Julio Billia blanchit les Islanders

Julio Billia a stoppé 39 tirs.... (Photo Rocket Lavoie, Le Quotidien)

Agrandir

Julio Billia a stoppé 39 tirs.

Photo Rocket Lavoie, Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après la longue traversée du désert, tout roule maintenant comme sur des roulettes pour les Saguenéens. Les hommes de l'entraîneur-chef Yanick Jean se sont payé une troisième équipe des Maritimes en autant de matchs à domicile, cette fois par blanchissage 5-0 sur les Islanders de Charlottetown, devant 1818 spectateurs qui ont certainement apprécié le spectacle au centre Georges-Vézina.

«Il y a deux affaires. Il fallait qu'on utilise notre vitesse contre leurs défenseurs et on devait être forts en avant de notre filet parce qu'ils sont gros. On devait être très déterminés dans notre enclave. Ça, je pense qu'on l'a bien fait», a résumé le pilote des Bleus après cette troisième victoire consécutive et un premier blanchissage cette saison pour Julio Billia qui a bloqué 39 lancers. Jonathan Bourcier, avec quatre points, et Nicolas Roy, avec trois, ont mené l'attaque des vainqueurs.

Après un début de match dominé par les Islanders, qui comptaient déjà dix tirs au but à mi-chemin en première, les Sags ont profité d'un avantage numérique pour non seulement prendre leur rythme, mais ouvrir le pointage. Après avoir été frustré par Mason McDonald, quelques instants plus tôt, Jonathan Bourcier a profité d'une cage déserte après une passe sans regarder de Nicolas Roy pour faire bouger les cordages.

Quelques minutes plus tard, Gabryel Boudreau a profité à son tour des talents de passeur du #55 pour doubler l'avance des siens. En deuxième, à peine sorti du banc des pénalités pour un coup de genou, Landon Schiller s'est amené sur l'aile et a décoché un tir qu'a ralenti McDonald, mais qui a poursuivi son chemin jusqu'au fond du filet. En toute fin de deuxième, encore en avantage numérique, Nicolas Roy a anéanti les espoirs des visiteurs et couronné une soirée productive avec son cinquième de la saison. Les Sags n'ont pas levé le pied en troisième et Antoine Marcoux a complété le pointage.

«C'était très important (de ne pas lâcher). On en a parlé de longues minutes entre la deuxième et la troisième et je suis content de la réaction des gars. C'était important de rester disciplinés, de ne pas embarquer dans rien et de rester concentrés et c'est ce qu'on a fait, a louangé Yanick Jean qui voyait un bon exemple de la chimie qui s'installe.

«Un match de même l'an dernier, c'était lequel trichait le plus pour réussir à ramasser ses points. Là, en troisième, on a joué en unité de cinq pour protéger le jeu blanc du gardien», a noté l'entraîneur-chef qui a identifié deux séquences importantes où Billia a réalisé des arrêts opportuns, à 0-0 puis à 2-0 lors d'un désavantage numérique en deuxième, tout juste avant le but de Schiller.

«Je pense qu'on avait une meilleure équipe. On a mieux joué. Ce n'est pas juste une question de gardiens même si le nôtre a été très bon», a-t-il laissé tomber, soulignant le travail en avantage numérique qui fonctionne à plein régime depuis six matchs avec un but toutes les trois occasions.

«Oui l'exécution est meilleure, mais on est là, dans l'enclave. En début de saison, on n'y était pas, a-t-il pointé. On a été dangereux. On a bien bougé la rondelle, mais on a pas été trop dans la dentelle non plus. On a mis beaucoup de rondelles au filet. Quand tu le fais, la foule est dedans et ça fait un effet boule de neige.»

L'après Daniel Sprong

Quand il s'est amené à la barre des Islanders de Charlottetown, au cours de l'été, Jim Hulton pensait bien pouvoir compter sur l'un des attaquants les plus redoutables de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec Daniel Sprong. Après avoir été un choix de 2e ronde des Penguins au dernier repêchage, le joueur de 18 ans amorce la saison dans la Ligue nationale et les signes ne pointent pas vers un retour imminent dans les rangs juniors.

Sprong, qui a marqué son premier but en carrière jeudi soir, s'attire les éloges de tous les observateurs et des dirigeants des Penguins. «À l'interne présentement, on se prépare à ne pas l'avoir pour toute la saison», concède Jim Hulton, rencontré après l'entraînement matinal des Islanders hier matin.

«Qu'il demeure dans la Ligue nationale est une surprise pour tout le monde impliqué. Nous sommes vraiment heureux pour lui. Il réalise un rêve comme joueur de hockey. Après tout, une partie de notre rôle dans le junior est de développer des joueurs pour les professionnels. Parfois, ça se produit plus rapidement que prévu!, philosophe-t-il. Tous les commentaires en provenance de Pittsburgh disent qu'il continue de s'améliorer de jour en jour. C'était évident jeudi soir et on a eu l'occasion de visionner le match des Penguins face aux Sénateurs en équipe. Ça nous donnait des frissons de le voir marquer son premier but.

«Ça change un peu la stratégie. Je pense que nous n'aurons pas l'attaque aussi explosive sans lui. C'est sûr qu'on devra faire quelques modifications à notre jeu en équipe. Toutefois, avec Daniel ou non, on voulait devenir une meilleure équipe sans la rondelle», poursuit l'entraîneur qui recherche plus de constance dans le jeu collectif de sa troupe.

Pointes de plume

• L'entraîneur-chef des Islanders, Jim Hulton effectue un retour dans les rangs juniors après avoir passé quelques saisons comme adjoint avec les Panthers de la Floride. «Je suppose que je suis plus confortable avec les jeunes. J'aime l'aspect d'enseignement dans le junior. La transition est plus facile quand tu en as déjà l'expérience», explique l'entraîneur d'expérience qui a joué dans la Ligue de l'Ontario et ensuite dirigé quelques équipes...

• Une baie vitrée a éclatée derrière le but des Sags pendant la période d'échauffement. La rencontre a donc débuté avec quelques minutes de retard, le temps de remplacer la vitre et nettoyer le tout, mais le travail a été fait rapidement...

• Avec le retour d'Artem Maltsev à la ligne bleue, la recrue Keenan MacIsaac a laissé sa place dans l'alignement...

• À son premier match en carrière dans la LHJMQ, le Félicinois Jean-Simon Bélanger a gagné des points auprès de Yanick Jean qui a apprécié son jeu avec la rondelle. L'attaquant de 17 ans a eu quelques occasions d'amasser un premier point, mais Mason McDonald a fermé la porte. «C'est sûr qu'il va rejouer avec nous, mais je ne sais pas quand», de confier le pilote des Bleus après la rencontre...

• Lors d'un cinq contre trois en toute fin de match, Nicolas Guay a raté une chance en or d'inscrire son premier en carrière. L'attaquant de 16 ans avait le but complètement ouvert, mais a raté la cible en faisant dévier la rondelle. Ses coéquipiers vont certainement lui rappeler lors des prochains jours...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer