Revers à Val-d'Or

Trop de visites au cachot pour les Sags

L'entraîneur des Saguenéens, Yanick Jean, a indiqué que... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

L'entraîneur des Saguenéens, Yanick Jean, a indiqué que les quatre pénalités écopées en première période ont fait mal à ses protégés.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

En prenant un abonnement au banc des pénalités, les Saguenéens de Chicoutimi n'ont pas trouvé la formule idéale pour secouer leur léthargie, hier, à Val-d'Or. Leurs rivaux ont marqué quatre buts en avantage numérique pour se sauver avec une victoire de 6-3.

Cette victoire des Foreurs a étiré à neuf le nombre de matchs sans victoire des Saguenéens. Depuis le début de la saison, leur seul point au classement est le résultat d'une défaite en prolongation contre les Remparts de Québec.

Face aux Foreurs, les Saguenéens sont tombés dans un cercle vicieux. Déjà au bout de leurs ressources à la ligne bleue avec les absences de Julien Carignan-Labbé et Artem Maltsev, en plus d'être aux prises avec un début de saison très difficile, ils disputaient un troisième match en Abitibi en trois jours. Le manque de ressources et la fatigue du voyage se sont souvent transformés en gestes réprimandés par les officiels.

«À cinq contre cinq, le match se termine 1-1, a fait remarquer l'entraîneur des Saguenéens. Les Foreurs ont marqué quatre buts en avantage numérique en neuf tentatives (et le dernier dans un filet désert). Nous avons écopé de plusieurs pénalités qui étaient des erreurs mentales. Une rondelle dans les estrades, monter le bâton pour accrocher au lieu de le garder sur la glace, etc. C'était de la fatigue mentale accumulée, jumelée à la jeunesse de notre défensive.

Joueurs surtaxés

«Nous avons écopé de quatre pénalités dès la première période. Nous avons hypothéqué nos forces en partant le match. Avec les absences de Maltsev, Carignan-Labbé, Samuel Blier et Nicolas Desgroseillers, quatre joueurs qui évoluent régulièrement sur nos deux premières unités de désavantage numérique, nous avons été obligés de surtaxer des joueurs et nous avons payé le prix à long terme.»

Effectivement, malgré leurs nombreuses visites au cachot, les Saguenéens ont bien survécu au premier engagement. Dmitry Zhukenov a ouvert le pointage en leur faveur à la quatorzième minute, en avantage numérique, mais Jan Mandat a répliqué dans les mêmes conditions avant le son de la sirène.

Le deuxième tiers a été l'affaire des Foreurs. Nathan Tremblay, Anthony Beauregard et Anthony Richard, tous en avantage numérique, ont tour à tour eu raison de Julio Billia.

Ce dernier a aussi cédé devant Shawn Ouellette-St-Amant, au début du troisième engagement, avant des répliques de Gabryel Paquin-Boudreau et Nicolas Roy. Anthony Richard a complété le pointage dans une cage déserte pour confirmer le voyage blanc des Saguenéens en Abitibi.

Pas de géant

Avec aucune victoire en neuf parties, les Saguenéens nagent évidemment dans des eaux difficiles à négocier présentement. À ce propos, Yanick Jean entend s'assurer de garder une ambiance positive dans l'équipe. Malgré les trois revers de la fin de semaine, il est convaincu que son groupe a progressé.

«Nous devons mettre l'accent sur la manière et non le résultat, a expliqué Yanick Jean. Depuis une semaine, nous avons fait un pas de géant. On va se dire les vraies affaires, peu de clubs vont avoir du succès en Abitibi cette année. Je considère que nous avons joué nos deux meilleurs matchs de l'année, vendredi et samedi. Ce que nous avons fait ne doit pas tout être jeté à la poubelle.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer