Bourcier en route vers sa meilleure saison

Au lendemain de son match de quatre buts... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Au lendemain de son match de quatre buts et deux passes, Jonathan Bourcier avait le sourire facile, hier.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après une performance de six points vendredi, Jonathan Bourcier s'est réveillé samedi matin au 10e rang des marqueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec 21 points. L'attaquant de 19 ans est bien en voie de connaître sa meilleure saison en carrière.

L'année dernière, le joueur de 5 pieds 7 pouces avait cumulé 30 points en 66 rencontres avec les Olympiques de Gatineau qui l'ont transigé aux Saguenéens au dernier repêchage en retour d'un choix de quatrième tour.

«C'est comme une petite fierté en dedans de moi d'être capable de faire ça dans la ligue. Ça prouve encore au monde que même si tu es petit, ça ne veut rien dire», plaide Jonathan Bourcier, qui ne savait pas qu'il se retrouvait dans le top-10 hier.

«Je veux contribuer offensivement. Ce n'est pas que je cherche juste à faire des points. Tout le monde individuellement, on a un but en tête et c'est ce que j'essaie de faire, tout en aidant mon équipe», indique-t-il.

«Je ne veux pas trop penser à ça parce que sinon, ça me joue trop dans la tête. C'est sûr que c'est le fun, mais je n'aurais jamais fait ça sans l'aide de mes coéquipiers. C'est important de le dire», de souligner le joueur originaire de Gatineau qui a développé une chimie instantanée avec son coéquipier Nicolas Roy, qui a pour sa part participé au pointage dans les sept derniers matchs des siens et montre une récolte également très intéressante de 15 points en dix parties depuis son retour du camp des Hurricanes de la Caroline.

«Jouer avec Nicolas Roy, c'est quelque chose. C'est tout un joueur. Il crée beaucoup d'espace en plus d'avoir un bon lancer et être rapide. Ça me rend les choses plus faciles», souligne Jonathan Bourcier.

Bien sûr, au lendemain de sa récolte de six points, dont quatre buts en première période, il avait le sourire facile. «La dernière fois que je me rappelle d'avoir fait autant de points, je pense que j'étais novice, de confier Bourcier. Il y a des soirs où ça ne rentre pas et là, tout rentrait. La rondelle tombait toujours du bon bord.»

Une constance retrouvée

Dans l'esprit de l'entraîneur-chef des Sags, Jonathan Bourcier est simplement récompensé pour ses efforts. Il a également su saisir sa chance sur un trio offensif.

«Dès son arrivée ici, il ne s'est pas caché et m'a dit qu'il manquait de constance à 17 et à 18 ans. Il voulait que ça change. Quand un joueur se met les yeux devant les trous et qu'il est conscient, il y a déjà une bonne partie du problème de réglé, d'estimer le pilote des Bleus. Ce n'est pas une surprise par rapport à ce qu'il donne. Ça paraît quand tu te présentes soir après soir. Tu vas peut-être passer un ou deux matchs sans ramasser de point, mais tu n'as pas de perte de confiance quand tu as de la constance. Les deux vont ensemble.»

Hier, Yanick Jean expliquait son choix de combinaisons pour ses deux premiers trios. Les deux joueurs de centre Nicolas Roy et Dmitry Zhukenov aiment transporter la rondelle, et Jonathan Bourcier préfère lancer. Il devenait donc naturel de le réunir avec Roy, et son positionnement sur l'avantage numérique lui donne également l'occasion d'obtenir bon nombre d'occasions de tirer. Bourcier arrive d'ailleurs au 2e rang de la formation chicoutimienne avec 41 tirs, derrière Gabryel Boudreau qui en compte déjà 52.

Pointes de plume

• Plus de peur que de mal finalement pour Frédéric Allard qui a été atteint par le patin de son coéquipier Gabryel Boudreau en fin de match vendredi, à Baie-Comeau. Le défenseur de 18 ans a reçu 26 points de suture après la rencontre et était dans l'autobus de l'équipe pour le retour au Saguenay. Équipé d'une visière complète, il sera à son poste cet après-midi à la ligne bleue pour le deuxième duel entre les Sags et le Drakkar, cette fois au centre Georges-Vézina...

• Après une explosion offensive de 12 buts vendredi à Baie-Comeau, l'entraîneur-chef Yanick Jean convenait que le match de dimanche pouvait représenter un piège. «Il y a une affaire par exemple, c'était 12-0 en troisième, mais on se repliait comme si c'était 0-0. Le désir était le même. Normalement, dans un match de même, les gars se mettent à tricher et je n'ai pas vu ça, ce qui m'en dit beaucoup sur la chimie de l'équipe», de rappeler le pilote des Bleus...

• Blessé à une main vendredi, Nicholas Cardonne ratera le deuxième rendez-vous face au Drakkar. Jean-Simon Bélanger sera rappelé des Élites de Jonquière dans le midget AAA...

• Avec le retour au jeu de Julien Carignan, qui a purgé sa suspension de sept rencontres, les Saguenéens ont huit défenseurs disponibles. Dimanche, avant de quitter pour représenter le Canada au Défi mondial des moins de 18 ans, Jérémy Groleau et Alexander Krief seront laissés de côté, principalement afin d'éviter tout risque de blessure. «Ce sont des jeunes, au lieu de jouer et d'avoir la tête ailleurs parce qu'ils partent après le match, on préfère les reposer. Ce sont des gars qui ont joué énormément depuis le début de l'année à un niveau où c'est difficile pour des 16 ans. Je veux leur permettre d'écouter un match d'en haut avant de partir», d'expliquer Yanick Jean...

• Impliqué avec les Sags depuis une quarantaine d'années, Rénald Nepton ne se souvenait pas hier d'avoir déjà été témoin d'une production de huit buts en première période. Il l'a déjà vu, mais pas en première période...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer