L'entraîneur des Sags espère une victoire

Yanick Jean reste calme

L'entraîneur des Saguenéens ne veut pas mettre une... ((Archives))

Agrandir

L'entraîneur des Saguenéens ne veut pas mettre une pression supplémentaire sur son jeune club.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les quatre défaites des Saguenéens pour débuter la saison, avec l'expérience, l'entraîneur-chef Yanick Jean demeure calme. Il a bien sûr hâte de savourer une première victoire, mais évitera de mettre une pression supplémentaire sur son jeune club.

«Je n'en ferai pas une indigestion. La progression de l'équipe, ça j'en fais une indigestion», de préciser le pilote des Bleus après un entraînement à l'aréna de l'UQAC, à la veille d'un match sur la route, contre les Voltigeurs, à Drummondville.

«On veut gagner le plus vite possible et on veut en gagner le plus possible, précise Yanick Jean. Le désir de vaincre est assez grand partout pour ne pas se mettre une pression supplémentaire.»

L'entraîneur-chef n'a surtout pas modifié la routine de ses joueurs à l'entraînement cette semaine. Il veut avant tout qu'ils restent concentrés sur le moment présent. «On n'a pas dévié à cause des résultats de la semaine dernière. On aurait ramassé quatre points et ça aurait été la même affaire», de raconter Yanick Jean qui pourra compter sur un alignement complet pour une première fois de la saison avec les retours de Dmitry Zhukenov et Nicolas Roy des camps professionnels.

«Pour moi, la ligue, ça commence pour vrai, de trancher Yanick Jean qui rappelle qu'une dizaine de joueurs participent toujours à ces camps professionnels. «Le calibre de la Ligue, c'est à partir d'en fin de semaine qu'on peut l'évaluer vraiment. On va pouvoir savoir c'est quoi du hockey junior. Pour les partisans aussi, c'est plus intéressant de voir les joueurs dans chaque équipe que dans des camps professionnels», estime-t-il, rappelant que l'Armada de Blainville-Boisbriand avait perdu leurs huit premiers matchs de la saison l'an dernier avant de terminer en 3e place du classement général.

«Il faut juste que tu sois capable de ramener les choses en perspective. Si tu paniques à cause de ça, tu n'es pas dans la bonne business», pense Yanick Jean, comparant la situation à une séquence avec plusieurs blessés.

L'entraîneur-chef chicoutimien accueille très favorablement la compétition interne causée par les retours Nicolas Roy et Dmitry Zhukenov. Hier, il n'avait pas pris de décision sur les trois joueurs laissés de côté face aux Voltigeurs. «La compétition interne, c'est la base d'une équipe. Quand tu n'es pas capable d'en créer une, tu t'en vas dans le mur», d'insister le pilote des Bleus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer