Un rêve de jeunesse pour Yanick Jean

Laval Ménard, l'un des cogestionnaires des Sags, a... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Laval Ménard, l'un des cogestionnaires des Sags, a présenté le nouvel entraîneur-chef et dg de l'équipe, Yanick Jean, à la presse régionale, samedi matin.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Si les circonstances entourant son arrivée avec les Saguenéens n'étaient pas optimales, Yanick Jean réalise un rêve de jeunesse en devenant entraîneur-chef et directeur-général de la formation chicoutimienne.

Lors d'une conférence de presse organisée en catastrophe hier matin, Yanick Jean a été confirmé comme le 24e entraîneur de l'histoire de la concession. Il quitte donc les Tigres après plus de sept saisons pour un contrat de quatre ans et une année d'option pour occuper les deux fonctions avec les Saguenéens. «C'est rare, lors d'un changement de coach, que tu arrives dans un contexte gagnant. Les gens avaient des attentes différentes des résultats. Tout le monde est conscient que l'équipe a sous-performé lors des derniers mois et je vais prendre le temps de faire les choses comme il faut», d'insister le nouveau venu qui espérait un jour se retrouver derrière le banc des Saguenéens.

«J'ai rêvé souvent, mais tu ne t'assois pas dans ton divan en te disant qu'il faudrait que ça arrive. Oui j'y ai souvent pensé», raconte Yanick Jean qui mentionne avoir songé à ce moment cet été lors des retrouvailles soulignant le 20e anniversaire de la conquête de la coupe du Président en 1994.

«Les Sags, pour moi, c'est une famille, c'est la fierté. C'est ma famille. Mon plus gros défi, ce sera que les joueurs se sentent comme moi quand ils auront terminé leur passage avec les Saguenéens. Quand j'arrive au centre Georges-Vézina, c'est chez nous», annonce-t-il. Yanick Jean quitte quand même les Tigres le coeur gros. Il a passé près de sept saisons complètes derrière le banc et occupait le poste de directeur-général depuis cet été. Il assure que d'avoir été congédié puis réembauché quelques semaines plus tard n'a pas rendu les choses plus faciles. «Ce fut des moments difficiles, on ne se le cachera pas, pour moi et ma famille. On était impliqués et très intégrés dans le milieu à Victoriaville», confie Yanick Jean qui a le sentiment de laisser une organisation en santé à son successeur. «Il y avait un plan et il a été suivi à la lettre depuis le Jour 1. Je n'ai aucune inquiétudes», souligne-t-il.

Carte blanche

Avec les deux fonctions, Yanick Jean aura le plein contrôle des opérations hockey, a-t-il insisté. Il aura donc sept parties pour se faire une idée de la situation avant l'ouverture de la période des transactions dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec. «La ligue, les joueurs à Chicoutimi, je les connais par coeur. Je vais prendre le temps d'étudier les individus. J'ai quelques semaines afin de prendre les meilleures décisions à court, moyen et long terme», insiste-t-il.

Yanick Jean est retourné à Victoriaville et d'ici lundi, il finalisera son mandat avec les Tigres et s'occupera du transfert des dossiers. Dans les circonstances, il désire faire les choses de la bonne manière. Il entrera officiellement en poste lundi et commencera à rencontrer tous les membres de l'organisation individuellement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer