Sags: un trio bénévole à la rescousse

Marc Denis, Richard Létourneau et Jean-François Abraham ont... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Marc Denis, Richard Létourneau et Jean-François Abraham ont rencontré les médias en compagnie du maire Jean Tremblay, hier.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Le mot fierté a été prononcé à plusieurs reprises, lundi après-midi, quand Richard Létourneau, Marc Denis et Jean-François Abraham sont officiellement devenus les nouveaux gestionnaires des Saguenéens de Chicoutimi.

Bénévolement et sans aucune promesse pour les prochaines années, ils ont accepté d'unir leurs forces à la demande du maire Jean Tremblay dans le but de remettre à flot un bateau qui prend l'eau depuis quelques années. Pour y arriver, ils ont mis en place un organisme sans but lucratif, les Saguenéens junior majeur de Chicoutimi, qui s'occupera de l'équipe jusqu'à la fin de la présente saison.

Dès hier, les nouveaux gestionnaires se sont mis au travail en rencontrant une partie des employés de l'équipe. En pratique, ces employés ont été mis à pied par l'ancienne organisation et ils seront réengagés par la nouvelle. Les nouveaux gestionnaires profiteront des prochains jours pour rassurer tout le monde, prendre connaissance de l'entente entre la ville et les anciens gestionnaires et se familiariser avec la véritable situation des Saguenéens. Lorsque ce sera fait, ils établiront un plan d'attaque et un budget pour le reste de la saison. Ils présenteront ensuite leur rapport à la ville.

En fait, Marc Denis a entamé le travail dimanche, quand il a discuté pendant deux heures avec Yanick Jean. Il a indiqué, hier, que l'aspect hockey des Saguenéens est maintenant solide. Dans son esprit, la ligne directrice n'est pas brisée, elle ne fait que s'allonger. Il endosse tout ce qui a été fait depuis un an et, malgré son horaire chargé, il entend faire sa part pour aider à poursuivre la progression.

«Soyez assurés que je vais mettre la main à la pâte, a indiqué celui qui est maintenant le vice-président hockey. La structure en place au niveau hockey est droite. Nous voulions surtout nous assurer qu'il n'y ait pas de hoquet avec tout ce qui se passe. Je vais trouver le temps pour parler à tout le monde au niveau hockey dans les prochaines heures. La structure hockey n'est pas remise en question. Le personnel en place a déjà fait ses preuves. C'est à moi de faire les miennes, ce que j'ai l'intention de faire.

«La fierté sera un point d'honneur de cette équipe. C'est ce qui est ressorti de ma discussion avec Yanick. Nous laisserons à nos opposants de Québec le fait d'avoir de meilleures assistances. On va remettre la rivalité. J'ai plusieurs amis un peu partout dans cette ligue et ce n'est pas vrai que je vais regarder le journal et voir mon équipe à la dernière place.

«Nous relevons ce défi très humblement. J'ai beaucoup à apprendre et beaucoup à apporter. Je suis très excité et très content. Il y a beaucoup de pain sur la planche et nous sommes prêts à mettre la main à la pâte. Nous voulons assurer la pérennité de l'équipe. En juillet prochain, si je ne suis plus en place, je veux m'assurer que la personne qui arrivera en poste n'aura pas à constater les dégâts, mais plutôt à constater que le plan a été suivi à la lettre. Je vais agir comme si j'étais là longtemps, même s'il est vrai qu'il n'y a aucune garantie.»

Si Marc Denis occupe maintenant la fonction de vice-président hockey, Richard Létourneau porte le chapeau de président. De son côté, Jean-François Abraham devient vice-président aux opérations des Saguenéens.

«Nous allons nous organiser pour vous prouver que vous avez bien fait de nous faire confiance, a pour sa part mentionné Richard Létourneau, en s'adressant au maire Saguenay. Lors de ma première conversation avec Marc, samedi, nous avons parlé de fierté. C'est ce que nous allons véhiculer pendant toute la saison. Nous voulons que les joueurs soient fiers de jouer pour les Saguenéens et de représenter la ville. Cette fierté doit aussi être retrouvée par les partisans. Nous allons nous organiser pour qu'ils se réapproprient le club et qu'ils reviennent au centre Vézina.»

Richard Létourneau n'a pas été en mesure d'en dire plus sur les intentions des nouveaux mandataires. Tout est encore trop récent. Lorsque le groupe aura une meilleure idée de la situation des Saguenéens, il sera en mesure d'identifier les gestes qu'il pourra poser.

«Le feu était pris et ça prenait un pompier»

La confirmation de l'entrée en scène d'un nouveau trio composé de Richard Létourneau, Marc Denis et Jean-François Abraham a ajouté quelques paragraphes au plus récent chapitre de la longue histoire des Saguenéens de Chicoutimi. Un chapitre pendant lequel les événements se sont bousculés.

Il y a dix jours, le principal gestionnaire des Saguenéens, Alain Deschênes, a rencontré le maire de Saguenay, Jean Tremblay, pour lui faire part de ses difficultés financières. Il a alors indiqué que la situation était devenue intenable et exprimé le désir que l'entente qui le liait avec la ville soit modifiée. En 2012, son groupe s'était engagé à verser annuellement 352 000$ à Saguenay, pendant sept ans. À l'époque, les conditions semblaient invivables et la suite des choses l'a confirmé.

Après avoir entendu les doléances d'Alain Deschênes, le maire de Saguenay a présenté un rapport à l'exécutif de Saguenay et il a été convenu qu'il était impossible de répondre aux demandes du principal gestionnaire des Saguenéens et de modifier un contrat en cours de route. Quand il a été avisé que ses demandes étaient refusées, le principal gestionnaire a confirmé qu'il lui était impossible de continuer dans ces circonstances.

«Au moment de ces discussions, le groupe (Alain Deschênes et Pierre-Marc Bouchard) avait un retard de 229 000$ dans ses paiements, a expliqué le maire, après avoir indiqué que le commissaire Gilles Courteau a été tenu au courant de chaque développement. Par contre, nous avions eu la prévoyance, lors de la signature du contrat, de leur demander un chèque de 200 000$ avec lequel nous pourrions nous payer en cas de pertes. C'est ce que nous allons faire.

«M. Alain Deschênes a été correct et très collaborateur. Mais nous nous retrouvions avec un problème qui demandait une solution rapide. On tient aux Saguenéens et on veut même qu'ils deviennent une équipe de prestige. Dans une situation de ce genre, tu penses aux gens que tu connais et je me suis tourné vers mon ami Richard Létourneau, qui est un gestionnaire extraordinaire et un amateur de hockey. Il m'a dit qu'il allait communiquer avec Marc Denis et Jean-François Abraham pour vérifier leur intérêt à former un groupe bénévole. Il fallait bouger vite.»

Le nouveau trio a accepté de prendre la relève uniquement pour le reste de la présente saison. Interrogé sur la suite de choses au printemps 2016, le maire Tremblay a dit ne pas avoir de réponse pour le moment. Il n'a pas voulu préciser si Saguenay retournera en appel d'offres comme elle l'a fait en 2012.

Il a également mentionné qu'il est impossible de préciser combien coûtera l'exercice à la ville.

«Nous étions mal pris, a repris le maire de Saguenay. Le feu était pris et ça prenait un pompier. Il est certain que ça va coûter de l'argent à la ville. Ça va nous coûter assez cher aussi. Il est impossible de savoir combien ça va coûter. Il y a une chose qu'il ne faut pas oublier, les Saguenéens junior majeur sont à Saguenay pour y rester. Ça va coûter de l'argent, mais il ne faut pas oublier que nous en avons perçu au cours des dernières années. En plus, nous n'avions plus à payer 200 000$ pour des frais fixes comme nous l'avions fait pendant dix ans.

«Si nous avions le temps, si nous étions au mois de mai, nous aurions agi différemment. Mais l'équipe partait ce matin (lundi) pour six jours. Ça prend un chèque pour payer l'autobus, les hôtels, les repas, etc.

«Pour le moment, je me contente de ça. Qu'est-ce qui arrivera l'an prochain? Je ne le sais pas. Nous prendrons le temps d'en discuter. Nous avons été capables de nous organiser en une semaine. Nous serons capables de nous organiser après la saison.»

En bref

La procédure

Jean Tremblay a refusé d'avancer que la procédure utilisée par la ville il y a trois ans pour trouver de nouveaux gestionnaires n'était pas la bonne. «Je crois que les dernières offres étaient trop grandes. C'était trop, ce qu'ils nous donnaient. J'étais content, c'était pour les citoyens et je faisais d'autres choses. La procédure était trop bonne, mais c'est sorti trop fort. La prochaine fois, il faudra leur dire d'y aller plus tranquillement. La formule choisie était excellente», a avancé le maire de Saguenay.

Anciens groupes

Quand il a été interrogé sur la réaction que pourraient avoir les membres des autres groupes qui ont tenté de devenir gestionnaire de l'équipe, il y a trois ans, le maire Jean Tremblay a répondu que ces groupes n'existent plus vraiment. Une réponse qui a fait sursauter un des anciens gestionnaires de l'équipe, Pierre Cardinal. «Notre groupe, Gestion sport Sag's, est toujours en opération. Nous respectons jusqu'à la fin les engagements que nous avons pris quand nous étions à la tête des Saguenéens. Nous payons toujours une bourse d'études à Dominic Poulin», a précisé Cardinal. Serge Émond

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer