siégeait au conseil d'administration de Promotion Saguenay jusqu'à tout récemment.

«Ce groupe est arrivé avant-dernier à la suite de l'appel d'offres de 2012, et il gère maintenant l'équipe. Le maire doit expliquer aux contribuables en quoi cette façon de faire est la plus profitable pour les finances de la ville. En outre, il leur procure un avantage en leur permettant d'avoir accès aux finances de l'équipe. Ce n'est pas équitable pour les soumissionnaires futurs.»

(Par Mélanie Côté)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer