Tous les joueurs aux études

La conseillère pédagogique Johanne Leblanc a fait le... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

La conseillère pédagogique Johanne Leblanc a fait le point sur la fréquentation scolaire des joueurs de l'équipe, accompagnée du directeur général Marc Fortier. Dix joueurs sont inscrits au Cégep de Chicoutimi, un au secondaire (Frédéric Allard), quatre aux adultes (DEP) alors que sept autres suivent des cours par correspondance.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Cette saison, les Saguenéens doivent composer avec une situation inhabituelle alors que plusieurs joueurs suivent des cours par correspondance. Toutefois, tous les jeunes de l'équipe, sans exception, poursuivent leur cheminement scolaire.

Avec des chiffres pour appuyer ses dires, la conseillère pédagogique Johanne Leblanc a fait le point vendredi sur la fréquentation scolaire des joueurs de l'équipe, accompagnée du directeur général Marc Fortier. Depuis quelques semaines, des rumeurs circulent et font état que plusieurs joueurs des Sags ne fréquentent pas l'école. Or, c'est faux. Dix joueurs sont inscrits au Cégep de Chicoutimi, un au secondaire (Frédéric Allard), quatre aux adultes (DEP) alors que sept autres suivent des cours par correspondance.

Marc Fortier explique que cette situation atypique a été accélérée par les acquisitions faites au cours de l'été. Si les joueurs européens ont toujours suivi leurs cours par correspondance, cette saison, les Sags ont plusieurs joueurs des Maritimes et un Ontarien, Landon Schiller, qui font tous partie d'un système scolaire différent. Sans cégep, ni université anglophone dans la région, il est impossible de leur permettre de fonctionner traditionnellement. «On ne peut pas couper le système dans lequel ils ont commencé", explique Marc Fortier, donnant en exemple les cas de Samuel Roussy et Brian Lovell qui ont débuté leurs études postsecondaires dans les Maritimes.

Ces jeunes ne sont pas pour autant laissés à eux-mêmes. Ils ont des périodes d'études obligatoires avec Johanne Leblanc en fonction de l'horaire au hockey. Ils en ont présentement une par semaine, mais devant le nombre élevé d'étudiants, ces périodes tripleront prochainement. Ces jeunes participent également à différentes activités de promotion. Un tuteur suit également l'équipe lors de longs voyages, comme deux dans les Maritimes. «On a toujours prôné d'avoir les joueurs ''physiquement'' dans des salles de cours. On le fait, mais avec des gars qui ont grandi chez nous, qu'on a repêchés et qui sont avec nous depuis 16-17 ans. La réalité a changé, signale Marc Fortier. C'est plus difficile pour nous de les encadrer. C'est aussi difficile pour les jeunes parce que ça demande énormément de discipline.»

Bonne réputation

Enseignante à la retraite, Johanne Leblanc, qui fait partie du Programme d'encadrement scolaire des Saguenéens depuis 2004, rappelle que l'organisation a une excellente réputation au sein de la Ligue de hockey junior majeur du Québec pour les études. Dominic Jalbert, deux fois, et Nicolas Therrien ont remporté le trophée de joueur étudiant, tout comme Jérémy Grégoire l'an dernier qui a débuté sa carrière junior à Chicoutimi avant de passer au Drakkar de Baie-Comeau. Récemment, les dirigeants de l'organisation chicoutimienne ont mis sur pied une fondation d'études afin de bonifier les bourses déjà accordées par la LHJMQ. Tous les joueurs reçoivent également des bourses d'encouragement.

Pour les joueurs qui fréquentent le cégep, le taux de réussite pour les Bleus est plus élevé que la moyenne dans la LHJMQ. Pour la session d'hiver dernier, les joueurs des Sags ont réussi 90,3% de leurs cours, eux qui en avaient en moyenne 3,8 par session, comparativement à 81,3% pour le reste de la ligue avec une moyenne de 3,3 cours.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer