Bonne bataille contre l'Armada

Un effort de 60 minutes

Danick Martel a sonné la charge hier pour... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Danick Martel a sonné la charge hier pour l'Armada avec un tour du chapeau. En deuxième, il n'a donné aucune chance au gardien Storm Phaneuf avec un tir parfait dans la lucarne sur une échappée.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Le premier match en main des Saguenéens sur les autres équipes s'est envolé, hier, au centre Georges-Vézina. Les Chicoutimiens ont livré une bonne bataille à l'Armada même s'ils ont encaissé un revers de 4-2.

«Ce n'était pas parfait, mais on s'est donné une chance de l'emporter», a résumé l'entraîneur-chef Yanick Jean qui faisait remarquer dans son point de presse que les statistiques étaient très semblables de part et d'autre.

«On s'est bien battus, a poursuivi le pilote des Bleus. Sur le troisième but, ils ont été chanceux. On aurait mérité qu'il nous arrive la même chose. Pour moi, c'est une quatrième bonne performance de suite.»

Cette victoire de l'Armada, une 31e en 50 rencontres, pourrait se résumer par deux noms, Danick Martel et le gardien Samuel Montembeault. Avec un tour du chapeau, le deuxième marqueur dans la LHJMQ a du même coup franchi le cap des 80 points cette saison, lui qui n'est devancé que par Conor Garland des Wildcats de Moncton. Sur le but de la victoire, en début de troisième, Danick Martel a fait dévier avec un peu de chance le tir de Guillaume Beaudoin derrière Storm Phaneuf qui n'y pouvait rien.

Plus tôt, il avait inscrit son 36e de la saison alors que le gardien des Saguenéens a partiellement bloqué la rondelle et en deuxième, il s'est servi de sa vitesse pour s'amener seul et facilement déjouer Phaneuf avec un lancer précis.

À l'autre bout, Samuel Montembeault a été brillant, bloquant 30 tirs pour signer sa 24e victoire. Il a été déjoué deux fois en deuxième période, lors de supériorités numériques. Charles Guèvremont a d'abord fait dévier un tir de Laurent Dauphin et avant la fin de l'engagement, le tir du capitaine s'est logé dans la lucarne pour son 20e, ce qui faisait 2-2 à ce moment. Sinon, le gardien de 18 ans a été brillant à quelques occasions, frustrant en troisième Alexandre Ranger qui s'était libéré dans l'enclave pour préserver la mince priorité de l'Armada. En fin de rencontre, la plus grande menace est venue du bâton de Frédéric Allard.

Après la rencontre, malgré la défaite, Yanick Jean donnait une bonne note à ses protégés qui ont donné un effort pendant 60 minutes malgré la fatigue. Il n'était pas question dans son évaluation de la partie d'un pas pas en arrière. «Je m'attendais à une petite baisse dans l'intensité. Après 38 heures d'autobus dans les Maritimes, normalement, tôt dans la semaine, c'est plus difficile. Je pense que les joueurs ont bien répondu», a confié l'entraîneur-chef qui a souligné le travail de ses adjoints en son absence pour la gestion de l'énergie.

Quand il reviendra sur la partie avec ses joueurs aujourd'hui, Yanick Jean axera sur le positif et le fait que ses troupiers ont offert une opposition de qualité à l'une des meilleures formations du circuit Courteau. Il convenait également que les détails qu'il demande depuis son arrivée sont mieux exécutés. «De plus en plus. On va continuer d'en faire des erreurs. Il ne faut juste pas que ce soit des erreurs de détermination et de paresse. On n'avait pas de joueurs paresseux face à l'Armada», de souligner Yanick Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer