Relance des Saguenéens

Une fierté à retrouver

Accompagné d'un des gestionnaires de l'équipe, Alain Deschênes,... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Accompagné d'un des gestionnaires de l'équipe, Alain Deschênes, Yanick Jean a tracé un bilan de ses quatre premiers mois à la tête des Saguenéens. mardi. Il s'est aussi attardé au travail qui l'attend.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Emond
Le Quotidien

Bien repêcher, développer et amener les joueurs à maturité. Telle est la formule qu'entend adopter Yanick Jean pour redonner aux Saguenéens de Chicoutimi leurs lettres de noblesse.

L'entraîneur et directeur général des Saguenéens a tracé le bilan de ses quatre premiers mois à la tête de l'équipe, hier, trois jours après son élimination aux mains des Wildcats de Moncton en première ronde des séries éliminatoires. En plus de revenir sur ce qui s'est passé (voir autre texte), il s'est attardé au travail qui l'attend et sur ses objectifs. Convaincu que cet élément a fait défaut au cours de la dernière saison, il souhaite principalement ramener chez les joueurs qui portent le chandail des Saguenéens un sentiment d'appartenance et une fierté.

Le premier dossier sur son bureau est celui des Européens. Il s'envolera vers la Suisse, mardi prochain, pour assister au Championnat mondial des moins de 18 ans. Yanick Jean a assuré que tous les efforts seront faits pour permettre aux Saguenéens de compter sur deux bons Européens.

Il entend aussi mettre en banque le plus de choix possible pour le prochain repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Cela veut dire que certains joueurs de 19 ans de la plus récente édition pourraient être échangés contre des choix. À ce propos, il a noté qu'aucun hockeyeur n'est assuré d'un poste de 20 ans en ce moment.

«Il faut compenser pour le dernier repêchage, a poursuivi Yanick Jean. Tu ne peux pas passer un repêchage sans entrer de joueurs dans ton alignement. En ce moment, nous n'avons aucun joueur (du repêchage de 2014) dans notre alignement ou au midget AAA à propos duquel nous sommes convaincus qu'il deviendra un élément important pour nous. Ça nous prend le plus de choix possible pour entrer des jeunes joueurs le plus vite possible.»

Yanick Jean a avancé que la tentative de Saguenay d'obtenir le tournoi de la Coupe Memorial de 2015 a sans doute contribué à créer la situation dans laquelle baigne les Saguenéens. Il a noté que certains joueurs ou choix au repêchage appartiendraient à l'équipe sans l'aventure de la Coupe Memorial.

Revoir toute la structure de l'organisation fait également partie de ses priorités. Les contrats de ceux qui l'ont secondé dans les derniers mois viennent à échéance et il se promet de rencontrer chacun d'entre eux. Il rencontrera également chaque joueur.

«Nous allons ensuite préparer le prochain camp d'entraînement et la prochaine saison, a poursuivi Yanick Jean. Je veux m'attaquer à la fierté et au sentiment d'appartenance que les joueurs doivent avoir envers cette équipe. J'ai joué ici pendant quatre ans, j'ai été adjoint pendant quatre ans, et personne n'est aussi fier que moi de travailler et de porter les couleurs de cette équipe. Il faut que ça change. Ça prend un virage de 180 degrés. Nous y consacrerons beaucoup d'énergie et ce sera une bataille de tous les instants.

«Je n'ai pas senti de sentiment d'appartenance cette saison. Il n'y a pas de secret dans le hockey junior. Tu dois repêcher, développer et amener les joueurs à maturité. Quand un joueur a grandi avec ton équipe, il est prêt à se défoncer pour ton organisation.»

Quand on lui a fait remarquer qu'il devra partir de loin, il a répondu qu'il ne serait probablement pas en poste si ce n'était pas le cas. Quatre mois après son arrivée, il n'a pas l'impression que le bateau dans lequel il a mis les pieds est plus gros que prévu. Il savait ce qui l'attendait parce qu'il avait pris soin de bien analyser sa nouvelle équipe.

Yanick Jean a ajouté que peu importe le mot choisi, reconstruction ou transition, il n'est pas synonyme de défaite ou manque de travail. Il a donné en exemple l'Armada de Blainville-Boisbriand, qui vient de connaître une excellente saison malgré l'addition de plusieurs jeunes joueurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer