Rimouski 4 Chicoutimi 1

L'Océanic en contrôle

L'Océanic de Rimouski a infligé une quatrième défaite... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

L'Océanic de Rimouski a infligé une quatrième défaite en cinq matchs aux Saguenéens, hier, au centre Georges-Vézina.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) L'Océanic de Rimouski n'était pas venu au Saguenay pour disputer un match spectaculaire, mais pour repartir avec les deux points. C'est exactement ce qui s'est produit alors que les meneurs de la division Est ont démontré leur supériorité avec une victoire de 4-1 sans se placer dans une situation délicate.

«J'ai vu une amélioration par rapport au match de vendredi, ça c'est sûr», a souligné d'entrée de jeu dans son point de presse l'entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, qui rendait le crédit qui revenait à l'Océanic.

«Je savais que ce serait un gros test pour nous. On a été un petit peu mieux, mais on a fait encore des erreurs sur des choses qu'on voit depuis quelques semaines comme le repli défensif et neutraliser l'enclave au lieu de tourner. Ce sont des habitudes de travail qui doivent s'acquérir et qui ne sont pas encore ancrées», a-t-il confié.

Effectivement, ce sont de petites erreurs qui ont coulé les Sags dans cette rencontre. Face à une puissance de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, ils en ont payé un prix élevé. «Ce sont des erreurs qu'on a faites et qu'on répète et on répète depuis quelques semaines. Quand on va être assez tanné de donner des buts comme ça, peut-être qu'on va finir par freiner dans l'enclave et se placer dans les lignes de tir», a pesté le pilote des Bleus qui convenait que ses troupiers avaient également commis trop de revirements, particulièrement en sortie de territoire.

«Il faut simplifier les choses. On regarde encore souvent pour faire des jeux compliqués que ce soit en sortie de zone, en territoire adverse et même en entrée de zone. On doit amener plus de rondelles au filet. Certains jouent d'une manière et d'autres d'une autre. On n'est pas tous sur la même page. On a changé beaucoup de choses. Maintenant il faut essayer de mettre tout ça ensemble», de rappeler Yanick Jean qui avait délégué Reid Halabi, Timothé Simard et Landon Schiller pour amorcer la rencontre et les Sags ont connu un bien meilleur départ que vendredi, mais n'avaient que trois petits tirs au but après l'engagement initial.

Les joueurs de l'Océanic ont décidé de pousser la machine à fond en deuxième et les Saguenéens n'ont pas pu résister. Ils pensaient bien avoir ouvert la marque sur une drôle de séquence, mais la rondelle avait été poussée avec le patin. Sur la même séquence, Reid Halabi a engagé le combat contre l'imposant Samuel Morin. Les Sags devaient normalement donc avoir un avantage avec le défenseur format géant au cachot pour cinq minutes, mais ce sont plutôt les visiteurs qui en ont profité. Après un superbe arrêt de Billia sur Anthony DeLuca qui avait battu les défenseurs de vitesse, Alexis Loiseau a habilement fait dévier le tir de la pointe de Jan Kostalek. La vitesse a encore une fois servi l'Océanic quelques minutes plus tard quand Justin Samson a récupéré son propre retour pour inscrire son premier en carrière. Les Sags ont cogné à la porte en fin de deuxième lors d'une supériorité numérique, mais Louis-Philip Guindon a résisté

Yanick Jean a complètement chamboulé ses trios en troisième, en reformant notamment le duo de Samuel Hodhod avec Nicolas Roy. Janne Puhakka a surpris Louis-Philip Guindon en début d'engagement pour rapprocher les Sags à un seul but, mais les visiteurs ont profité d'une pénalité à Alexandre Ranger pour bâton élevé pour reprendre leur avance de deux buts à l'aide d'un bon tir du revers d'Alexis Loiseau, un art qui se perd. «En ce moment offensivement, on se cherche un peu. Ce n'est pas d'avoir une grosse présence et d'essayer de tout faire. C'est de revenir à la base en mettant des rondelles au filet, en gagnant nos batailles le long des rampes et avoir une meilleure implication devant le filet adverse. On a trop souvent des lancers bloqués», d'admettre Yanick Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer