Saguenéens

Du pire au meilleur

Laurent Dauphin a mené la charge offensivement avec... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

Laurent Dauphin a mené la charge offensivement avec deux buts et une passe pour boucler le mois de février avec 18 points en 12 rencontres.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les Saguenéens sont capables du pire, mais également du meilleur. Après avoir disputé un match horrible jeudi, les hommes de l'entraîneur-chef Yanick Jean ont rebondi avec une performance impeccable dans une victoire de 4-3 sur les Screaming Eagles du Cap-Breton, devant des amateurs très bruyants au centre Georges-Vézina.

«C'est un gros gros deux points pour nous. Je l'ai dit, ça prenait un sentiment d'urgence, il reste dix matchs», a rappelé le pilote des Bleus dans son point de presse d'après-match.

La grande question était de savoir de quelle manière les joueurs allaient réagir à la suite de la contre-performance de jeudi contre Halifax. Janne Puhakka a donné une bonne partie de la réponse dès la 48e seconde quand il s'est amené en territoire adverse et après une belle feinte, a logé la rondelle dans le filet. Ça s'est poursuivi par la suite et après deux périodes, les locaux menaient 4-2 et avaient dirigé 27 tirs sur Miguel Sullivan alors que Julio Billia avait fait face à seulement 14 lancers.

«Je suis content de la manière dont on a entrepris ce match-là. On avait le couteau entre les dents», a souligné Yanick Jean, souriant après la rencontre.

En troisième, les Sags ont été moins flamboyants et ont accordé un but chanceux, alors que le tir anodin de Colin MacSween a dévié sur Jesse Lussier avant de se retrouver dans le fond du but. Ils ont tout de même tenu le coup par la suite sans trop souffrir, malgré une pénalité à Victor Baldaev pour avoir retardé la partie dans les dernières minutes en plus d'Alexandre Ranger qui a raté deux fois un filet désert par quelques pouces.

La veille, Yanick Jean avait visionné avec ses protégés les 28 chances de marquer des Mooseheads lors d'une séance vidéo un peu particulière. Ses troupiers n'ont pas répété deux fois les mêmes erreurs et franchement fait du bon boulot défensif. «C'est le travail, le désir et la détermination qui font faire ça et non les X et les O, a insisté l'entraîneur qui a remarqué plusieurs détails, dont une implication physique dès le début de la rencontre. C'est un processus. Je suis content d'aujourd'hui et il faut que je continue de voir une amélioration de match en match», a-t-il repris.

S'il était inquiet de ses leaders au terme du match de jeudi, il a été rassuré hier. «Il y en a qui ont pris le taureau par les cornes et qui se sont arrangés pour que ça change. Ils ont fait pour que ce soit un accident de parcours, a-t-il noté. Ces gars-là ont joué avec un sentiment d'urgence. On a vu de belles choses de nos leaders et les autres doivent suivre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer