Premier entraînement de Yanick Jean avec les Sags

Une page d'histoire se tourne

Une nouvelle page de la longue histoire des... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Une nouvelle page de la longue histoire des Saguenéens de Chicoutimi a été tournée hier après-midi quand Yanick Jean a mis les pieds sur la glace du Centre Georges-Vézina pour diriger sa première séance d'entraînement avec l'équipe.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Emond
Le Quotidien

(Chicoutimi) Une nouvelle page de la longue histoire des Saguenéens de Chicoutimi a été tournée hier après-midi quand Yanick Jean a mis les pieds sur la glace du Centre Georges-Vézina pour diriger sa première séance d'entraînement avec l'équipe.

Le principal intéressé n'a pas caché que les premiers instants sur la patinoire ont eu une saveur particulière. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'un entraîneur se retrouve à la tête de l'équipe de sa région.

«Je n'y ai pas pensé avant la pratique, mais ça m'a fait drôle en embarquant sur la glace, a raconté Yanick Jean. Ça m'a fait penser que je suis rendu, je suis vraiment dedans. Quand tu n'as pas encore mis les patins sur la glace, tu y penses un peu. Quand ça arrive, tu te dis: Wow, je suis vraiment sur la glace.»

Sous les yeux de plusieurs dizaines de curieux, dont son père, Yanick Jean a dirigé un entraînement d'environ 75 minutes axé principalement sur le travail et les batailles à un contre un. Il estime que ce premier contact a donné de bons résultats.

«J'ai aimé l'engagement physique, a expliqué le nouvel entraîneur des Saguenéens. C'était une pratique basée pratiquement juste sur ça. Au début, il y avait une certaine nervosité, les joueurs ne savaient pas trop sur quel pied danser. Ça s'est quand même éliminé au fur et à mesure que la pratique a avancé. J'ai quand même aimé ce que j'ai vu.»

Yanick Jean a donné le ton à son premier entraînement sans perdre de temps. Après trois minutes de travail, il a interrompu un exercice pendant quelques secondes parce que l'intensité laissait à désirer.

À sa sortie de la patinoire, il a clairement précisé ce qu'il attendra de ses hockeyeurs d'ici la fin de la saison.

«Il y a deux affaires sur lesquelles on va travailler, la discipline et l'éthique de travail, a-t-il mentionné. Je ne dis pas que ce n'était pas le cas avant, je dis simplement que je vais insister beaucoup là-dessus. Si on a une discipline de vie, une discipline sur la glace, notre éthique de travail va s'améliorer. Je veux que les joueurs patinent du point A au point B. On dit souvent que les joueurs doivent bouger les pieds constamment. On demande aux joueurs de travailler, mais il faut aussi leur donner une définition du travail. C'est ce que j'ai voulu leur expliquer.

«La discipline et l'éthique de travail sont des choses que je veux voir. Les joueurs jugeront, les gens jugeront par la suite, c'est tout. Je dis juste que je vais mettre des choses en place, nonobstant ce qui s'est fait dans le passé.»

Le reste de la première journée de travail de Yanick Jean au centre Vézina a principalement été composé de rencontres. Il a notamment discuté avec les entraîneurs adjoints Patrick Gosselin et Mathieu Chouinard. Il a également discuté avec ses joueurs pendant plusieurs minutes, avant la séance d'entraînement.

«Nous allons commencer en travaillant ensemble et nous verrons comment les choses vont aller. Nous verrons quelle chimie nous pourrons créer», a indiqué Jean, en parlant de sa rencontre avec Gosselin et Chouinard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer