Domination des Cataractes

Trop d'erreurs mentales

En cinq affrontements face aux Saguenéens, les joueurs... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

En cinq affrontements face aux Saguenéens, les joueurs des Cataractes ont célébré un but 30 fois contre seulement cinq pour les Chicoutimiens.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La domination des Cataractes sur les Saguenéens s'est de nouveau confirmée hier au centre Georges-Vézina. Pour une cinquième fois, les Shawiniganais l'ont emporté par une forte marge, cette fois par la marque de 5-1.

Dans les cinq affrontements entre les deux clubs, les Cataractes ont maintenant marqué 30 buts et n'en ont concédé seulement cinq. En plus du résultat d'hier, les hommes de Martin Bernard ont signé des victoires de 7-1 et 6-2 à Chicoutimi ainsi que 6-1 et 6-0 devant leurs partisans. Avec deux buts hier, Anthony Beauvillier a maintenant amassé 15 points face aux Sags, dont sept buts.

Hier, la vitesse des Cataractes a encore procuré bien des problèmes à la couverture défensive chicoutimienne, particulièrement en deuxième moitié de rencontre. «Ce n'est pas nécessairement l'autre équipe qui nous bat. On leur donne la victoire sur un plateau d'argent. Ce sont des erreurs qu'on répète et qu'on répète à l'intérieur de la structure. La manière qu'on a joué en zone défensive tout au long du match, c'est aberrant. Ça prend une implication de tout un chacun. Lorsque tu comprends ton rôle en zone défensive, il faut que tu le fasses. On a des chances, la rondelle ne rentre pas, on jette le plan de match à la poubelle et on joue à notre manière. Ce n'est pas comme ça qu'on peut avancer en tant qu'équipe», a laissé tomber l'entraîneur-chef Yanick Jean qui tracera un bilan de cette fin de semaine déterminante à la suite des trois rencontres.

«Ce n'est pas que c'est si pire. C'est qu'on leur donne avec des erreurs qu'on répète. C'est le degré de concentration des joueurs sur la patinoire qui fait défaut», a-t-il poursuivi, ne voulant pas pointer d'erreurs individuelles. «Ce n'est pas un jeu qui fait la différence, mais un ensemble d'erreurs mentales», de noter le pilote des Bleus qui aimerait voir plus de jeu physique, ce qui rendrait la vie plus difficile aux adversaires. «Oui j'aimerais ça, j'étais un joueur comme ça», a-t-il répondu lorsque questionné sur ce sujet.

À la mi-match, les Sags avaient dirigé 24 tirs sur Marvin Cupper qui a tout bloqué et avec 16 lancers, les visiteurs menaient 3-0. Après un excellent départ des Sags qui ont cogné à la porte, ils ont écopé de deux pénalités successives et les Cataractes n'ont pas raté l'occasion pour ouvrir la marque. Le pointage est demeuré jusqu'en deuxième quand Anthony Beauvillier a surpris Storm Phaneuf dès la première minute. L'attaquant de 17 ans en a ajouté un autre, son 42e de la saison lors d'une attaque massive et les carottes étaient cuites pour les Sags. Charles Guèvremont a rapproché les Chicoutimiens à deux buts grâce à son acharnement sur un retour, mais les occasions ont été bien rares par la suite. Dans son point de presse, Yanick Jean convenait que la confiance de ses troupiers était bien fragile.

«Il y a des gars qui jouent avec des points d'interrogation dans les yeux. Ce n'est pas ça qui faut faire. Écoutez, il nous manque quatre joueurs en attaque. Si j'étais un joueur d'attaque, je saurais une chose, c'est que je suis quand même assez ''safe''. Les chances que je sois cloué au banc sont assez nulles. Pose-toi pas de question. Joue, c'est tout ce que je demande. Travaille avec acharnement et fais ce qu'on te demande. Il y en a qui trouvent le moyen de ne pas le faire. Ce sont toujours les mêmes qui répètent les mêmes erreurs, a-t-il déploré. C'est sûr que ma patience est à la limite, mais ce sont les joueurs que j'ai sous la main en ce moment.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer