Nouveau directeur-gérant et entraîneur des Saguenéens

Yanick Jean fera ses débuts officiels

Maintenant que la tempête qui a suivi son... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Maintenant que la tempête qui a suivi son embauche semble avoir perdu un peu de force, Yanick Jean fera ses débuts officiels avec les Saguenéens de Chicoutimi cet après-midi, en dirigeant une première séance d'entraînement.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Emond
Le Quotidien

(Chicoutimi) Maintenant que la tempête qui a suivi son embauche semble avoir perdu un peu de force, Yanick Jean fera ses débuts officiels avec les Saguenéens de Chicoutimi cet après-midi, en dirigeant une première séance d'entraînement.

Si l'équipe jouera son prochain match jeudi, face au Drakkar de Baie-Comeau, le nouveau directeur-gérant et entraîneur des Saguenéens sait déjà que les jours qui viennent seront passablement occupés. À son agenda, plusieurs rencontres et discussions.

« Je rencontrerai d'abord le personnel hockey de l'équipe mardi matin, explique celui qui a profité de la journée de lundi pour attacher les derniers dossiers qui étaient reliés au travail de directeur gérant des Tigres de Victoriaville. En début d'après-midi, je rencontrerai les joueurs pour la première fois. Nous sauterons ensuite sur la glace pour un premier entraînement. Dans les jours qui suivront, je poursuivrai ce travail. Je discuterai avec les dépisteurs, avec les gens qui s'occupent de l'école, etc.

«Je ne prendrai aucune décision avant d'avoir parlé à tout le monde. Tous les gens qui travaillent dans le monde du hockey méritent une chance, méritent d'être rencontrés, méritent de se faire valoir. Si tu veux être respecté, tu dois respecter les autres.»

Yanick Jean a déjà une bonne idée de l'organigramme qu'il souhaite mettre en place pour chapeauter le volet hockey des Saguenéens de Chicoutimi. Il commencera à le mettre en place après avoir pris le pouls de toutes les personnes concernées.

Les prochaines semaines lui permettront notamment de déterminer comment il pourra conjuguer son travail d'entraîneur et celui de directeur-gérant. Depuis le début de la saison, en qualité de directeur-gérant des Tigres, le Chicoutimien a vu un grand nombre de matchs de hockey junior majeur et midget. Il ne pourra évidemment en faire autant dans les prochains mois puisque sa fonction d'entraîneur occupera une grande partie de son temps.

Aujourd'hui, Yanick Jean n'est pas en mesure de préciser s'il aura recours à un adjoint pour l'aider à suivre les activités des autres équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec et celles du midget AAA ou du midget espoir.

Un petit voile

Yanick Jean ne l'a jamais caché, et il l'a répété pendant sa conférence de presse samedi dernier, diriger les Saguenéens a toujours été un rêve qu'il souhaitait réaliser. Il a finalement atteint cette étape de sa carrière, mais son arrivée à la tête de l'équipe a été entourée d'un brouhaha dont il se serait bien passé.

Si sa nomination semble faire l'unanimité chez les partisans de l'équipe, les circonstances qui ont entourées le congédiement de ses prédécesseurs, Patrice Bosch et Marc Fortier, ont fait couler beaucoup d'encre et animé bien des conversations.

Le nouveau grand patron de tout ce qui touche le hockey chez les Saguenéens reconnaît que tout cet imbroglio a placé un petit voile sur son bonheur de se retrouver finalement à la tête de l'équipe de sa ville.

«Disons que c'est plate», laisse simplement tomber Yanick Jean, après avoir rappelé que les gens de hockey font partie d'une grande confrérie et qu'il n'est jamais agréable de voir certains d'entre eux perdre leur travail, surtout dans des circonstances inhabituelles comme ce fut le cas vendredi passé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer