Entraînement avec ses coéquipiers

Paquin-Boudreau retrouve le sourire

Ici en compagnie de l'entraîneur adjoint Patrick Gosselin,... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Ici en compagnie de l'entraîneur adjoint Patrick Gosselin, Gabryel Paquin-Boudreau avait raison de sourire hier. L'attaquant de 19 ans a participé à un premier entraînement complet avec ses coéquipiers des Saguenéens depuis novembre.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La longue traversée du désert de Gabryel Paquin-Boudreau tire à sa fin. L'attaquant de 19 ans a franchi une nouvelle étape en vue de son retour au jeu pour le premier match des séries, la semaine prochaine en participant à un premier entraînement complet avec ses coéquipiers des Saguenéens depuis le mois d'octobre.

Il avait enfilé un chandail jaune réservé aux joueurs qui ne peuvent pas faire de contact, mais sa guérison respecte parfaitement les échéanciers. À l'issue d'une séance d'environ 45 minutes où il a fait du temps supplémentaire, Gabryel Paquin-Boudreau, qui avait recommencé à tirer calmement la veille, assurait ne ressentir aucune douleur en plus d'avoir retrouvé toute sa mobilité.

«C'est sûr que je n'ai pas le tir que j'avais en début d'année. Mon poignet est à 100%, mais la confiance reste à construire. Sinon, je pense que ça va bien. Les réceptions de passe, tout est correct. C'est sûr que c'est positif. Je suis super content», a laissé tomber celui qui n'a disputé que sept rencontres en début de saison avant de se retrouver sur la liste des blessés.

«On aurait dit qu'au début, les gars avaient peur de me faire des passes. À la fin, on a pratiqué l'avantage numérique avec des passes raides et ça vraiment bien été. Je suis capable d'en recevoir et d'en faire également», de poursuivre Paquin-Boudreau.

Mentalement, l'espoir des Sharks de San Jose doit encore se convaincre que son poignet va tenir le coup même s'il a l'assurance depuis la semaine dernière que tout est correct.

«Quand ça fait six mois tu n'as pas touché à une rondelle et un bâton, c'est sûr que ce n'est pas facile. Je suis bien content d'avoir cinq ou six jours de pratique. En fin de semaine, ça va me faire du bien», de souligner Gabryel Paquin-Boudreau qui devait initialement reprendre l'entraînement complet lundi prochain, mais comme il se sentait bien, a décidé de devancer de quelques jours.

Blessé depuis octobre et après une opération en janvier, le numéro 13 des Saguenéens voit la lumière au bout du tunnel après plusieurs mois difficiles. À un certain moment, il n'était vraiment pas convaincu qu'il allait de nouveau disputer un autre match.

«Quand j'ai su que j'allais avoir une opération et le docteur m'a dit que j'en avais pour deux à trois mois de récupération, je regardais le calendrier souvent et je n'étais pas certain de pouvoir rejouer», de rappeler en riant Gabryel Paquin-Boudreau qui a mis les bouchées doubles en solitaire pendant les derniers mois. «La seule affaire que je peux dire, c'est que quand je vais revenir, je vais être prêt. Toutes les fois où j'ai patiné sans rondelle et à suer, je ne peux pas croire que je ne le serai pas», a-t-il assuré.

«Je vais manger les bandes, c'est sûr, a-t-il repris. Les trois, quatre mois où j'étais sur la glace à 8h du matin en plus du spinning en après-midi, il y a des jours où ça ne me tentait pas du tout. C'est en situation de match que je vais voir que c'était bénéfique et que ça m'a vraiment aidé.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer