Garland et Barbashev s'amusent

Un duo impressionnant

Vouloir freiner Conor Garland et Ivan Barbashev est... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Vouloir freiner Conor Garland et Ivan Barbashev est une chose. Réussir en est une autre. Les deux gros canons des Wildcats ont profité de leurs occasions, récoltant cinq points, dans une victoire de 4-3 marquée par une fin de match un peu folle au centre Georges-Vézina où les Saguenéens ont bien failli forcer la prolongation.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Vouloir freiner Conor Garland et Ivan Barbashev est une chose. Réussir en est une autre. Les deux gros canons des Wildcats ont profité de leurs occasions, récoltant cinq points, dans une victoire de 4-3 marquée par une fin de match un peu folle au centre Georges-Vézina où les Saguenéens ont bien failli forcer la prolongation.

Le gros trio des Wildcats a simplement étourdi la défensive chicoutimienne, surtout lors des quarante premières minutes. Du haut de ses cinq pieds huit pouces, Garland a été le plus productif avec trois points alors que le grand Russe Barbashev a marqué les deux premiers buts des siens. Le point tournant de la rencontre s'est produit à mi-chemin de la deuxième période. En retard 2-1, les locaux n'ont pas su profiter d'un double avantage numérique, se buttant au gardien Alex Dubeau. À sa sortie du banc des pénalités après avoir écopé d'une pénalité pour mauvaise conduite, Garland s'est amené seul devant Storm Phaneuf et n'a pas raté sa chance pour doubler l'avance des siens.

«Leurs bons joueurs ont fait la différence. Ce n'est pas qu'ils ont été meilleurs que les nôtres. Ils ont essayé aussi. Après deux périodes, Alexandre Ranger et Laurent Dauphin avaient 12 lancers sur le filet adverse. Il y a des joueurs à qui on ne peut pas en demander plus. On essaie et je pense qu'on joue mieux à l'intérieur de ce qu'on a à faire. Je vois encore une équipe qui avance par en avant ", a commenté l'entraîneur-chef Yanick Jean.

Dans son point de presse, il retenait que ses troupiers n'avaient concédé que 23 tirs aux visiteurs qui en avaient obtenu 53 la veille à Baie-Comeau. Il se montrait malgré tout satisfait du travail défensif contre deux des joueurs les plus dangereux du circuit Courteau. " Au niveau de la couverture, oui, mais on a donné trop de revirements inutiles. Le plan de match était d'aussitôt remettre la rondelle en territoire adverse. On leur a donné des deuxièmes et troisièmes opportunités ", concédait Yanick Jean qui avait en tête le deuxième but des Wildcats et de Barbashev alors que le joueur de 19 ans a profité d'une bévue en sortie de territoire.

«Je suis encouragé. On va chercher quand même une certaine constance. Dans les dix derniers matchs, on en a connu un mauvais à Victoriaville. Sinon, à tous les matchs, on a une chance. La fiche n'est peut-être pas là, mais c'est directement relié aux joueurs qui nous manquent», de souligner le pilote des Bleus.

Si la majeure partie de la troisième période a été sans histoire, la fin a été plutôt divertissante. À 3-1, Yanick Jean, qui voulait profiter de la présence de son premier trio, a opté d'enlever Storm Phaneuf avec plus de trois minutes à faire, mais Taylor Burke a semblé confirmer la victoire des siens dans un filet désert. Les Sags ont toutefois marqué deux fois par la suite pour rendre les choses excitantes. Patrice Demuy a inscrit son premier en carrière, suivi de Sébastien Gauthier avec 1min03 à jouer, mais les Wildcats ont tenu le coup par la suite.

Dainsley@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer