Chicoutimi 6 Gatineau 3

Les Bleus méconnaissables

Laurent Dauphin a marqué le but d'assurance avec... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Laurent Dauphin a marqué le but d'assurance avec cinq minutes à jouer après que les Olympiques se soient rapprochés à 5-3.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(CHICOUTIMI) Une équipe transformée les Saguenéens. Utilisant leur vitesse sur la grande glace du centre Georges-Vézina, les Chicoutimiens ont glissé vers une impressionnante victoire de 6-3 sur les Olympiques de Gatineau.

«On a connu de bons moments et d'autres où on aurait aimé mieux faire les choses. Ça fait partie du processus d'apprentissage», a noté l'entraîneur-chef Yanick Jean qui est demeuré parfait depuis son arrivée derrière le banc avec une deuxième victoire en moins de 24 heures.

Menant 1-0 après 20 minutes, les locaux ont frappé à la vitesse de l'éclair en début de deuxième, enfilant deux buts dans les 58 premières secondes. Le défenseur de 20 ans Alexandre Leclerc a d'abord inscrit son deuxième de la saison sur un tir qui a échappé à l'attention de Brandon Whitney, qui a été retiré après le deuxième engagement. Puis, une trentaine de secondes plus tard, Landon Schiller, qui s'est fait découvrir de plusieurs amateurs hier, a réussi à se faufiler derrière la défensive gatinoise pour faire bouger les cordages. L'ancien des Sags Mickaël Beauregard a ramené les siens dans le match avec son premier de la saison, mais ce but n'a pas cassé le rythme des Sags. Jérémy Bouchard, puis Alexandre Ranger dans les dernières secondes de l'engagement, ont donné un coussin qui a tenu cette fois, malgré deux buts des visiteurs en troisième qui ont remis à la surface quelques minutes le spectre de l'effondrement face aux Foreurs de Val-d'Or. Après un travail impeccable à court d'un homme, Laurent Dauphin a permis aux siens de souffler. Sur la séquence, Alexandre Ranger a obtenu son 100e point en carrière. Le pilote des Bleus convenait qu'en début de troisième, ses protégés avaient commis leur part de revirements en voulant faire un peu trop de dentelle.

«Je sentais un peu de nervosité. Par contre, on a fait 2-3 gros jeux après le temps d'arrêt où on a réussi à mettre la rondelle profondément dans leur territoire. Ça nous a permis de reprendre du momentum. Quelques minutes après le temps d'arrêt, on sentait qu'on serait capable de fermer les livres. C'était juste de faire les choses simples et les petits gestes», de souligner Yanick Jean qui après son temps d'arrêt, a envoyé le trio de Jérémy Bouchard, Nicolas Roy et Janne Puhakka qui a passé la présence dans le territoire ce qui a bien failli mener à un but.

En raison de la blessure à Nikita Lyamkin et la présence de deux joueurs affiliés, Xavier Vinetti et Christopher Lanouette, qui ont été utilisés très sporadiquement, les Sags ont dû se débrouiller à pratiquement quatre défenseurs pendant toute la partie. Brian Lovell, Carl Tremblay, Alexandre Leclerc et Samuel Roussy ont vraiment tout donné et ont réussi à s'en tirer sans trop de problèmes. «Oui ils ont eu de bonnes chances, mais quelque part, ça s'explique», a noté Yanick Jean qui levait son chapeau aux quatre vétérans.

«Ce n'est pas évident de jouer à quatre défenseurs dans cette ligue et contre la vitesse de Gatineau», a-t-il souligné.

De l'autre côté, l'entraîneur adjoint Éric Landry prenait la place de l'entraîneur-chef Benoît Groulx qui a déjà débuté son mandat avec Équipe Canada junior. L'ancien des Sags Christian Caron l'accompagnait derrière le banc. Après la rencontre, Landry, qui a joué avec le Canadien, concédait que la défensive devait être resserrée et les revirements grandement diminués après avoir permis 11 buts lors des deux derniers matchs alors que l'opportunisme a fait défaut à l'autre bout.

«On a eu plusieurs bonnes chances, mais on n'a pas réussi à enfiler l'aiguille et à l'inverse, les Sags ont réussi à marquer», d'analyser Éric Landry qui croyait que les officiels avaient sifflé rapidement sur une pénalité appelée à Alexandre Leclerc alors que le pointage était de 5-3 et la rondelle s'est retrouvée derrière Julio Billia.

«En troisième, on avait beaucoup de momentum. Je suis curieux de revoir la séquence sur la pénalité à Alexandre Leclerc. Je ne pense pas qu'un joueur des Sags avait le contrôle quand l'arbitre a sifflé. C'est un but de plus et ça aurait pu jouer un rôle», a-t-il plaidé.

LES ÉTOILES DU MATCH

1- Landon Schiller

2- Laurent Dauphin

3-Vaclav Karabacek

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer